Culture

Mort de JD Salinger: l'auteur de «L'Attrape-coeurs»

Slate.fr, mis à jour le 28.01.2010 à 20 h 10

L'écrivain américain J.D. Salinger, auteur du roman L'Attrape-coeurs, est mort à l'âge de 91 ans, a annoncé son fils jeudi 28 janvier.

Jérome David Salinger, qui vivait reclus depuis 40 ans, est décédé de mort naturelle dans sa maison de Cornish, dans le New Hampshire (nord-est des Etats-Unis), a précisé son fils dans un communiqué envoyé par l'agent de l'écrivain. Jusqu'à l'aube de cette nouvelle année, sa santé avait été excellente. Il n'aurait pas souffert jusqu'à sa mort.

L'écrivain, l'un des monuments de la littérature américaine, qui n'avait rien publié depuis 1965, était sorti de sa tanière en juin 2009, pour commenter Terminator Salvation, le dernier Terminator. Il avait également refait parler de lui lorsqu'il avait porté plainte contre un Suédois qui envisageait de sortir une suite de «L'Attrape-coeurs». «Cette suite n'est pas une parodie, ce n'est pas un commentaire ou une critique de l'original, avaient déclaré les avocats de J.D. Salinger. C'est du vol pur et simple.»

Salinger, écrivain qui avait émergé au sortir de la Seconde Guerre mondiale, était connu notamment pour ce roman, au ton cynique, et à la langue familière. A sa parution, tout le monde n'avait pas su comment évaluer le livre, mais immédiatement, l'oeuvre était devenu un best-seller. Holden Caulfield, le narrateur et personnage principal, un adolescent nouvellement viré de «prep school», devint vite le petit chenapan faisant l'école buissonière le plus connu de la littérature américaine —depuis Huckleberry Finn.

La façon que Salinger avait d'appréhender l'adolescence avait érigé son roman en quasi rite de passage pour les collégiens; la façon dont le monde adulte était mis à l'écart avait aussi séduit la jeunesse.

En 2000, Margaret Ann Salinger, fille de l'auteur, avait mis en lumière dans ses mémoires des passages très durs de la vie privée de l'écrivain. Elle décrivait son père comme une personne très égoiste qui détestait ses proches. Lui estimait: «Je considère que la vie privée d'un écrivain compte parmi ses biens les plus précieux: les informations personnelles le concernant ne font que distraire les lecteurs de l'essentiel: l'oeuvre elle-même.»

A lire sur Slate.fr: Sauvez les archives de Salinger et aussi La suite non autorisée de L'Attrape-coeurs est bidon

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte