Tech & internet

Lutte contre l’addiction au smartphone: pourquoi l’approche d’Android pourrait être la meilleure à ce jour

Temps de lecture : 3 min

Utiliser moins et mieux son smartphone, c'est ce que promettent Apple et Android avec de nouvelles applications dédiées à la mesure de notre temps passé à lorgner des pixels au bout de notre pouce. Et c'est Google qui s'en sort le mieux.

Apple comme Google souhaitent désormais vous aider à prendre conscience du temps passé sur votre téléphone. | Illustration slate.fr, photos Digital Wellbeing et Geralt via Pixabay CC0
Apple comme Google souhaitent désormais vous aider à prendre conscience du temps passé sur votre téléphone. | Illustration slate.fr, photos Digital Wellbeing et Geralt via Pixabay CC0

Le bien-être numérique est un thème qui revient souvent dans la communication des entreprises de haute technologie. Le but de la démarche: s’assurer que les utilisateurs de smartphone et d’applications ne se contentent pas de fixer leurs écrans à longueur de journée; s’assurer que le temps passé devant l’appareil a un sens —et qu’il ne dure pas plus que nécessaire.

Lors sa conférence annuelle de juin, Apple a annoncé la création d’une fonctionnalité allant dans ce sens: Screen Time. Elle permet aux utilisateurs d’iOS de contrôler le temps qu’ils consacrent à chaque application, et de fixer des limites de temps d’utilisation quotidienne. Depuis, certaines applications (Facebook, Instagram) ont introduit des fonctionnalités similaires: un tableau de bord permettant de consulter le temps passé dans l’application sous la forme d’un graphique, et de fixer des limites de temps ou des notifications snooze. L’objectif: modifier notre vie numérique, pour parvenir à un équilibre plus sain. La dernière tentative en date est arrivée avec le récent lancement d’Android 9 Pie. L’initiative de bien-être numérique de Google, Digital Wellbeing, pourrait constituer la meilleure approche à ce jour.

L’utilisation que nous faisons des smartphones s’avère de plus en plus problématique; la recherche le montre depuis plusieurs années. L’«addiction au téléphone» inquiète les spécialistes de la santé mentale: une étude montre ainsi que les adolescents qui passent beaucoup de temps devant leurs écrans sont plus susceptibles de souffrir de problèmes psychologiques (dépression, risques accrus de suicide). En janvier dernier, deux actionnaires d’Apple ont demandé à l’entreprise de se pencher sur l’addiction des enfants au téléphone. Selon une étude, 50% des adolescents ressentiraient une dépendance envers leur smartphone. De plus en plus de travaux de recherche vont dans ce sens, ce qui a poussé les concepteurs d’applications et de systèmes d’exploitation à prendre des mesures pour lutter contre cet excès d’écran.

Visualiser votre activité numérique

Apple et Facebook ont pris le parti de donner plus d’informations et de transparence à leurs utilisateurs quant à l’utilisation qu’ils font de leur smartphone; l’approche de Google est légèrement différente. Digital Wellbeing (qui est encore en version bêta) vous permet de visualiser votre activité numérique sous la forme d’un graphique circulaire: la durée totale d’utilisation du smartphone est affichée au centre, et des arcs de cercle colorés indiquent le temps que vous avez passé sur chaque application. Ces statistiques sont assez proches de celles qu’offrent les autres plateformes —mais Google ne se contente pas de vous offrir les outils permettant de mieux gérer votre temps d’utilisation: il cherche à écourter votre temps d’interaction avec le téléphone.

Dans une interview accordée à Android Central, E.K. Chung (responsable de l’expérience utilisateur chez Android) explique qu’Android 9 ne veut pas se contenter de limiter le temps d’utilisation des applications au cas par cas: la priorité de l’interface de Pie, «c’est de vous offrir une grande efficacité, et de rendre vos interactions numériques plus pertinentes et plus rapides: vous donner de quoi faire ce que vous avez à faire, et vous permettre de revenir rapidement vers ce qui compte réellement dans votre vie», affirme-t-il.

Des gestes à la place des boutons

La navigation d’Android Pie est la clé de voûte de la stratégie de Google. Le nouveau système d’exploitation ressemble à celui de l’iPhone X, dans la mesure où il repose plus sur les gestes que sur les boutons accueil et retour. L’un des objectifs de ce revirement: «soustraire, combiner, prioriser, et clarifier» diverses fonctions et navigations Android afin de rendre le système plus simple et plus accessible. Les personnes habituées aux trois boutons placés en dessous de l’écran (bouton retour, bouton accueil et bouton applications) devront passer par une petite phase d’apprentissage —mais la mise à jour finira sans doute par leur faire gagner du temps.

L’OS est conçu de sorte que le principal répertoire d’applications soit moins utilisé: il ne sera plus accessible via un bouton tactile sur l’écran d’accueil; pour y accéder, il faudra désormais balayer l’écran de bas en haut à deux reprises. Google a constaté que dans 60 % des cas, les utilisateurs trouvaient l’application recherchée lors du premier balayage, qui affiche des raccourcis vers les cinq applications utilisées le plus récemment: le nouvel écran multitâche.

Les personnes qui ont eu l’occasion de tester les bêtas de Digital Wellbeing (Google) et de Screen Time (Apple) estiment que la première est «un peu mieux pensée et un peu plus élégante» ; mais il est encore trop tôt pour juger. Pour l’heure, seuls les téléphones de la gamme Pixel peuvent bénéficier d’Android Pie; lorsque d’autres smartphones y auront accès, il sera plus simple d’évaluer l’impact de ces modifications d’interface sur notre rapport à l’écran. Une chose est sûre: les concepteurs d’applications et de systèmes d’exploitation, qui ont fermé les yeux sur ce problème pendant des années, prennent enfin au sérieux les concepts de santé numérique et d’addiction au smartphone. Une avancée bienvenue.

Christina Bonnington Journaliste spécialisée en nouvelles technologies

Newsletters

Selon des experts, l'utilisation d’armes imprimés en 3D à Halle doit servir d'avertissement pour les autorités

Selon des experts, l'utilisation d’armes imprimés en 3D à Halle doit servir d'avertissement pour les autorités

Dans un message, le terroriste a écrit que pour ceux qui vivent dans un pays sans arme, cela «peut présenter un intérêt. Tout ce dont vous avez besoin est d’un weekend entier et de 50$ de matériels».

En lutte contre les fakes news, Facebook refuse de supprimer une pub de Donald Trump qui en contient une

En lutte contre les fakes news, Facebook refuse de supprimer une pub de Donald Trump qui en contient une

Donald Trump a versé 14 millions de dollars de publicités à la plateforme.

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

La mission de ces coureurs new-yorkais: s'incruster sur des photos de mariage

Bons joueurs, la plupart des couples acceptent de poser aux côtés des Wedding Hashers.

Newsletters