Santé / Société

La crise de la quarantaine est un mythe

Temps de lecture : 2 min

La vie s'améliore après 50 ans.

Soyez patients  | Jaddy Liu via Unsplash CC License by
Soyez patients | Jaddy Liu via Unsplash CC License by

Le nom anglais de ce phénomène est un peu plus parlant: «midlife crisis», la crise du milieu de la vie. Ce moment où l'on se retourne pour constater ce que l'on a accompli et où l'avenir peut être perçu comme terrifiant. Baisse de la productivité, de la créativité, déclin général, dépression... Ce passage n'est pourtant pas obligé, loin de là, explique Jonathan Rauch, 58 ans, journaliste éditorialiste et auteur américain de The Happiness Curve: Why Life Gets Better After Midlife (La courbe du bonheur: pourquoi la vie s'améliore après le milieu de la vie).

Il concède volontiers l'existence d'un temps de remise en question, de plus forte vulnérabilité, mais faire une «crise» n'est pas systématique –de la même façon que tous les adolescents ou adolescentes ne se mettent pas à détester leurs parents. L'idée d'un passage à vide très dur à 40 ans est surtout basée sur des stéréotypes, que Jonathan Rauch démonte.

«Vieillir n'est ni soudain ni dramatique»

Pour Jonathan Rauch, «vieillir n'est ni soudain ni dramatique», le processus est au contraire long et cumulatif. La cinquantaine est un temps de transition, naturel, graduel, gérable et sain. Vieillir n'est pas non plus l'unique facteur de bonheur ou de malheur, mais il peut faire la différence si ce moment est abordé paisiblement.

L'auteur explique qu'il a subi une période de mal-être à 45 ans. Il identifie cette baisse de régime comme un effet partiel du changement naturel des valeurs. En commençant sa vie d'adulte, les gens sont ambitieux et compétitifs, désireux de se réaliser et d'accumuler du capital social. Après la cinquantaine, le schéma de valeurs change, il devient plutôt axé sur les relations avec ses proches, sur des activités. C'est l'entre-deux qui serait étrange, ce moment de transition dont certains et certaines n'auraient pas toujours conscience.

Pour Rauch, ce peut être encore plus pervers pour ceux et celles qui ont «réussi». Il s'appuie alors sur la théorie «du tapis roulant hédonique» ou de «l'adaptation hédonique»: plus une personne réussit, plus elle a des difficultés à se réjouir car elle place ses ambitions toujours un peu plus haut. Une insatisfaction chronique, en somme.

Celles et ceux qui réussissent mais ne sont pas heureux ont l'impression que leur insatisfaction est injustifiée et irrationnelle, qu'elles et ils échouent moralement, ce qui les rend encore plus insatisfaits.

Silence et isolation

«À 50 ans, mes meilleures années sont derrière moi» est un stéréotype qui a la peau dure. Alors qu'en fait, la courbe du bonheur montre qu'il n'en est rien. Vieillir rendrait plus positif et moins stressé, explique Jonathan Rauch. Une étude de Laura Carstensen suggère que le pic de bonheur se trouve entre 60 et 70 ans, et montre qu'il n'y a pas de diminution de la productivité après 50 ans.

Un autre stéréotype se révèle d'ailleurs être dangereux parce qu'il provoquerait silence et isolation: la honte du «coup de mou de la cinquantaine». «L'isolation et la honte [liées à ce sentiment] créent la probabilité d'une instabilité et d'une véritable crise», commente Rauch.

Oui, les personnes passent par une période de transition, mais cette dernière est normale et bénéfique. Pensez-y en soufflant vos bougies.

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi la douleur n’est pas ressentie de la même façon par tout le monde

Pourquoi la douleur n’est pas ressentie de la même façon par tout le monde

Expliquer pourquoi certaines personnes sont plus sensibles à la douleur que d’autres permettrait de mettre au point des traitements personnalisés beaucoup plus efficaces.

Les gays doivent-ils encore être abstinents un an avant de donner leur sang?

Les gays doivent-ils encore être abstinents un an avant de donner leur sang?

Les résultats d’une étude officielle imposent à Agnès Buzyn d’actualiser un dossier compliqué que Marisol Touraine était parvenue, in fine, à gérer.

Google accusé de trahir des patients en prenant le contrôle d’une appli de santé

Google accusé de trahir des patients en prenant le contrôle d’une appli de santé

Tout ça à cause de Streams, une application utilisée par les médecins anglais.

Newsletters