Parents & enfants / Monde

La classe moyenne américaine ne peut plus se payer d'écoles privées

Temps de lecture : 2 min

La fin d'une époque pour les églises catholiques?

Des enfants américains qui prient dans une église de Miami, le 21 décembre 2012. | JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Des enfants américains qui prient dans une église de Miami, le 21 décembre 2012. | JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Pendant les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les écoles catholiques américaines permettaient à tous les enfants de bénéficier d’une éducation de qualité quelles que soient leurs origines socio-économiques ou leur religion. Comme le disait l’archevêque de Washington D.C., James Hickey: «Nous n’éduquons pas ces enfants parce qu’ils sont catholiques mais parce que nous sommes catholiques».

Mais selon une nouvelle étude publiée dans le journal Education Next, le nombre d’écoles privées catholiques est en constante baisse. Entre 1970 et 2010, il a diminué de 37% aux États-Unis.

Qui fréquente les écoles privées américaines ?

Aux États-Unis, la part des enfants en âge d’aller à l’école au sein des écoles primaires privées a augmenté jusqu’à atteindre 15% entre 1945 et 1958. Ce chiffre n’a cessé de décroître lentement pour se stabiliser à 9% en 2015.

Mais dans les années 1960, avec le départ de la classe moyenne vers les banlieues, le nombre d’écoles catholiques a commencé à s’amoindrir.

À la même époque, de moins en moins de personnes fréquentent les églises et les différentes affaires d’abus sexuel mettent en péril certains diocèses. Ces derniers ne sont donc plus en mesure d’aider financièrement les écoles catholiques.

Conséquences de tout cela, une large vague de fermeture de ces établissements et la revalorisation massive des frais de scolarité. Selon The 74 Million, une organisation à but non lucratif dédiée aux problématiques éducatives aux États-Unis, les frais de scolarité annuels ont augmenté de 600% entre 1970 et 2010, passant de 873 dollars (749,33 euros) à 5.858 dollars (5.029,09 euros).

Résultat, en 2013, seuls 42% des étudiants et étudiantes d’écoles privées fréquentaient une école catholique.

Selon une étude de Sean Reardon de l’Université de Stanford et Richard Murnane de l’Université d’Harvard, de nos jours les écoles privées, qu’elles soient catholiques ou laïques, sont majoritairement fréquentées par des élèves issus de familles blanches aisées.

Cette homogénéité socio-économique croissante qui sévit dans les écoles privées est incluse dans une stratégie de discrimination basée sur le capital économique. «Nous aimons penser que nous sommes la nation de la tolérance», affirme Murnane au média américain Quartz, «mais il est très difficile de faire preuve d’empathie avec des enfants de milieux différents quand nous n’avons aucun contact avec eux. Les enfants des milieux favorisés vont à l’école avec des enfants de milieux favorisés et les enfants des milieux défavorisés vont à l’école avec les enfants des milieux défavorisés».

Slate.fr

Newsletters

Quelles sont les femmes les plus à risque de mourir en couches?

Quelles sont les femmes les plus à risque de mourir en couches?

Aux États-Unis, l'origine ethnique et l'état de santé général sont les deux premiers prédicteurs de morbidité maternelle grave.

L’impact de la Première Guerre mondiale sur l’éducation perdure

L’impact de la Première Guerre mondiale sur l’éducation perdure

On le sait peu, mais les méthodes d'éducation en vogue en ce début de XXIe siècle sont héritières de la Grande guerre.

De la difficulté d’avoir des principes lorsque l’on est parent

De la difficulté d’avoir des principes lorsque l’on est parent

Plaidoyer pour ceux et celles qui n’aiment que les jouets en bois et refusent de laisser leur enfant devant un écran.

Newsletters