Monde

Donald Trump voulait prêter serment sur un de ses livres, selon une ancienne employée de la Maison Blanche

Temps de lecture : 2 min

Le 45e président américain a finalement prêté serment sur la Bible en janvier 2017.

Donald Trump, lors de son investiture, le 20 janvier 2017. Mark RALSTON / AFP
Donald Trump, lors de son investiture, le 20 janvier 2017. Mark RALSTON / AFP

C’est peu dire que le livre d’Omarosa Manigault-Newman, l’ancienne employée de la Maison Blanche —et participante à l’émission de télé-réalité de Donald Trump, The Apprentice— font parler.

Les médias américains et internationaux relaient notamment un passage dans lequel elle confirme l’existence d’un extrait audio dans lequel Trump prononce une injure raciale et affirme qu’il a déjà prononcé de telles injures avant de devenir président. Mais ce ne sont pas les seules déclarations explosives que l'on peut trouver dans l'ouvrage.

Slate.com raconte ainsi qu'elle assure que Donald Trump voulait prêter serment avec la main sur son livre «The Art of the Deal» («Trump par Trump», en français) lors de la cérémonie d’investiture en janvier 2017.

«C’est le plus grand livre de business de l’histoire»

«Il m’a demandé: “Omarosa, qu’est-ce que tu penses du fait de prêter serment avec la main sur ‘The Art of the Deal’?” Je lui ai répondu: “À la place de la Bible?”. “Oui, ‘The Art of the Deal’ est un best-seller. C’est le plus grand livre de business de l’histoire. C’est comme ça que je vais faire de super affaires pour le pays. Pense au nombre d’exemplaires que je vendrai —peut-être même un exemplaire d’inauguration commémoratif?!»

Slate.com indique que selon l'auteure, Donald Trump a ensuite voulu lui faire croire qu’il lui faisait une blague, mais elle affirme qu’il était bien sérieux au moment de lui dire ceci. Le 45e président américain avait finalement prêté serment sur deux Bibles: celle utilisée par Abraham Lincoln en 1861 et celle que lui avait offerte sa mère.

L’article de Slate.com évoque également des passages sur l'étrange relation entre Donald et Ivanka Trump, la relation très directe qu'il a avec Fox News, l'affirmation que le président insulte régulièrement les membres de son staff (ou qu'il traite son fils Donald Jr. de «grosse merde»), et que la Maison Blanche a offert à Omarosa Manigault-Newman un contrat de 15.000 dollars par mois pour qu'elle ne dise rien après son renvoi pour avoir abusé du service de voitures de la Maison Blanche.

Pas sûr que la suite de ce portrait ne soit très bien vu du côté de la Maison Blanche. The Hill rappelle que Donald Trump s'en est déjà pris à elle samedi 11 août, la traitant de «minable». La porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders a, elle, nié les propos d'Omarosa Manigault-Newman dès vendredi 10 août, et l'a dépeinte en une «ancienne employée de la Maison Blanche aigrie qui tente de tirer profit de ces fausses attaques».

Slate.fr

Newsletters

En Angleterre, des humoristes sommés de garantir par écrit qu'ils n'offenseront personne

En Angleterre, des humoristes sommés de garantir par écrit qu'ils n'offenseront personne

Plusieurs humoristes invités à se produire à la School of Oriental and African Studies de Londres ont reçu un «contrat de comportement» à signer.

Au Pérou, un film LGBT+ en langue quechua bouscule les idées reçues

Au Pérou, un film LGBT+ en langue quechua bouscule les idées reçues

«Mon père», qui sort le 19 décembre en France, raconte l’histoire de Segundo, un garçon issu d’une communauté reculée des Andes et confronté à un secret de famille.

Xi Jinping écrit un nouveau chapitre d’histoire pour la Chine moderne

Xi Jinping écrit un nouveau chapitre d’histoire pour la Chine moderne

Le dirigeant chinois tâche d’incarner une Chine du renouveau, tirant parti des crises idéologiques, politiques et économiques qui frappent l’Occident.

Newsletters