Santé / Monde

Les États-Unis sont le pays développé où il est le plus risqué d’accoucher

Temps de lecture : 2 min

Le taux de mortalité infantile y est plus de 2 fois plus élevé qu’en France ou en Allemagne.

Sage-femme américaine discutant avec une future maman | par Suzanne M. Day via Wikimedia Commons CC
Sage-femme américaine discutant avec une future maman | par Suzanne M. Day via Wikimedia Commons CC

Il serait plus dangereux d’accoucher aux États-Unis que dans n’importe quel autre pays riche du monde. C’est l’étonnant constat qui ressort d’une très sérieuse enquête du journal USA Today sur la mortalité infantile, relayée par de nombreux médias outre-Atlantique.

Près de 50.000 femmes auraient ainsi été victimes de «graves complications» médicales lors de leur accouchement, tandis que 700 mourraient chaque année en donnant naissance. La moitié de ces décès pourraient pourtant être évités si les consignes de sécurité en vigueur étaient respectées, regrette le quotidien américain.

Ces chiffres illustrent les disparités croissantes entre les États-Unis et les autres nations développées. Dans ces dernières -en France, en Allemagne, au Japon, au Royaume-Uni et au Canada notamment- le nombre de décès sur 100.000 naissances plafonnait à 10 entre 1990 et 2015. Contre 26,4 en moyenne aux États-Unis sur la même période.

L'article en question révèle par ailleurs que les causes principales de décès lors ou à la suite d'un accouchement sont les hémorragies et les cas d'hypertension artérielle importante, ces derniers nécessitant une surveillance toute particulière en cas de perte de sang conséquente.

Alison Young, la journaliste à l’origine de l’investigation, appelle le personnel médical à redoubler d'efforts pour assurer aux futures mères un accouchement sûr, et les invite pour cela à appliquer les recommandations pratiques listées par l'Alliance for Innovation on Maternal Health Programs.

C’est notamment grâce aux instructions de ce protocole que la Californie, qui fait figure de bon élève parmi les autres États américains, a su diminuer de moitié son taux de mortalité infantile en quelques années.

Enfin, des disparités existent également entre les américaines en la matière. Face à l’accouchement, observe l’American College of Obstetricians and Gynecologists, toutes les mères ne sont pas égales: le taux de mortalité infantile s’avère en effet plus élevé au sein des minorités ethniques. Les femmes noires seraient trois à quatre fois plus exposées aux complications durant la grossesse ou post-partum que les femmes blanches non-hispaniques. Une discrimination qu’a d'ailleurs récemment pointé du doigt la championne de tennis Serena Williams en se basant sur sa propre expérience de l’accouchement, suite auquel elle avait failli perdre la vie.

Slate.fr

Newsletters

William Masters et Virginia Johnson: grandeurs et décadence des Masters of sex

William Masters et Virginia Johnson: grandeurs et décadence des Masters of sex

Ils furent les premiers scientifiques à observer des gens avoir des rapports sexuels. Et ça a tout changé.

Pourquoi les personnes dépressives ont-elles autant de mal à dormir?

Pourquoi les personnes dépressives ont-elles autant de mal à dormir?

La découverte d'une quarantaine de liens neuronaux entre dépression et mauvais sommeil pourrait fournir une partie de la réponse.

Les féministes argentines ont perdu une bataille, mais elles pourraient bien gagner la guerre

Les féministes argentines ont perdu une bataille, mais elles pourraient bien gagner la guerre

Le rejet par le Sénat argentin du projet de loi de légalisation de l’avortement ne sonne pas la fin du combat.

Newsletters