Égalités / Santé

Les thérapies de «rajeunissement vaginal» jugées dangereuses aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

La pratique gagne en popularité.

Tous les vagins sont différents, le vagin parfait n'existe pas  | Denys Nevozhai
 via Unsplash CC License by
Tous les vagins sont différents, le vagin parfait n'existe pas | Denys Nevozhai via Unsplash CC License by

De plus en plus de femmes ont une image déformée de leur vagin, le trouvant «moche», «trop vieux», «différent», remettant en question la taille ou la forme de leurs grandes ou petites lèvres. Partout dans le monde les opérations de vaginoplastie (pour réduire la largeur de l'orifice vaginal) et de labioplastie (chirurgie des lèvres vaginales) se multiplient.

D'après les dernières données de la société internationale des chirurgiens esthétiques (ISAPS), la labioplastie est la 16e opération la plus pratiquée au monde, en augmentation de 45% de 2015 à 2016. Les vaginoplasties ont augmenté de 11% de 2015 à 2016.

Les femmes faisant appel à ses opérations souffrent parfois de relâchement du vagin –souvent dû à une ou plusieurs grossesses et accouchements–, d'un manque de sensation pendant les rapports sexuels ou de fuites urinaires. Certaines le font pour des raisons esthétiques.

«Brûlures vaginales, cicatrices, douleurs»

De plus en plus de cliniques privées, aux États-Unis comme en France, proposent de nouveaux modes d'opérations, sans chirurgie. En général, une sonde est insérée dans le vagin pour chauffer ou opérer au laser les tissus afin que les muscles se resserrent et forment du collagène. Bien que cela soit considéré comme un acte non-chirurgical, ce n'est pas pour autant sans danger.

Le 30 juillet, la FDA (Food and Drug Administration), chargée de réguler la commercialisation des médicaments aux États-Unis, a publié une déclaration indiquant que «ces actes entraînent de sérieux risques et n'ont pas prouvé leur efficacité. Nous sommes très inquiets que les femmes puissent être blessées». On sait que le laser et la radiothérapie peuvent détruire des cellules pré-cancérigènes dans les tissus vaginaux, mais l'efficacité et la sécurité du laser dans les «thérapies de rajeunissement» n'ont pas été évaluées par le FDA, qui souligne donc des risques: «Différents rapports ont été publiés attestant de cas de brûlures vaginales, cicatrices, douleurs pendant les rapports ou douleur chronique suite à ce type d'opérations».

L'administration a promis d'agir si la publicité mensongère de «cette dangereuse procédure dont les bénéfices n'ont pas été prouvés continue». Elle met en cause sept fabricants de laser qui ont trente jours pour répondre et prouver les bienfaits de leurs outils.

Paul Banwell, médecin membre de l'association des chirurgiens esthétiques britanniques, semble partager le même point de vue que la FDA: «L'intérêt pour la santé des femmes et leur bien-être sexuel sont en pleine expansion et cela devrait être encouragé. Mais, il est vital que toute nouvelle initiative de traitement soit fournie de la bonne manière, sans induire en erreur les femmes et sans exagération marketing».

D'autres solutions

La docteure Vanessa Mackay, membre du collège royal des gynécologues et obstétriciens, souligne auprès de la BBC: «Il est important de se souvenir que chaque femme a un vagin différent. Les lèvres sont aussi individuelles que les femmes elles-mêmes et varient d'apparence et de couleur». Elle recommande des excercies avant de tenter la chirurgie: «Pour renforcer les muscles qui entourent le vagin, les femmes sont encouragées à essayer les exercices de musculation pelvienne ce qui peut améliorer la tonicité des muscles et la sensibilité pendant le sexe».

Ces exercices sont assez simples. Il faut s'assoir ou rester debout, les genoux légèrement écartés et essayer de contracter ses muscles pelviens comme pour se retenir d'aller aux toilettes. Il ne faut cependant pas contracter l'estomac, les fesses ou les cuisses. Le mieux est de contracter la zone dix fois, dix secondes et augmenter progressivement la longueur, puis enchainer avec des contractions plus rapides. Il est recommandé de pratiquer l'exercice trois à quatre fois par jour.

Slate.fr

Newsletters

Serena Williams a-t-elle réellement été victime de sexisme lors du dernier US Open?

Serena Williams a-t-elle réellement été victime de sexisme lors du dernier US Open?

La colère des femmes semble avoir effectivement plus de mal à passer que celle des hommes.

IVG: le calvaire des femmes monégasques

IVG: le calvaire des femmes monégasques

L’interruption volontaire de grossesse est interdite sur le Rocher. Entre raisons d’État et incompatibilité catholique, les patientes ne peuvent que chercher de l’aide en France.

Vous n’aurez plus du tout envie d’aller sur YouPorn après avoir lu ce livre

Vous n’aurez plus du tout envie d’aller sur YouPorn après avoir lu ce livre

La jeune fille ne cesse de pleurer, pleurer, pleurer. Autour d’elle, les multiples hommes s’en contrecarrent.

Newsletters