Monde

La réalité selon Trump: «Ce que vous voyez et lisez n'est pas ce qui se passe»

Temps de lecture : 2 min

Le président américain demande à ses soutiens de nier le réel et les faits.

Donald Trump fait un discours à la convention  des Vétérans des guerres étrangères, le 24 juillet 2018 à Kansas City. | Brendan Smialowski / AFP
Donald Trump fait un discours à la convention des Vétérans des guerres étrangères, le 24 juillet 2018 à Kansas City. | Brendan Smialowski / AFP

Lors d'un discours dans le Missouri, le président Donald Trump a expliqué à un public d'anciens soldats que seule son interprétation de la réalité était valide.

«Faites-nous confiance. Ne croyez pas aux conneries de ces gens, les "fake news"», a déclaré le président, alors qu'une partie de la foule avait commencé à huer les journalistes présents. «Souvenez vous. Ce que vous voyez et ce que vous lisez n'est pas ce qui se passe», a-t-il ajouté.

Depuis sa campagne électorale en 2016, Trump brouille constamment les frontières entre vérité et mensonge, mais il n'avait peut-être jamais été aussi direct dans sa négation de l'existence d'une réalité objective commune. Sa phrase a en effet été comparée à une citation de 1984, de George Orwell: «Le Parti vous disait de rejeter le témoignage de vos yeux et de vos oreilles. C’était son commandement ultime, et le plus essentiel».

Un jour après cette déclaration, le New York Times a révélé une anecdote sur la façon dont le président américain se protège de la réalité et des faits qui lui déplaisent. Dans l'avion présidentiel Air Force One, Trump est devenu furieux lorsqu'il a vu que sa femme Melania regardait CNN, une chaîne qu'il qualifie régulièrement de mensongère.

«Il s'est énervé contre son équipe qui avait enfreint la règle selon laquelle l'entourage de la Maison-Blanche doit allumer la chaîne Fox au début de chaque voyage», explique le New York Times, qui a obtenu un échange d'emails entre plusieurs officiels.

Contrairement à CNN ou d'autres chaînes américaines, la plupart des journalistes de Fox News font tout leur possible pour présenter la présidence de Trump sous un jour uniquement positif.

Si une personne n'écoutait que Trump et ses journalistes préférés sur Fox, elle aurait une vision très déformée du réel. Dans cette réalité alternative, le parti démocrate veut éliminer toutes les frontières et soutient les gangs sanguinaires comme le MS-13. Ces mensonges ont été plusieurs fois répétés par le président. Dans cette réalité alternative, c'est de la faute des démocrates si les enfants migrants ont été séparés de leurs parents, une déclaration fausse et contredite par le ministre de la Justice de Trump lui-même.

Parfois, dans le tourbillon de la post-vérité, il semble que le président américain ne sache plus lui-même ce qu'il considère comme vrai ou faux. Par exemple, sur la question de l'ingérence russe dans les élections de 2016, il a ces derniers jours dit plusieurs choses contradictoires.

À Helsinki avec Vladimir Poutine, Trump a dit qu'il n'avait aucune raison de considérer que la Russie avait tenté d'influencer les élections (ce que l'enquête du FBI contredit). Deux jours après, il a dit qu'il s'était mal exprimé et qu'il y avait bien eu ingérence de la part de la Russie. Quelques jours après, il a dit sur Twitter que cette histoire d'influence russe était un «gros mensonge». Pour son dernier revirement sur le sujet, le président a déclaré qu'il y avait bien ingérence russe mais qu'elle bénéficierait aux Démocrates pour les élections de novembre.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

Newsletters