Monde / Économie

Le Brexit augmente considérablement le coût des vacances des Britanniques

Temps de lecture : 2 min

La faute à la livre sterling, qui n'en finit pas de plonger.

Des pièces d'euro et de livre sterling devant un drapeau européen. JUSTIN TALLIS / AFP
Des pièces d'euro et de livre sterling devant un drapeau européen. JUSTIN TALLIS / AFP

Financièrement parlant, le Brexit ne semble pas être un pari gagnant pour les Britanniques: une étude publiée par Seasonal Businesses in Travel, organisation qui représente plus de 200 entreprises de transport britanniques, estime que le prix des vacances en Europe va augmenter de 31% et que 25.000 emplois du secteur touristique sont en danger.

«De nombreux tour-opérateurs indépendants du Royaume-Uni restent rentables et offrent des prix et des services de qualité aux vacanciers car ils emploient du personnel britannique pour travailler dans l'Union européenne pendant les périodes de pointe. Notre adhésion à l’Union permet de voyager sans visa, d’éviter la paperasse administrative, explique Katie Waddington de l'agence de voyages Zenith Holidays à The Independent. La perspective de renoncer à cela a déjà fait grimper les prix car les entreprises se préparent au pire. Pour d’autres, ce scénario met tout bonnement fin à leur activité.»

Le Brexit: une catastrophe monétaire

Mais ce n'est pas qu'une histoire d'administration et de visa. L'incertitude autour du Brexit, conjuguée à la bonne santé économique américaine, ont fait sombrer la livre sterling, qui vient d'atteindre son plus bas niveau depuis onze mois. La monnaie britannique s’échangeait hier à 1,294$ et à 1,119€. Et ça ne va pas s'arranger, le ministre du Commerce Liam Fox a estimé ce week-end les chances d’un Brexit sans accord à «60-40», ce qui ne rassure en rien les sociétés britanniques spécialisées dans le tourisme.

Cette baisse de la monnaie a un effet direct sur les entreprises, leurs coûts principaux - le kérosène par exemple - étant majoritairement indexés sur le dollar. Une baisse de la livre augmentera donc mécaniquement les prix. Elle a un effet, aussi, sur les touristes, dont le pouvoir d'achat se retrouve réduit en Europe et aux États-Unis.

Ainsi, le quotidien donne quelques conseils de base à ses lecteurs pour diminuer le coûts des vacances de ses lecteurs.

Le premier est de ne pas partir pendant les vacances scolaires. Cela peut être compliqué si vous avez un enfant mais les coûts durant cette période augmentent en moyenne de 40%. Le second est de ne pas changer sa monnaie dans un aéroport, les taux de change y sont bas et les frais de change hauts. Les institutions de change profitent de leur avantage géographique pour pratiquer des frais importants. Frais que l’on peut aisément éviter en anticipant cette opération.

Enfin, payer par carte est souvent plus rentable que d'utiliser du liquide. Des conseils que les touristes du monde entier peuvent d'ailleurs suivre.

Slate.fr

Newsletters

L'édition anglaise de Vogue n'a jamais été aussi engagée

L'édition anglaise de Vogue n'a jamais été aussi engagée

Claudia Jones, une femme noire, communiste, militante... et oubliée

Claudia Jones, une femme noire, communiste, militante... et oubliée

Née dans les Caraïbes, émigrée aux Etats-Unis puis exilée à Londres, cette militante pour les droits civiques est enterrée à Londres à gauche de Karl Marx.

Comment une commune française a permis le vote d’indépendance de la Catalogne

Comment une commune française a permis le vote d’indépendance de la Catalogne

Elne se situe dans le Languedoc-Roussillon, à environ 200 kilomètres de Barcelone.

Newsletters