Parents & enfants

Laissez les enfants s'ennuyer pendant les vacances

Temps de lecture : 3 min

On a 7 arguments pour vous le prouver.

Indeed..! :) | Keshav Mukund Kandhadai via Flickr CC License by
Indeed..! :) | Keshav Mukund Kandhadai via Flickr CC License by

Le site américain Mental Floss a répertorié sept raisons extrêmement valables pour lesquelles il est bon qu'en enfant s'ennuie pendant les vacances. Si vous culpabilisez de ne pas avoir organisé cinq sorties et animations par jour, ou si malgré tout vos chers chérubins viennent se plaindre d'être en train de vivre l'été le plus mortellement ennuyeux de leur existence, n'hésitez pas à piocher dans cet article pour leur répondre.

Raison numéro 1: l'ennui favorise la créativité

C'est même prouvé scientifiquement. Des universitaires britanniques ont en effet étudié la question en 2014 en proposant à des enfants d'effectuer d'abord une activité bien pénible (en l'occurrence recopier à la main une longue liste de numéros de téléphone), avant de leur demander de lister tout ce qu'il était possible de faire avec deux gobelets. Les enfants qui avaient recopié tous les numéros de téléphone trouvaient bien plus d'idées que ceux qui n'avaient pas eu à se soumettre à cette première étape. Au passage, on note qu'avec une liste de numéros de téléphone et deux gobelets, on peut visiblement occuper plusieurs enfants pendant toute une demi-journée.

Raison numéro 2: l'ennui renforce l'indépendance

À force de s'ennuyer, nos charmants bambins en sont réduits à faire preuve non seulement d'inventivité, mais aussi d'esprit d'initiative, afin de construire leurs propres activités en toute indépendance. Il leur est donc possible de s'occuper pendant des heures en inventant leurs propres histoires et leurs propres jeux. Et tout cela sans numéros de téléphone ni gobelets. C'est ce que confirmait la pédopsychiatre Lyn Fry dans une interview accordée à Quartz en 2016.

Raison numéro 3: l'ennui favorise la résolution de problèmes

Mental Floss cite l'autrice de l'essai Boredom Solution: Understanding and Dealing with Boredom, une dénommée Linda Deal, explique que le temps passé à s'ennuyer améliore aussi la faculté de décision de nos si chères têtes blondes ou brunes, qui se mettent à considérer l'ennui comme un problème dont il faut trouver une solution. On peut ajouter que c'est généralement en s'ennuyant devant leur tableau noir ou dans leur baignoire que beaucoup de grands mathématiciens sont parvenus à trouver la clé de problèmes épineux.

Raison numéro 4: l'ennui pousse à faire de nouvelles expériences

C'est un argument un peu dangereux, parce qu'un enfant sans surveillance peut rapidement se transformer en Denis la Malice, alias la terreur du voisinage, ou même en Benny, le héros de Benny's Video, l'un des premiers films de Michael Haneke. Ce qui n'est pas franchement rassurant. Une étude publiée en 2012 dans la revue Perspectives on Psychological Science avait pour objectif de donner une définition aussi précise que possible de l'ennui. Co-auteur de l'étude, Mark Fenske résumait la réponse ainsi: «Au coeur de l'ennui, il y a notre désir de nouer le dialogue avec le monde ou de s'engager dans une autre activité mentale. C'est le fait de ne pas y parvenir qui nous mène à ce que nous nommons "ennui"». En état d'inactivité totale ou en train de s'adonner à une activité ennuyeuse, quand des enfant ou des adulte s'ennuient, c'est l'envie d'essayer autre chose qui les fait avancer.

Raison numéro 5: l'ennui aide à se faire des copains et des copines

C'est l'objet d'une autre étude, menée par un tandem de psychologues de l'université du Texas: le rôle social de l'ennui. S'ennuyer, c'est envoyer aux autres des signaux indiquant que vous recherchez du changement et de la stimulation, et leur indiquer plus ou moins consciemment que vous comptez sur leur appui pour sortir de votre état. «Quand il n'y a rien d'autre à faire», résume Mental Floss, «l'idée de traîner avec d'autres gosses du quartier, ou même avec votre petit frère, devient soudain plus attractive». Rappelons tout de même que se faire des potes n'a rien d'une obligation, et qu'on peut tout à fait passer des moments enrichissants avec soi-même.

Raison numéro 6: l'ennui permet de se trouver des centres d'intérêt

Sur le site du Huffington Post, la psychologue Vanessa Lapointe écrit à juste titre que «les enfants ont besoin de s'installer dans leur propre ennui afin que le monde devienne assez silencieux pour leur permettre d'écouter leur propre voix et leurs propres envies». Les solliciter en permanence, c'est ne pas laisser à nos petites canailles pleines de tâches de rousseur l'espace suffisant pour qu'elles apprennent à se connaître. Et à savoir de quoi elles ont envie.

Raison numéro 7: l'ennui peut aider à donner du sens à sa vie

Pas sûr que ce soit la phrase idéale à prononcer devant tout enfant ou ado semblant s'ennuyer copieusement: «allons allons, laisse papa tranquille et va donc trouver un sens à ta vie». Et pourtant, en les laissant face à eux-mêmes, nous aidons nos enfants à réfléchir sur leur propre sort, l'impulsion qu'il leur faut donner à leur propre existence pour qu'elle soit satisfaisante. C'est la conclusion d'une étude publiée en 2011 et portant, certes, sur une population d'adultes. Pour autant il ne faudrait pas sous-estimer la puissance introspective de nos si tendres marmots aux joues rebondies.

Bref, laissez vos enfants s'ennuyer. Avec un peu de chance, vous les verrez transformer leur tigre en peluche en un meilleur ami imaginaire avec lequel il leur sera possible d'aller faire de la luge, de s'inventer mille histoires et d'échanger tant de considérations sur le sens de l'existence.

Slate.fr

Newsletters

Se faire des potes, le secret pour que votre enfant réussisse à l'école

Se faire des potes, le secret pour que votre enfant réussisse à l'école

Le personnel enseignant a aussi son rôle à jouer.

Moqué pour son logo fait main, un enfant devient le héros de l'université du Tennessee

Moqué pour son logo fait main, un enfant devient le héros de l'université du Tennessee

La réponse de l'université dépasse tout ce qu'il était permis d'attendre.

Il ne faut pas sous-estimer l'impact sur les jeunes des images de violences sexuelles

Il ne faut pas sous-estimer l'impact sur les jeunes des images de violences sexuelles

Les avertissements en début de programme n'y changent rien.

Newsletters