Tech & internet

Désolée, l'emoji verre de vin blanc n'est pas indispensable

Temps de lecture : 3 min

Nous avons déjà presque 2.700 pictogrammes pour faire la conversation. C'est assez.

Rouge puis blanc, tout fout le camp | Montage Slate via Emoji Island CC License by
Rouge puis blanc, tout fout le camp | Montage Slate via Emoji Island CC License by

Il existe des milliers de variétés de vin dans le monde, mais l'emoji «verre de vin» ne vous en montrera jamais toutes les nuances car il ressemble simplement à un verre coloré en rouge. Si vous voulez préciser que vous parlez d'un chardonnay ou d'un riesling, vous devez utiliser des mots car le lexique du vin blanc est exclu de ce récit narratif transmis par l'émoji «verre de vin».

Les vignobles spécialisés dans le vin blanc se plaignent d'un manque de représentation [aux États-Unis, ndlr]. Le vin blanc est donc devenu le dernier sujet d'une campagne emoji élaborée pour forcer le Consortium Unicode, l'organisation qui supervise les emojis, à ajouter officiellement un nouveau modèle à son répertoire. L'élan du mouvement a déjà obtenu un premier résultat: le comité technique d'Unicode a accepté d'étudier la demande d'un emoji vin blanc au printemps prochain. D'après un article du San Francisco Chronicle de 2016, «le groupe reçoit une centaine de propositions par an et en approuve 50 à 70%», donc le vin blanc a une bonne chance de débarquer bientôt sur les smartphones du monde entier.

Si le gros bonnet des petits symboles vote oui, alors le tort, modeste mais persistant, sera enfin redressé. Pourtant, je suis moins qu'enthousiaste par la perspective de trinquer au doublement de la cave à vin emoji.

Lacrosse, homard et moustique

Ce n'est pas pour critiquer le vin blanc que, moi-même, j'apprécie à l'occasion. C'est plus que j'en ai assez des campagnes pour de nouveaux emojis. Il y a aujourd'hui près de 2.700 emojis –contre 176 initialement codés en 1999. Comme vous pouvez probablement l'imaginer, leur popularité grandissante les a rendus de plus en plus spécifiques. Là où il n'y avait qu'un nuage, maintenant il y a le soleil derrière un gros nuage, le soleil derrière un petit nuage, le soleil derrière un nuage gris et ainsi de suite.

J'ose le dire, le débat sur les emojis a dérapé.

Sachant que le consortium Unicode continue d'ajouter de nouveaux emojis tous les ans, militantes et militants de toutes sortes ont commencé à débattre publiquement de leur iconographie préférée. Chaque Pierre, Paul ou Jacques veut son propre trophée pixélisé. Les joueurs de lacrosse devaient nécessairement avoir leur emoji crosse. L'État du Maine ne pouvait se résoudre à vivre sans un emoji homard. Les défenseurs de la santé mondiale ont fait tout un plat de leur emoji moustique, ce qui –et vous pouvez penser que je suis insensée– m'est apparu comme une bonne distraction vis-à-vis de réels enjeux de santé publique.

J'ose le dire, le débat sur les emojis a dérapé. Nous n'avons pas besoin d'un frisbee, d'un cupcake, d'un super-héros, ou de la moitié des absurdités qu'on nous a servies ces dernières années. Nous n'avons pas besoin d'un emoji pour représenter chaque mot, c'est justement bien pour cela que nous avons les mots.

Les bons combats d'emojis, et les autres

La campagne frivole pour l'emoji vin blanc n'incarne pas toutes les campagnes. Je suis favorable aux propositions de diversification des emojis, qui ont mis beaucoup de temps à représenter l'étendue de l'humanité sur Terre. Quand les premiers emojis compatibles sur smartphones sont entrés sur le marché en 2010, ils manquaient cruellement de couleurs de peau, au-delà du jaune par défaut. Unicode Consortium a mis quelques années à corriger ce défaut de représentation. Les premières versions étaient aussi blâmées pour leur image stéréotypée des femmes et depuis, l'équivalent féminin de nombreuses professions a été ajouté. Si davantage d'angles morts de ce type sont identifiés et deviennent le sujet de campagnes, Unicode devra faire tout son possible pour y répondre et améliorer son lexique.

Par exemple, les activistes transgenres réclament actuellement un emoji représentant le drapeau trans. Par tous les moyens, ces manques doivent être comblés. Mais, est-ce vraiment sexiste que nous n'ayons pas d'emoji maillot de bain une pièce, ce que revendique la même femme qui a mené le combat pour l'émoji chaussures plates pour femmes? Ne serait-ce pas plutôt que le bikini, en minuscule, donne une meilleure représentation d'un maillot qu'un petit une-pièce?

Dans tous les cas, je pense que nous pouvons vivre dans un monde où il n'existe pas d'emoji vin blanc, vraiment. Je suis convaincue qu'aucune vie ne sera significativement améliorée, ou significativement affectée par l'existence d'un emoji vin blanc –si la proposition est acceptée. En fait, toute cette histoire ressemble terriblement à une ruse marketing. Les emojis qui représentent des marques spécifiques sont interdits par Unicode, mais il semble toujours un peu fou que des vignobles spécialisés dans le vin blanc fassent pression sur le consortium Unicode au nom de leur symbole de choix. En fin de compte, les campagnes comme celle pour l'emoji vin blanc s'entassent et déploient tant d'énergie qu'elles minimisent les campagnes qui se concentrent sur des enjeux plus légitimes. Alors empressons-nous d'adresser celles-ci avant de consacrer trop d'énergie à la gaufre ou au flamant rose –les deux étant à l'agenda d'Unicode pour 2019.

Heather Schwedel Journaliste

Newsletters

William Shockley, père de la Silicon Valley, ingénieur de talent et «être humain affreux»

William Shockley, père de la Silicon Valley, ingénieur de talent et «être humain affreux»

Il a inventé la Silicon Valley et révolutionné la technologie. Aujourd'hui, plus personne ne se souvient pourtant de William Shockley, père du transistor et chef d’entreprise tyrannique.

Google Traduction propose maintenant les deux genres

Google Traduction propose maintenant les deux genres

Il a mis fin à son biais sexiste.

Comment expliquer simplement la révolution de la blockchain?

Comment expliquer simplement la révolution de la blockchain?

Le principe fondateur de la blockchain a été inventé par deux chercheurs américains en cryptographie, Stuart Haber et Scott Stornetta, dès 1991. Ils cherchaient alors un moyen de protéger l’intégrité des informations numériques au fil du temps....

Newsletters