Société / Sports

Le plan d'Adidas pour durer: retirer de la vente ses produits à succès

Temps de lecture : 2 min

Une stratégie payante si l’on en croit le succès du retour des Stan Smith.

Une paire de Stan Smith | Maria Morri via Flickr CC License by
Une paire de Stan Smith | Maria Morri via Flickr CC License by

En 2011, Adidas a pris une décision ambitieuse: arrêter la vente d’une de ses baskets phares, la Stan Smith. Le plan était d'assainir le marché, le manque d’offre créerait ainsi une demande: un coup calculé par Adidas pour gentillement raviver le désir des consommateurs quelques temps avant de la réintroduire sur le marché. Ce qui a été fait en 2014.

Et comme prévu, le retour de la Stan Smith a été gagnant. «Nous savions trois ans et demi avant l’étape numéro une ce qui se passerait.» se réjouit Jon Wexler, vice-président du département marketing, dans les colonnes du Guardian.

Stan Smith et Superstar: la rareté comme facteur de succès

La Stan Smith et sa soeur la Superstar ont été le fer de lance du retour d’Adidas sur la scène mondiale. La marque continue ainsi de se développer, notamment sur le marché américain où ses ventes ont augmenté de 16% au second trimestre. Cependant, selon le PDG de la marque, Kasper Rorsted, durant les dix-huit derniers mois, Adidas a freiné la distribution de ces deux modèles, il existe désormais plus de demande que ce que Adidas veut satisfaire. L’entreprise pense sur le long terme à son «intégrité de marque».

Le milieu de la basket et de la mode en général sont basés sur la rareté. Nike et sa basket Jordan en sont l’incarnation parfaite. Alors que l’entreprise a accru les quantités de Jordan distribuées sur le marché pour booster ses ventes, les consommateurs ont perdu leur intérêt pour la marque. Nike a ensuite fait marche arrière pour rendre les Jordans plus rare.

Comme quoi, vendre plus n'est pas forcément synonyme de croissance.

Slate.fr

Newsletters

L’école de commerce est-elle responsable des performances économiques de nos sociétés?

L’école de commerce est-elle responsable des performances économiques de nos sociétés?

[TRIBUNE] Après les nombreuses critiques formulées à l'encontre des écoles de commerce, deux professeurs de la Stockholm School of Economics dressent la liste des forces et faiblesses de ces formations.

Les «gilets jaunes», le retour des rayés de la carte

Les «gilets jaunes», le retour des rayés de la carte

Avec les «gilets jaunes», la France assiste au rassemblement imprévu de celles et ceux qui ne pensaient plus être représentés un jour par quelqu’un, pas même par eux-mêmes.

«Les talibans ne vous menacent pas, ils vous retrouvent et vous tuent»

«Les talibans ne vous menacent pas, ils vous retrouvent et vous tuent»

Mohammed Basir Ibrahimi a mis ses compétences d'interprète au service des forces françaises en Afghanistan entre 2011 et 2012. Depuis, le jeune homme a rejoint illégalement la France.

Newsletters