Société / Monde

Seuls 20% des élèves américains apprennent une langue étrangère à l’école

Temps de lecture : 2 min

En Europe, ce chiffre grimpe à 92%. Une question de géographie... mais pas que.

Une jeune fille au drapeau américain se promène au bras de son père à New York, le 11 novembre 2016  | Photo Michael Loccisano / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Une jeune fille au drapeau américain se promène au bras de son père à New York, le 11 novembre 2016 | Photo Michael Loccisano / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Aller à l'école aux États-Unis, c'est l'assurance de suivre ses cours dans la langue la plus parlée au monde, l'anglais. Ce qui est a priori un avantage. Sauf que quand on parle déjà couramment la langue officielle de cinquante-neuf pays et la langue maternelle de plus de 400 millions de personnes, cela n'incite pas vraiment à apprendre une langue étrangère. Résultat: selon une étude du Pew Research Center, seuls 20% des écoliers américains apprennent une langue étrangère entre la maternelle et la terminale.

Ce chiffre cache cependant un vrai contraste entre les différents États. Une étude de l’organisation non-lucrative American Councils for International Education a révélé que 51% des étudiants du New Jersey apprennent une autre langue contre 9% au Nouveau Mexique ou en Arizona.

Une situation bien différente en Europe

En Europe, la situation est très différente: plus de 90% des élèves apprennent au moins un autre langage. Très souvent, ils en apprennent même plusieurs. Un comportement tout à fait rationnel, dans la mesure où la langue maternelle de nombre d'entre eux n’est que très peu parlée. Voilà pourquoi 100% des élèves roumains, danois, norvégiens ou encore néérlandais s'y mettent. Autre particularité des pays européens, certains parlent plusieurs langues à l'intérieur même d'un pays. En Suisse par exemple, le français, l’allemand, l’italien et le romanche sont les quatre langues officielles. En Belgique, ce sont le français, l’allemand et le néerlandais. Mais, avance Nikhil Sonnad sur Quartz, les évolutions historiques, sociétales et politiques du pays ont tellement complexifié les relations entre les différentes communautés linguistiques que la «solution linguistique apolitique» serait aujourd'hui... l'anglais.

Les Européens partagent aussi beaucoup plus de frontières que les Américains. Là où les Etats-Unis n’ont que deux frontières, l’une avec le Canada et l’autre avec le Mexique, la France métropolitaine, par exemple, a pas moins de huit voisins.

La place de la langue anglaise dans le monde

Certains soutiennent que la langue de Shakespeare est tellement populaire qu’elle est, de fait, purement et simplement oppressante. En juillet dernier dans le Guardian, le journaliste basé en Californie Jacob Mikanowski accusait la langue anglaise de «prendre le contrôle de la planète». On ne peut pas l’éviter, elle est partout: dans le langage des affaires, sur internet, dans le transport aérien.

Les élèves américains qui n’apprennent pas de langue étrangère n’auront aucun problème à trouver un emploi dans notre économie mondialisée dominée par l’anglais. Cependant, ils ne développeront pas une intelligence culturelle critique, estime Ephrat Livni sur Quartz: «apprendre une langue étrangère est important pour des raisons qui dépassent la communication brute avec autrui. C’est une fenêtre qui s’ouvre vers un monde différent, c’est une manière de comprendre comment autrui pense.»

Slate.fr

Newsletters

Les jackpots records sont des périodes difficiles pour les addicts au jeu

Les jackpots records sont des périodes difficiles pour les addicts au jeu

Les loteries extraordinaires rendent les déclencheurs omniprésents pour les joueurs et les joueuses compulsives.

Homophobie

Homophobie

«Plus j'y réfléchis, plus je souhaite que notre relation évolue vers un couple ouvert»

«Plus j'y réfléchis, plus je souhaite que notre relation évolue vers un couple ouvert»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Juliette, une femme heureuse dans son couple mais qui aimerait proposer à l'homme qu'elle aime de s'autoriser à voir d'autres personnes.

Newsletters