Monde

Les Australiens trollent leurs parlementaires avec des portraits de la reine d'Angleterre

Temps de lecture : 2 min

Et les parlementaires sont (quasi) obligés de les fournir.

Le portrait risque de ne pas être aussi grand, Wellington, 2014 | Hagen Hopkins / POOL / AFP
Le portrait risque de ne pas être aussi grand, Wellington, 2014 | Hagen Hopkins / POOL / AFP

En Australie, une vieille loi donne le droit d'obtenir un portrait gratuit de la reine Elizabeth II. Le méconnu «programme de requête des électeurs» autorise tout le monde à demander des «drapeaux et autres documents associés à la nation» et autorise également la commande de portraits de la reine et du duc d'Edimbourg, rapporte SBS.

Si les parlementaires australiens ne sont pas légalement forcés de les fournir, il leur est possible d'utiliser l'argent du contribuable pour répondre à ces demandes, devenues particulièrement nombreuses après l'article du journaliste de Vice Nicholas Lord, qui a déterré cette loi et levé involontairement une véritable armée de trolls.

Concours de trolls

La députée Rebekha Sharkie raconte avoir reçu vingt-cinq demandes en seulement douze heures.

«Yeah! Qui savait qu'en tant que citoyen on avait le droit à un portrait gratuit de la Reine ?! Et des drapeaux?»

Le député Tim Watts a confirmé auprès d'ABC Radio ne pas être familier de ce type de requête: «Je peux le dire, avant la publication de l'article, je n'avais reçu aucun demande pour un portrait de la reine Elizabeth. Ces dernières 24 heures, je dirais, une douzaine. Je pense que 99% étaient ironiques.»

Le portrait en question représente la reine avec deux broches: l'une offerte par l'ancien premier ministre, Robert Menzies, l'autre avec des armoiries australiennes. Tim Watts, non sans humour, a prévenu que les personnes recevraient aussi d'autres documents avec leur portrait.

«Excellent trolling Vice, je n'ai aucun problème avec la partie la plus stupide de mon travail.
Mais soyez prévenus les jeunes de Gellibrand: si vous demandez un portrait de Liz, il n'y a rien qui m'empêche de vous envoyer d'autres document dans le même colis.

Je prépare mes photos de la cheffe de l'État pour les douzaines de demandes de citoyens. En faisant quelques ajustements avant de les envoyer.»

Les colis du député incluent donc des photos de l'ancien capitaine de l'équipe de football américain de Melbourne, les Western Bulldogs et de l'ancienne première ministre Julia Gillard.

«On m'a dit de ne pas envoyer de photos de Beyoncé aux électeurs qui ne précisaient pas dans leur demande qu'ils souhaitaient obtenir une photo de la Reine.
Dans un autre domaine, celui qui a écrit l'article pour Vice à propos des documents relatifs à la nation n'est pas très populaire dans mon bureau.
»

Même si la loi a déjà été critiquée par le passé, le député Watts a expliqué à SBS qu'elle est parfois utile: il envoie souvent des drapeaux aborigènes ou de l'île du Détroit de Torrés, importants pour les communautés locales.

Un autre parlementaire, Andrew Hastie a décidé d'obtenir, lui aussi, son portrait et de l'afficher dans son bureau.

Slate.fr

Newsletters

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

Transition des jeunes trans*, quand science et militants divergent

L'article d'une chercheuse américaine, qui examine la possibilité d’un effet de dynamique de groupe pour les jeunes filles s’identifiant comme trans*, a suscité l'ire de certains groupes militants.

Newsletters