Sports

Si la France est championne du monde, c'est aussi grâce à Olivier Giroud

Temps de lecture : 8 min

Les chiffres ne mentent pas. Sans le numéro 9, les Bleus n'auraient pas eu le même parcours.

Olivier Giroud après la victoire de la France contre la Croatie en finale de coupe du monde, le 15 juillet 2018 à Moscou. | Franck Fife / AFP
Olivier Giroud après la victoire de la France contre la Croatie en finale de coupe du monde, le 15 juillet 2018 à Moscou. | Franck Fife / AFP

«Ceux qui disent que Giroud ne sert à rien ne comprennent rien au foot.» La phrase signée Adil Rami peut paraître excessive. Mais en s’y penchant de près, on se rend vite compte que la sortie médiatique du défenseur marseillais, qui vole au secours de son coéquipier, traduit tout le caractère ambivalent du cas Giroud, joueur décrié mais indispensable à l’équilibre tactique de cette équipe de France championne du monde.

Giroud n’a inscrit aucun but lors du mondial russe en six titularisations. Il a tiré treize fois mais n'a cadré aucune frappe. Il est donc légitime de s’interroger sur l’impact du Savoyard dans la victoire des troupes de Deschamps. Les plus taquins l’ont comparé à Stéphane Guivarc’h, l’avant-centre titulaire lors du mondial 1998, auteur lui aussi de zéro réalisation. Le Breton avait alors souffert de la comparaison avec les autres éléments offensifs de l’équipe coachée par Aimé Jacquet et connu une fin de carrière un peu compliquée.

Giroud, l’absent indispensable

Pourtant, pour Giroud, l'avant-Coupe du monde avait été encourageant. Lors du premier match de préparation, il inscrit son 31e but en équipe de France face à l’Irlande, égalant ainsi la légende Zidane à la quatrième place des meilleurs buteurs de l’histoire de la sélection.

Lors du dernier match avant le mondial face aux États-Unis, son don de soi l'avait conduit à se faire coudre des points de suture à la suite d’un duel aérien. La présence de l’avant-centre dans les onze titulaires face à l’Australie une semaine plus tard pour les débuts français dans le groupe C de la Coupe du monde apparaissait plus que jamais évidente.

Mais à la surprise générale, pour le premier match de la compétition face à l'Australie, Didier Deschamps le laisse sur le banc, optant pour un 4-3-3 avec le trident offensif Dembélé-Mbappé-Griezmann. Les plus réfractaires au style Giroud ont vu d’un bon œil ce remaniement tactique. Offrant de nouveaux relais à Griezmann, tous pensaient enfin assister à la possibilité de voir ce trio explosif et technique faire voler en éclats la défense des Socceroos. Raté. Ce match inaugural restera l’unique hic tactique du mondial de DD, qui pensait miser sur la profondeur de ses trois offensifs face à un bloc regroupé qui n’a jamais aussi bien lu le jeu de Mbappé durant ce mondial.

Les Bleus éprouvent toutes les peines à se sortir du piège océanien: c'est l’entrée de Giroud à la 70e minute qui va décanter l’issue incertaine d’un premier match toujours capital. Le score est alors de 1-1. Pogba, d’une frappe détournée par le défenseur australien, délivre les siens grâce à l’assistance vidéo. Mais il convient surtout de souligner la remise savamment dosée par un Giroud bien souvent insaisissable lorsqu’il est dos au jeu et proche de la surface avec du mouvement autour de lui.

Une entrée en matière qui a redistribué les cartes. Mbappé sera au centre d’un debrief musclé de Didier Deschamps et Dembélé disparaîtra de la circulation durant la suite de la compétition.

Giroud, lui, disputera tous les autres matchs dans la peau du titulaire, à la pointe de l’attaque dans le fameux 4-2-3-1 de base qui a fait ses preuves depuis l’Euro 2016. Malgré l’importance avérée de Giroud dans le système de jeu tricolore, sa présence reste compliquée à cerner pour beaucoup. «On se rend toujours compte de l’importance de Giroud quand il ne joue pas», déplorera Arsène Wenger, celui qui l’a fait passer de Montpellier à Arsenal, au micro de BeIn. Même avis pour Didier Deschamps, après le très pénible match contre l'Australie: «Olivier, c’est quand il est pas là qu’on se rend compte à quel point il est utile».

Un job ingrat

Hormis ses buts, Giroud réalise bien souvent un travail ingrat, parfois même invisible, pour faire briller ses partenaires. Le but décisif de Griezmann contre l’Irlande en huitièmes de finale de l’Euro 2016 est peut-être l’action qui résume à elle seule le rôle capital du numéro 9.

Les Bleus sont menés à la pause, l’équipe va renverser la vapeur grâce à un second but parti d’une longue balle en direction de Giroud, qui va entre les deux défenseurs centraux irlandais nettoyer un ballon de la tête pour une remise impeccable sur le Mâconnais. Un exemple marquant du rôle tenu par Giroud durant ce mondial, celui qui s’efface pour laisser la lumière aux autres.

Giroud est ce qu’on appelle en Angleterre un «hold-up player»: un joueur qui par sa hauteur doit être capable de faire remonter le bloc par des relais ou du jeu aérien en déviation. Un profil capable de faire marquer les autres par sa capacité à concentrer les défenses adverses dans l’axe et qui doivent répondre au défi physique imposé par le joueur d'un mètre quatre-vingt-treize, véritable point d’appui pour faire briller les autres. Un style qui nécessité une précision diabolique quand la balle arrive dans la surface.

«Par nature, je suis pas un joueur égoïste. Même il faut l’être un peu quand tu es attaquant, d’autant que la finition est ma principale qualité. Mais si j’ai un défenseur devant moi et un partenaire mieux placé, je privilégie la passe décisive qui est gratifiante à mes yeux», expliquait-il à l'Équipe le 21 juin.

Ce style Giroud est tout aussi technique que celui des virtusose solistes. «Oliv» est capable, sur les premières touches, de créer des différences par sa justesse et sa qualité de jeu en rupture. Comme il le disait lui meme dans les colonnes de l’Équipe:

«Je pense avoir une certaine justesse technique dans les remises et déviations. J’ai une certaine finesse de pied sur la première touche de balle mais je ne vais pas faire lever les foules en dribblant trois ou quatre joueurs.»

Dans ce top 5 des buts d’Arsenal issus des plus beaux mouvements collectifs des cannoniers, les deux premiers du classement impliquent directement le jeu de remise et la finesse technique de Giroud dans des espaces réduits proche des vingt-cinq derniers mètres. Un bel exemple de ce que peut apporter son style sur le plan purement technique.


Certains experts avisés du ballon rond ne manquent d'ailleurs pas de rappeler qu'OG n’est pas qu'une grand perche juste capable d’embêter par sa taille, comme l'explique Bixente Lizarazu dans sa chronique du 21 juin pour L'Équipe, titrée «Giroud, c’est pas Mbappé» où il vante les qualité d'«un joueur de surface, bon de la tête et dos au but. Un excellent finisseur». L’ancien international champion du monde y pointe la responsabilité de ses partenaires, qui n’ont pas fait le nécessaire pour s’adapter à un jeu capable de sublimer les qualités de percussion et de vitesse de toute une animation offensive:

«Griezmann doit se rafraîchir la mémoire et se rappeler comment il jouait avec lui à l’Euro 2016. Giroud était son relais principal et le point de fixation pour lancer des attaques rapides à base de une-deux. Mbappé doit apprendre à utiliser Giroud sur ses qualités».

Et d'estimer que «personne ne sait faire du Giroud aussi bien que Giroud».


Un joueur décisif dans la victoire finale

Giroud cristallise la querelle des anciens et modernes qui souhaiteraient voir la jeunesse triompher très vite. Mais DD a vite compris que sans un soldat aux avant-postes doté d’une expérience internationale indéniable et rompu à toujours se dépouiller sur le terrain, son équipe manquerait de structure et d’épaisseur, nécessaires pour conquérir les sommets (si l’équipe la plus virtuose et plus technique remportait à chaque fois le mondial, le Brésil aurait peut-être huit étoiles sur son maillot).

Les statistiques souvent cruelles diront que Giroud n’a réalisé qu’une pauvre passe décisive en 546 minutes passées sur le terrain. Mais nous pouvons en réalité dénombrer trois «passes» ou actions décisives. Celle contre l’Australie, on l'a vue. Une autre lors du match de la qualification contre le Pérou, où le seul but du match est venu d’un appel et d’une frappe déviée de Giroud, permettant à Mbappé de marquer dans le but vide.

Enfin, contre l’Argentine, il offre le 4-2 sur un plateau à Mbappé d’une subtile déviation dosée dont il a le secret. Un but crucial quand on sait que l’Albiceleste reviendra à 4-3 juste après et aura même une balle de 4-4 dans les ultimes secondes.

Si l’on ajoute à cela son implication indirecte dans le but victorieux d’Umtiti en demi-finale face à la Belgique –c’est lui qui au détour d’un enchaînement dos au but-contrôle-frappe provoque le corner–, Giroud a plus qu’apporté sa pierre à l’édifice.


Son but: le duel

En jouant soit très long pour de la déviation ou très bas pour faire remonter le bloc par ses ballons grattés de la tête en phase défensive, le numéro 9 est sorti de sa zone de confort. Contre l’Uruguay, dans un match très fermé en occasions, l’impact de Giroud a été précieux.

Il a remporté le défi physique imposé par l’une des meilleures charnières au monde, celle de l’Atlético Madrid, composée de Jimemez et Godin. Dans un match qui s’est joué sur les phases arrêtées, l’attaquant a étalé toute sa force et a dominé les débats comme rarement.

Le journaliste et commentateur des matchs pour RTL Philippe Sanfourche ne s’y est d’ailleurs pas trompé:

Giroud a remporté 61% de ses duels dont 70% de la tête (sept duels gagnés sur dix de la tête, près de deux fois plus que ses deux adversaires directs (37,5% pour Gimenez et 42,9% pour Godin). Il offre un caviar de la tête vendangé par Mbappé dès la 15e minute, un match plein où ses compères d’attaque ont bénéficié de ses déviations pour s’installer dans le camp uruguayen.

Sur le deuxième but de Griezmann qui envoie la France en demi-finale, c’est son pressing sur le front de l’attaque qui oblige l’Uruguayen à faire une mauvaise passe et à lancer la contre-attaque avec une transition express de l’escouade offensive tricolore.

Le duel, toujours le duel comme pour traduire cette lutte à laquelle il s’est toujours soumis pour s’imposer comme titulaire en sélection nationale.

En demi-finale contre la Belgique, en plus de provoquer le corner victorieux, le numéro 9 grattera encore quatre ballons et participera au repli défensif quand les Belges poussaient fort pour arracher la prolongation.

En finale, il touche très peu de ballons dans la surface mais reste celui qui a disputé le plus de duels aériens avec neuf ballons pour six duels remportés, à un moment où la France était plongée dans le doute suite à l’égalisation de Perisic à 1-1. Des combats victorieux qui ont permis au bloc de jouer plus haut et ainsi récupérer des ballons plus proches du but adverse. En tout, trente-neuf duels seront remportés par le joueur sur toute la compétition.

Les chiffres ne mentent pas

Sa fiche FIFA le montre et résume bien le paradoxe Giroud. Il suffit d'y regarder les chiffres (kilomètres parcourus, passes réussies et... buts marqués): OG ne marque pas, mais OG est là.

«Si on gagne et que je marque pas, j'en aurai rien à faire», déclarait-il lors de la conférence de presse au camp de base d’Istra, le 8 juillet avant la demi-finale contre la Belgique, sachant quelle était sa véritable utilité dans l'équipe.

Les livres d’histoire retiendront que celui qui évoluait en amateur il y a dix ans fait désormais partie des quarante-cinq Français champions du monde et qu'il a de bonnes chances de finir troisième meilleur buteur de l’histoire des Bleus à l’issue de sa carrière internationale.

Walid Kachour

Newsletters

Ces footballeurs qui tâtent du clavier aussi bien que du ballon

Ces footballeurs qui tâtent du clavier aussi bien que du ballon

Rares sont les footballeurs musiciens, mais les mondes du foot et de la musique partagent de nombreux points communs.

L’histoire des ballons de foot qui donnaient l’assaut dans les tranchées

L’histoire des ballons de foot qui donnaient l’assaut dans les tranchées

Dans son livre «Le sport et la Grande Guerre», Paul Dietschy évoque une anecdote folle, représentative de l’esprit sportif des troupes britanniques durant la Première Guerre mondiale.

En Chine, le MMA fait trembler les arts martiaux traditionnels

En Chine, le MMA fait trembler les arts martiaux traditionnels

En Chine, la rivalité entre arts martiaux est un combat culturel.

Newsletters