Culture

Salinger, l'hommage de la presse et des écrivains

Temps de lecture : 2 min

Jeudi 28 janvier, J.D Salinger, l'auteur de L'Attrape-coeurs est mort. Voici une sélection de liens, entre hommages et retour sur l'oeuvre de cet écrivain mystérieux.

Le Monde

«Jerome David Salinger dit J.D. Salinger a vraiment existé: la preuve vient de nous en être donnée avec l'annonce de sa mort», écrit Pierre Assouline sur son blog la république des livres. Pour Assouline, L'Attrape-cœurs reste l'«un des rares romans du XXe siècle qui ait profondément marqué plusieurs générations sur plusieurs continents».

A lire aussi sur Le Monde.fr, un texte de Philippe Djian: J.D Salinger, une extraodinaire lumière.

Le Figaro

«Nous avons tous perdu un grand frère», écrit Éric Neuhoff. «Ce type était un objet de culte. (...) Don DeLillo s'est inspiré de son personnage dans Mao II. Son ombre flotte sur le rôle de Sean Connery dans le film de Gus Van Sant A la rencontre de Forrester. Mark Chapman, l'assassin de John Lennon, avait dans sa poche un exemplaire de L'Attrape-cœurs quand la police l'a arrêté.»

Le Nouvel Observateur met en ligne des extraits de L'Attrape-rêves, un livre que la fille du romancier avait consacré à son père.

Le New Yorker renvoie, par des liens accessibles seulement aux abonnés, vers une douzaine de nouvelles que l'écrivain avait publiées dans ce magazine, entre 1946 et 1965.

Le New York Times rend aussi hommage à «l'un des écrivains américains les plus importants» et ressort de ses archives des extraits de critiques (dont l'une de John Updike) ayant accueillis la sortie de deux de ses livres: Franny and Zooey et L'Attrape-coeurs.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

«Succession» nous rapproche de l'expérience collective de «Game of Thrones»

Cette semaine, la grand-messe des séries. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio