Égalités

Le sentiment de culpabilité lié aux tâches ménagères nuit à la santé des femmes

Temps de lecture : 2 min

C'est ce que vient de démontrer une étude effectuée auprès de citoyennes de 24 pays du monde.

Basket | MelisaTG via Flickr CC License by
Basket | MelisaTG via Flickr CC License by

Quoi qu'elles fassent, elles sont perdantes. Une étude menée dans 24 pays du globe vient de montrer que les tâches ménagères affectent aussi la santé des femmes qui pensent en faire moins que leurs congénères. En cause, un mécanisme de culpabilité qui influerait directement sur leur moral.

En termes de santé, rappelle l'étude, les femmes les plus à plaindre restent celles qui effectuent une grande partie des tâches ménagères de leur foyer tout en travaillant, prisonnières de journées interminables et épuisantes. Mais c'est du côté de celles qui estiment en faire moins que la moyenne des femmes que se situe le véritable intérêt de l'enquête.

Les responsables de l'étude ont demandé à des femmes vivant dans 24 pays (européens, sud-américains et asiatiques) d'estimer leur nombre hebdomadaire d'heures de tâches ménagères effectuées au sein de leur foyer. Elles devaient également évaluer leur état de santé en notant une série de critères à l'aide de nombres compris entre 1 et 5. Enfin, elles ont été interrogées sur leur sentiment d'en faire suffisamment ou non par rapport à ce qui devrait être leur part normale de tâches ménagères. Avec, là aussi, des réponses comprises entre 1 («j'en fais beaucoup moins que ma part») et 5 («j'en fais beaucoup plus que ma part»).

Menée dans le cadre de l'International Social Survey Programme, qui permet d'effectuer des études liées aux sciences sociales à l'échelle internationale, l'enquête établit un lien de corrélation entre le sentiment de ne pas en faire suffisamment et la mauvaise santé des femmes interrogées. En résumé, si s'impliquer dans son travail tout en étant la principale responsable de la tenue du foyer n'est pas bon pour la santé, favoriser son travail n'est guère meilleur.

Co-autrice de l'article relayé par le Guardian, la professeure en psychologie Candice Thomas (de l'université américaine de Saint Louis) explique à quel point la culpabilité ronge les femmes qui choisissent de s'investir pleinement dans leur vie professionnelle et donc de délaisser les tâches ménagères –ou, en tout cas, d'arrêter d'en faire plus que la part qui leur revient.

Gérer aussi le stress de l'autre

En outre, Candice Thomas évoque un surcroît de stress, dont une partie serait directement transférée aux femmes par leur conjoint ou leur conjointe. Quand l'autre membre du couple se heurte à des difficultés du quotidien auxquelles il n'était pas forcément habitué (gestion des courses et des lessives, préparation du repas), son stress finit par se reporter sur la personne considérée comme compétente en la matière.

Sociologue spécialiste du genre à l'université de Toronto, Melissa Milkie explique au Guardian que le problème vient principalement des attentes projetées par la société sur chacun et chacune. Si la différence de temps passé sur les tâches ménagères est moins importante qu'avant, elle reste cependant énorme: 132 minutes quotidiennes pour les femmes britanniques contre 69 pour les hommes, dit l'article. Melissa Milkie évoque un blocage culturel, qui cantonne les femmes à un rôle de ménagères et continue à faire des hommes ceux qui subviennent aux besoins financiers du foyer.

Naomi Larsson, journaliste pour le Guardian, a interrogé Holly Marriott, femme de 31 ans qui dirige sa propre entreprise. La Britannique confie qu'elle continue à s'interroger quotidiennement sur son statut, se voyant moins comme une femme de pouvoir qui réussit professionnellement que comme une personne incapable de garder sa maison propre. «Comme je suis une femme, je devrais être capable de tenir ma maison. Mais je n'ai pas le temps pour ça!»

Le travail est encore long. Partager équitablement les tâches ménagères et les opportunités professionnelles constituerait déjà une avancée plus que significative, mais cela doit absolument s'accompagner d'un travail sur les rôles assignés à chacun et à chacune, afin de laisser de côté le sentiment de culpabilité qui ronge la santé de tant de femmes.

Slate.fr

Newsletters

Crawl funding

Crawl funding

Nommer des rues en hommage à des personnalités LGBT+, un petit geste qui veut dire beaucoup

Nommer des rues en hommage à des personnalités LGBT+, un petit geste qui veut dire beaucoup

L'anniversaire des 50 ans de Stonewall inspire une accélération des plaques mémorielles. Enfin! Mais il ne faudrait pas se limiter au passé: l'histoire LGBT+ récente mérite aussi une reconnaissance.

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

À Singapour, les lesbiennes mènent la lutte pour les droits LGBT+

Alors que la Pride de la cité-Etat, encore plus politique qu’à l’accoutumée, aura lieu dans une semaine, les femmes cis et transgenres sont aux avant-postes.

Newsletters