Parents & enfants / Tech & internet

Les filtres parentaux ne servent à rien

Temps de lecture : 2 min

Avec ou sans, les ados voient autant de porno.

Attention danger | William Hook via Flickr CC License by
Attention danger | William Hook via Flickr CC License by

Être parent au XXIe siècle, c'est consacrer une bonne part de sa «charge mentale» à ce que ses enfants voient sur internet –et, surtout, à ce qu'ils ne devraient pas voir, comme des contenus sexuellement explicites. Raison pour laquelle les filtres parentaux et tous les mythes purificateurs qu'ils véhiculent n'ont jamais été aussi populaires dans nos foyers, jusqu'à nourrir des dystopies contemporaines comme Black Mirror, où un épisode montre une mère implanter une puce «protectrice» directement dans la cervelle de sa fille de 3 ans.

Avant d'en arriver là, des chercheurs de l'Oxford Internet Institute nous incitent à prendre le temps d'analyser l'efficacité réelle de ce genre de filtre (les classiques sur son ordinateur ou sa box internet, pas les implants neuronaux qui relèvent encore de la science-fiction). Qu'on se rassure (ou se mette tout de suite à paniquer), il semblerait que leur capacité à éviter que les adolescents voient du porno frise le zéro absolu.

Inefficaces et chers

La conclusion de leur étude, menée en suivant les standards de la science ouverte sur près de 15.000 adolescents européens et leurs parents (ou faisant fonction), est sans appel: ces outils de filtrage ne servent à rien et, dans la plupart des cas, ne jouent qu'un rôle insignifiant dans la consommation (volontaire ou non) de contenus sexuellement explicites chez les jeunes. En l'espèce, à 99,5%, qu'un adolescent ait croisé du porno sur internet n'a rien à avoir avec la présence d'un filtre parental sur sa connexion. Et les scientifiques estiment que pour protéger un seul adolescent de contenus sexuellement explicites, c'est entre dix-sept et soixante-dix-sept foyers qu'il faudrait rendre parfaitement hermétiques au porno. Autant dire la mer à boire.

«Les outils de filtrage coûtent cher à développer et à entretenir», commente le Dr. Victoria Nash, directrice adjointe de l'Oxford Internet Institute et co-auteur de l'étude avec Andrew Przybylski. En outre, fait-elle remarquer, de nombreux contenus litigieux peuvent passer entre les mailles du filet, car il y a toujours de «nouvelles façons de partager». Plus grave encore, note la chercheuse, «il y a des inquiétudes concernant les violations des droits de l'homme –le filtrage peut conduire à un “surblocage” et empêcher les jeunes d'accéder à des informations légitimes sur leur santé ou leur vie affective».

L'un dans l'autre, Nash espère que ses travaux permettront de «repenser les objectifs d'efficacité des nouvelles technologies» avant qu'elles n'inondent le marché en dépit de performances médiocres voire inexistantes. «D'un point de vue politique, nous devons privilégier des interventions aux bases factuelles solides pour protéger les enfants.»

Ce que les filtres parentaux ne sont pas.

Slate.fr

Newsletters

Faut-il s’inquiéter que votre enfant réclame toujours la même histoire?

Faut-il s’inquiéter que votre enfant réclame toujours la même histoire?

Peut-être en avez-vous marre de narrer tous les soirs son histoire favorite...

À la maison comme à l'école, bienveillance ne signifie pas laxisme

À la maison comme à l'école, bienveillance ne signifie pas laxisme

La multiplication des actes de violence contre les enseignants d’une part, et le vote du projet de loi interdisant la fessée d’autre part, repose la question de l’autorité éducative.

Des témoignages négatifs sur la GPA ne justifient pas d'appeler à sa criminalisation

Des témoignages négatifs sur la GPA ne justifient pas d'appeler à sa criminalisation

Les réseaux conservateurs s'appuient sur des récits d'expériences douloureuses pour dénoncer la GPA. Seulement, cet argumentaire ne tient pas la route.

Newsletters