Santé

Comment protéger sa santé quand on prend l'avion

Temps de lecture : 4 min

Six conseils pour rester en bonne santé quand on est comprimé sur un siège minuscule pendant huit heures d'affilée.

On n'est pas bien, là? | Photo StelaDi via Pixabay CC0.
On n'est pas bien, là? | Photo StelaDi via Pixabay CC0.

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Comment protéger sa santé quand on prend l’avion?»

La réponse de Keck Medicine de l’USC, plus de 500 médecins reconnus à l’échelle internationale dans un centre médical universitaire de premier plan:

Voyager dans l’espace exigu d’un avion est loin d’être agréable… et en plus ce n’est pas bon pour la santé. Ces quelques conseils vous permettront de protéger votre santé lors de vos déplacements en avion.

1.Vous craignez les phlébites?

Il a été prouvé que les voyages en avion de huit heures ou plus peuvent provoquer des thromboses veineuses profondes, aussi appelées phlébites. Très graves, elles sont néanmoins rares en avion et favorisées par d’autres facteurs de risque tels que l’obésité, le cancer, les varices, les traitements hormonaux de substitution ou encore le fait d’avoir récemment subi une intervention chirurgicale. Passé quarante ans, le risque est également plus important.

Ce risque accru en avion est lié au fait que plus on reste immobile, plus des caillots de sang sont susceptibles de se former dans les veines profondes des jambes, causant gonflements et douleurs. Selon les centres pour le contrôle et la prévention des maladies Centers for Disease Control and Prevention (CDC), il existe plusieurs façons de limiter les risques:

  • Si possible, allongez vos jambes et effectuez des mouvements de flexion-extension des chevilles
  • Levez-vous pour étirer vos jambes au moins une fois par heure
  • Placez vos genoux sur votre poitrine pendant 15 secondes et reposez-les au sol; répétez 10 fois
  • Portez des bas de contention
  • Après avoir demandé l’avis de votre médecin, prenez une faible dose d’aspirine dans les jours qui précèdent, pendant et après un vol pour améliorer la circulation sanguine

«Plusieurs études ont identifié que le risque de phlébite lors des vols de plus de huit heures était inférieur à 10% et que les personnes les plus touchées avaient d’autres facteurs de risque, tels que des antécédents de phlébites, un cancer actif ou encore des varices», explique Casey O’Connell, docteur en médecine et professeur associé en médecine clinique à la Keck School of Medicine de l’Université de Californie du Sud (USC). «Certaines études ont démontré que les bas de contention montant jusqu’aux genoux étaient un moyen efficace de réduire le risque de phlébite chez les patients les plus à risque lors des voyages en avion.»

«Néanmoins, aucune donnée ne prouve que la prise d’aspirine est efficace pour empêcher la formation de caillots sanguins chez les patients voyageant en avion; d’ailleurs, l’aspirine peut causer d’importants effets secondaires notamment gastro-intestinaux», ajoute le Dr O’Connell, qui est également hématologue au USC Norris Comprehensive Cancer Center à la Keck Medicine de l’USC. «Une autre étude a même fait ressortir que les voyageurs ayant pris de l’aspirine étaient plus sujets aux caillots sanguins que ceux qui n’en avaient pas pris. Il n’est donc pas conseillé de prendre de cette molécule avant de voyager.»

2.Vous avez mal aux oreilles?

Le changement de pression dans la cabine modifie les vibrations des tympans, ce qui provoque des douleurs. Pour faire retomber la pression, respirez profondément, mâchez un chewing-gum ou sucez un bonbon. Vous pouvez également essayer la manœuvre de Valsalva: fermez la bouche, pincez votre nez et soufflez doucement. Répétez si besoin, en particulier à l’atterrissage pour équilibrer la pression dans vos oreilles.

3.Vous avez souvent des crampes?

L’activité est la meilleure façon de lutter contre les crampes aux jambes et le syndrome des jambes sans repos. Demandez un siège côté couloir afin de pouvoir étendre vos jambes dans le passage, mais aussi pour avoir la possibilité de vous lever au moins toutes les heures. Essayez de masser vos mollets et de vous étirer au fond de l’avion. Évitez de consommer de la caféine et de l’alcool, qui déshydratent et provoquent des crampes. Enfin, prévoyez un sac en plastique pour vous faire une poche de glace à appliquer sur les zones concernées.

4.Vous avez peur des microbes persistants dans un avion?

Vous avez bien raison. Une étude de 2014 a révélé que les bactéries causant des maladies telles que le MRSA et l’E. coli pouvaient survivre jusqu’à une semaine dans la cabine d’un avion. Les pochettes des sièges, les accoudoirs et les surfaces poreuses en général sont les zones qui attirent le plus de microbes, mais ceux-ci risquent plus de vous atteindre sur des surfaces non poreuses telles que la tablette devant vous ou la lunette des toilettes. Utilisez des lingettes antibactériennes pour désinfecter votre espace et faites-vous vacciner contre la grippe sept à dix jours avant votre voyage pour stimuler votre système immunitaire.

5.Vous avez souvent mal à la tête et le nez qui coule?

Hydratez-vous. La déshydratation provoque des maux de tête et peut faire durer les migraines. De plus, lorsque votre corps n’est pas suffisamment hydraté, votre nez coule pour compenser.

6.Vous avez la tête qui tourne ou des vertiges?

Cela est lié au fait que le niveau d’oxygénation du sang est plus bas dans les avions. Évitez de boire de l’alcool, car cela empêche vos cellules sanguines d’absorber l’oxygène. Vous pouvez aussi réserver un vol dans un Boeing 787 Dreamliner, dont la pression atmosphérique et l’humidité sont plus élevées que dans les autres avions.

Quora

Newsletters

Gérer sa love story de l'été à la rentrée

Gérer sa love story de l'été à la rentrée

Pendant l’été, deux numéros hors-série de «C’est compliqué». En juillet et en août, c’est à vous tous, directement, que Lucile Bellan prodigue ses conseils: penser aux dépistages si on a eu un été bien rempli (et on ne pense pas qu’au VIH !) et...

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

La popularité des charlatans du bien-être révèle les errements de la médecine

Les praticiens qui ne savent pas écouter les souffrances de leurs patients les poussent vers des produits et services scientifiquement fumeux.

Newsletters