Monde

À la frontière italienne, des enfants migrants forcés de se prostituer pour rejoindre la France

Temps de lecture : 2 min

Près de 2.000 jeunes filles auraient été exploitées sexuellement depuis 2017.

Manifestation de soutien envers les migrants à Vintimille, au nord de l'Italie. 14 juillet 2018, par Miguel Medina via AFP
Manifestation de soutien envers les migrants à Vintimille, au nord de l'Italie. 14 juillet 2018, par Miguel Medina via AFP

Ne disposant pas d’argent pour payer les passeurs, de nombreux mineurs -provenant principalement d’Afrique subsaharienne- seraient contraints de se prostituer pour pouvoir traverser la frontière franco-italienne. C’est ce qu’affirme l’ONG Save the Children Italia, précisant que l’exploitation sexuelle concernerait principalement les jeunes filles.

D’après le journal britannique The Guardian, les migrants doivent en effet dépenser entre 50€ et 150€ afin d’être conduits jusqu’à l’Hexagone. Somme que les enfants n’ont évidemment pas. Ces derniers se verraient également obligés de vendre leur corps en échange d’un refuge ou d'un peu de nourriture, d’après l’enquête menée par l’association italienne depuis début 2017.

«De très jeunes filles, particulièrement exposées, composent un flux invisible de migrants mineurs non accompagnés qui transitent du nord de l’Italie pour (notamment) tenter de retrouver leurs proches dans d’autres pays européens. Elles sont privées du droit à voyager de manière sécurisée et légale», déplore Raffaela Milano, directrice des programmes Italie-Europe de Save the Children. Et la quasi totalité d’entre elles patientent dans des conditions de vie «profondément dégradantes».

D’après un rapport de l’ONG, plus de 1.900 jeunes filles auraient été victimes d’exploitation sexuelle à travers le pays entre janvier 2017 et mars 2018, dont 160 enfants. Les choses auraient empiré depuis le démantèlement du camp de migrants de la rivière Roya, aux abords de Vintimille (petite ville italienne frontalière où ceux-ci transitent par milliers), suite auquel les jeunes se sont retrouvés livrés à eux-mêmes.

La publication de ces chiffres alarmants intervient peu après celle d’un autre rapport, de l’Oxfam cette fois, accusant la police française de renvoyer illégalement des enfants migrants vers l’Italie. Mais également de retenir en détention des mineurs n’ayant parfois que 12 ans dans des cellules sans eau ni nourriture. Selon l’organisation humanitaire, plus de 16.500 migrants, dont un quart d’enfants, auraient franchi Vintimille durant les neuf mois précédant avril 2018.

Slate.fr

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Démission de Theresa May, manifestations en Indonésie contre la victoire du président Joko Widodo et durcissement de la légalisation sur l'avortement aux États-Unis... La semaine du 18 mai en images.

La Russie s'est bien immiscée dans les dernières élections européennes

La Russie s'est bien immiscée dans les dernières élections européennes

Des chercheurs ont analysé l'activité de comptes Twitter associés au Kremlin.

Rome n'est plus insensible au discours de Salvini

Rome n'est plus insensible au discours de Salvini

Déçu·es par les gouvernements de gauche, de plus en plus d'habitant·es de la capitale italienne trouvent dans les propositions de la Ligue une réponse à leurs angoisses du quotidien.

Newsletters