Monde

Des ossements de détenus noirs au Texas rappellent la persistance d'une forme d'esclavage

Temps de lecture : 2 min

Dans le Sud des Etats-Unis jusqu'au début du XXe siècle, les hommes noirs pouvaient être arrêtés pour presque rien et condamnés au travail forcé.

Le drapeau confédéré, symbole des Etats sudistes pro-esclavage. | Joe Raedle / AFP
Le drapeau confédéré, symbole des Etats sudistes pro-esclavage. | Joe Raedle / AFP

Au Texas, des archéologues ont récemment découvert des ossements enterrés sur le site d'une ancienne prison et viennent de confirmer qu'il s'agissait d'os appartenant à environ quatre-vingt-quinze hommes noirs morts entre 1878 et 1911. Ce cimetière et ces cadavres n'étaient signalés par aucune inscription, et la découverte a été faite par hasard sur le chantier de construction d'une nouvelle école.

Elle rappelle un chapitre choquant de l'histoire du sud des États-Unis: après la fin officielle de l'esclavage, plusieurs États avaient trouvé une façon de perpétuer le travail forcé des Noirs en utilisant un système juridique inique.

Des hommes loués à des propriétaires

De la fin du XIXe siècle au début du XXe, les États du sud «louaient» ainsi leurs détenus à des entreprises privées pour lesquelles ces hommes travaillaient gratuitement dans des conditions épouvantables. Si des historiens parlent à ce sujet «d'esclavage sous un autre nom», c'est aussi parce que ces hommes étaient arrêtés et condamnés aux travaux forcés pour presque rien.

Par exemple, des lois contre le «vagabondage» faisaient que la police pouvait arrêter des hommes noirs juste parce qu'ils étaient dans la rue et ne travaillaient pas. Et comme les personnes arrêtées ne pouvaient pas payer les amendes, elles pouvaient se retrouver condamnées à un an de travaux forcés. Parler avec une femme blanche pouvait aussi mener à des inculpations.

Les détenus étaient ensuite loués à des propriétaires de plantations de canne à sucre, de mines ou de compagnies ferroviaires. Le Capitole du Texas a été ainsi construit avec le travail forcé de ces prisonniers. Dans le cas des ossements découverts cette année, il s'agissait de travailleurs des plantations de cannes à sucre, aux mains d'anciens propriétaires d'esclaves.

Rien qu'au Texas, plus de 3.500 prisonniers sont ainsi morts dans ces camps de travail forcé entre 1866 et 1912, jusqu'à ce que des législateurs interdisent finalement cette pratique.

Reginald Moore, un historien et militant qui cherchait ce type de cimetière depuis des années au Texas, travaille désormais en partenariat avec la municipalité pour créer un mémorial et peut être transférer les ossements dans un cimetière.

Newsletters

La police de Minneapolis avait déjà rendu inconscientes plusieurs personnes avec la prise qui a tué George Floyd

La police de Minneapolis avait déjà rendu inconscientes plusieurs personnes avec la prise qui a tué George Floyd

Cette technique dangereuse consiste à utiliser son bras ou sa jambe pour comprimer le cou d'un·e suspect·e.

Emprisonné à tort pour espionnage, un pigeon pakistanais est libéré en Inde

Emprisonné à tort pour espionnage, un pigeon pakistanais est libéré en Inde

Il appartient en fait à un pécheur adepte de la course de pigeons.

Mort de George Floyd: comment manifester sans attraper le coronavirus 

Mort de George Floyd: comment manifester sans attraper le coronavirus 

Alors que les rassemblements de masse contre le racisme et les violences policières se multiplient aux États-Unis, les professionnel·les de santé s’empressent de donner des conseils pour réduire le risque de propagation du virus.

Newsletters