Monde

Les Australiens trollent leurs parlementaires avec des portraits de la reine d'Angleterre

Temps de lecture : 2 min

Et les parlementaires sont (quasi) obligés de les fournir.

Le portrait risque de ne pas être aussi grand, Wellington, 2014 | Hagen Hopkins / POOL / AFP
Le portrait risque de ne pas être aussi grand, Wellington, 2014 | Hagen Hopkins / POOL / AFP

En Australie, une vieille loi donne le droit d'obtenir un portrait gratuit de la reine Elizabeth II. Le méconnu «programme de requête des électeurs» autorise tout le monde à demander des «drapeaux et autres documents associés à la nation» et autorise également la commande de portraits de la reine et du duc d'Edimbourg, rapporte SBS.

Si les parlementaires australiens ne sont pas légalement forcés de les fournir, il leur est possible d'utiliser l'argent du contribuable pour répondre à ces demandes, devenues particulièrement nombreuses après l'article du journaliste de Vice Nicholas Lord, qui a déterré cette loi et levé involontairement une véritable armée de trolls.

Concours de trolls

La députée Rebekha Sharkie raconte avoir reçu vingt-cinq demandes en seulement douze heures.

«Yeah! Qui savait qu'en tant que citoyen on avait le droit à un portrait gratuit de la Reine ?! Et des drapeaux?»

Le député Tim Watts a confirmé auprès d'ABC Radio ne pas être familier de ce type de requête: «Je peux le dire, avant la publication de l'article, je n'avais reçu aucun demande pour un portrait de la reine Elizabeth. Ces dernières 24 heures, je dirais, une douzaine. Je pense que 99% étaient ironiques.»

Le portrait en question représente la reine avec deux broches: l'une offerte par l'ancien premier ministre, Robert Menzies, l'autre avec des armoiries australiennes. Tim Watts, non sans humour, a prévenu que les personnes recevraient aussi d'autres documents avec leur portrait.

«Excellent trolling Vice, je n'ai aucun problème avec la partie la plus stupide de mon travail.
Mais soyez prévenus les jeunes de Gellibrand: si vous demandez un portrait de Liz, il n'y a rien qui m'empêche de vous envoyer d'autres document dans le même colis.

Je prépare mes photos de la cheffe de l'État pour les douzaines de demandes de citoyens. En faisant quelques ajustements avant de les envoyer.»

Les colis du député incluent donc des photos de l'ancien capitaine de l'équipe de football américain de Melbourne, les Western Bulldogs et de l'ancienne première ministre Julia Gillard.

«On m'a dit de ne pas envoyer de photos de Beyoncé aux électeurs qui ne précisaient pas dans leur demande qu'ils souhaitaient obtenir une photo de la Reine.
Dans un autre domaine, celui qui a écrit l'article pour Vice à propos des documents relatifs à la nation n'est pas très populaire dans mon bureau.
»

Même si la loi a déjà été critiquée par le passé, le député Watts a expliqué à SBS qu'elle est parfois utile: il envoie souvent des drapeaux aborigènes ou de l'île du Détroit de Torrés, importants pour les communautés locales.

Un autre parlementaire, Andrew Hastie a décidé d'obtenir, lui aussi, son portrait et de l'afficher dans son bureau.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Guerre au Yémen, éruption volcanique aux îles Tonga, et famine en Afghanistan… La semaine du 15 au 21 janvier en images.

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Depuis le dernier tiers du XIXᵉ siècle, certains auteurs cherchent à prouver que le pays ne doit pas son nom à l'explorateur florentin Amerigo Vespucci.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio