Sciences / Sociéte

Vous trouvez qu'on en fait trop sur les vagues de chaleur? Vous ne devriez pas

Temps de lecture : 2 min

La menace de la destruction de la terre n’est pas nouvelle, mais sa rapidité si.

L'arrosage d'un terrain près de Gampelen en Suisse, le 27 juillet 2018 | FABRICE COFFRINI / AFP
L'arrosage d'un terrain près de Gampelen en Suisse, le 27 juillet 2018 | FABRICE COFFRINI / AFP

Cet été 2018 aura été marqué par des phénomènes climatiques extrêmes: le cercle polaire s’est embrasé; plus au sud, au Québec, au Japon et en Europe des milliers de personnes ont fait face à la sécheresse, aux mauvaises récoltes et parfois même à la mort.

Et ce ne serait qu'un prélude à un réchauffement généralisé et à une multiplication des vagues de chaleur telles qu'on vient de les connaître (voire pire). Les morts de la chaleur risquent d'être plus nombreux et les sécheresses plus sévères, conduisant à des pénuries alimentaires.

Une situation urgente

Dans les colonnes de The Independant, l'écrivain irlandais Richard Seymour estime que même si les épisodes caniculaires sont un des marroniers médiatiques de l'été, «le ton apocalyptique employé pour en parler est encore trop doux. Particulièrement quand l'espèce humaine est en danger d'extinction».

Et Seymour de lister les signaux d'alarme qui devraient nous inquiéter quant à notre prochaine disparition.

Comme la destruction de la barrière de corail qui, couplée à l'accélération de l’acidification des océans et leurs réchauffements représente une menace pour l’air que nous respirons.

Comme la mort des abeilles, dont la population est en plein tourment. Les scientifiques affirment que le réchauffement climatique est susceptible de causer une mort rapide de ces insectes. Sans leur pollinisation, 70% des cultures qui nourrissent 90% de la planète seraient impossibles.

Comme l'extinction des espèces. Près de 23 250 espèces sont aujourd’hui menacées. L'extinction de masse n’est pas nouvelle mais la vitesse à laquelle elle se produit l’est.

Comme, aussi, la disparition du continent Arctique. Il se pourrait que d’ici 2040, toute la glace en ait définitivement fondu, entraînant la disparition d’autres espèces. Et une baisse de la réflexion des radiations du soleil par la Terre, qui en absorbera plus et se réchauffera donc encore plus.

Reconnaître la situation tout en refusant ses conséquences

Le problème est présent, nous en sommes conscients, estime Seymour. Néanmoins, nous devons faire face à un obstacle, celui que le sociologue Stanley Cohen a nommé «Implicatory denial», c’est à dire le fait de reconnaître un problème mais d’en nier les conséquences. C’est bien plus insidieux, particulièrement au niveau des politiques à mettre en place. Le déni des politiciens est facile à comprendre. L’économie toute entière pourrait être submergée par la remise en cause du capitalisme fossile basé sur les révolutions industrielles. Car la transition écologique nécessiterait une mobilisation collective équivalente à une guerre mondiale.

Slate.fr

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters