Monde

Un an après Charlottesville, les suprémacistes blancs peinent à rassembler

Temps de lecture : 2 min

400 personnes attendues, une douzaine présentes.

La police escorte le petit groupe de suprémacistes blancs, Washington, 12 août 2018  | Nicholas Kamm / AFP
La police escorte le petit groupe de suprémacistes blancs, Washington, 12 août 2018 | Nicholas Kamm / AFP

Prêt de 400 personnes était attendues pour la manifestation nationaliste blanche appelée «Unir les Droites 2» à Washington, en référence à la première du nom qui s'était tenue à Charlottesville il y a un an.

Ils n'ont en fait été qu'une douzaine à participer à cet événement visant à protéger les «droits des blancs». Un nombre très modeste comparé à celui des opposants au rassemblement, eux-aussi mobilisés.

Un petit groupe de suprémacistes blancs menés par Jason Kessle, l'organisateur de la manifestation de l'année dernière à Charlottesville, a voyagé vers Washington en métro. À sa sortie, la foule les attendaient en criant «Go home!», «Rentrez chez vous», «You're not welcome here!», «Vous n'êtes pas les bienvenus ici!» La police était présente pour escorter le groupe qui devait faire face à de plus en plus de contre-manifestants tout au long du chemin.

«Je ne peux pas montrer à quel point le groupe #UniteTheRight2 est faible. Vingt types "MAGA [Make America Great Again ndlr]" marchant entourés d'une centaine de flics, d'une centaine de journalistes et d'une centaine de contre-manifestants.»

Les premières images et vidéos postées sur twitter ont rapidement montré que le rassemblement «Unite the Right 2» était largement dépassé en nombre, par la contre-manifestation, comme par la police.

Le petit nombre n'est guère surprenant vu que plusieurs responsables du mouvement nationaliste blanc avaient prévenu qu'ils ne seraient pas présents à Washington.

Il y avait si peu de suprémacistes au rassemblement que les médias ont dû attendre et se relayer pour pouvoir les interviewer. La plupart portaient des masques ou des casques et d'autres avaient couvert leur visage avec des drapeaux américains.

«C'est la foule de "Unite the Right". Toute la foule.»

«Alors #UnitetheRight2? On dirait bien que les Nazis se sont fait couper avant la coupure! Seulement une poignée de nazis et 10 flics par nazi les protégeant (parce que bien sûr). Bravo à #AllOutDC #ShuttiDownDC»

«Derrière la police, il y a un petit nombre, peut-être une douzaine, peut-être vingt suprémacistes blancs. Beaucoup portent des masques ou des casques cachant leur visage et arborent des drapeaux américains.»

Newsletters

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Un jour, j'ai lu une citation qui m'a beaucoup marqué, raconte Frédéric Noy. Elle disait que les Occidentaux ne s'intéressaient à l'Afrique qu'à travers les gens qui meurent et non ceux qui vivent. Ça m'a donné envie de découvrir...

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

La série de Netflix est un portrait romancé du pays pendant la Régence.

La communauté juive du Royaume-Uni utilise le jour de l'Holocauste pour dénoncer la persécution des Ouïghours

La communauté juive du Royaume-Uni utilise le jour de l'Holocauste pour dénoncer la persécution des Ouïghours

Pour eux, il y a des similitudes entre ce qu’il se passerait en Chine et ce qui est arrivé dans l’Allemagne nazie dans les années 1930-1940.

Newsletters