Monde / Culture

Comment un film avec Winnie l’Ourson a pu se faire bannir de Chine?

Temps de lecture : 2 min

C’est encore la faute d’Internet.

Des peluches Winnie l'Ourson sont alignées dans un magasin de jouets parisien. Joel Saget / AFP
Des peluches Winnie l'Ourson sont alignées dans un magasin de jouets parisien. Joel Saget / AFP

Vous connaissez Winnie l’Ourson? Mais si, ce petit ours jaune au t-shirt rouge (mais sans pantalon) qui vit des aventures avec des amis animaux. Ce petit héros, créé en 1926 par Alan Alexander Milne, va être dans une adaptation télévisuelle cet automne sous le titre de Jean-Christophe et Winnie. Le pitch est le suivant: Jean-Christophe (Ewan McGregor) était un enfant qui jouait avec toute la palanquée des animaux en peluche. Avec l’âge, il est devenu un bourreau de travail qui n’arrive pas à passer du temps avec sa famille.

Outre le fait que le pitch fasse furieusement penser à Hook ou la revanche du capitaine Crochet, le film vient de se faire censurer en Chine. Depuis 1994, le pays a en effet un quota de films étrangers qui peuvent être diffusés sur le territoire national. S’il n’y avait que dix films autorisés la première année, ce nombre a évidemment augmenté.

Mais Jean-Christophe et Winnie n’a pas eu l’autorisation. Et selon le Hollywood Reporter, c’est à cause de Winnie l’Ourson himself. En effet, depuis quelques années, l’ursidé est censuré sur les internets chinois en raison d’une imagerie parodique l’associant à Xi Jinping, le leader national chinois. Le stratagème est notamment utilisé par ses adversaires politiques. Les premières apparitions ont débuté en 2013, lorsque Xi Jinping et Barack Obama, alors président des États-Unis, s’étaient rencontrés. À ce moment-là, une photo des deux circulait et était comparée avec une photo présentant Winnie l’Ourson et son ami Tigrou.

On ne peut désormais plus y écrire son nom ou poster sa photo. Sa censure sur grand écran apparaît donc logique selon la politique actuelle chinoise. Avant lui, Sept ans au Tibet avait été censuré – pour sa position sur un Tibet libre – tout comme le film South Park – parce que la Chine n’acceptait pas la parodie de Saddam Hussein dedans – ou Lara Croft: Tomb Raider, le Berceau de la vie, pour sa mauvaise représentation de la société chinoise.

Newsletters

Fusako Shigenobu, fondatrice du groupe terroriste de l'Armée rouge japonaise, libérée de prison

Fusako Shigenobu, fondatrice du groupe terroriste de l'Armée rouge japonaise, libérée de prison

L'organisation d'extrême gauche pratiquant la lutte armée s'était fait connaître dans les années 1970, notamment lors du massacre de l'aéroport de Lod, à Tel Aviv.

La dernière sorcière de Salem, graciée 329 ans après sa condamnation à mort

La dernière sorcière de Salem, graciée 329 ans après sa condamnation à mort

Elle vient d'être innocentée grâce au travail d'une classe de collégiens du Massachusetts.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 21 au 27 mai 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 21 au 27 mai 2022

Fusillade dans une école au Texas, les femmes obligées de couvrir leur visage en Afghanistan, et flambée de l'épidémie de Covid-19 en Corée du Nord... La semaine du 21 au 27 mai en images.  

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio