Monde

Même Fox News a critiqué l'attitude pro-russe de Trump à Helsinki

Temps de lecture : 2 min

Habituellement prêts à tout pour défendre le président, de nombreux journalistes de Fox ont vivement critiqué la conférence de presse d'Helsinki.

Donald Trump et Vladimir Poutine à la fin de leur conférence de presse à Helsinki le 16 juillet 2018. Yuri Kadobnov / AFP
Donald Trump et Vladimir Poutine à la fin de leur conférence de presse à Helsinki le 16 juillet 2018. Yuri Kadobnov / AFP

Lors de sa conférence de presse avec Vladimir Poutine à Helsinki, Donald Trump a suggéré qu'il faisait plus confiance au président russe qu'au FBI et aux services de renseignements américains. En effet, quelques jours après l'inculpation de douze agents russes pour le piratage du Parti démocrate, Trump a refusé de condamner Moscou pour son ingérence dans la campagne présidentielle:

«Le président Poutine vient de dire que ce n'était pas la Russie. Je ne vois pas pourquoi ça le serait.»

Ce ton amical est très mal passé aux États-Unis, même chez les Républicains, et même sur Fox News. La chaîne conservatrice est le seul média dont Trump a plusieurs fois fait l'éloge, le seul média qui défend presque toutes les positions du président. Mais après le sommet d'Helsinki, plusieurs journalistes et chroniqueurs de la chaîne se sont rebellés.

Même les journalistes de Fox & Friends, l'émission préférée de Trump, n'ont pas trouvé très patriotique que leur président semble se coucher devant Poutine. La journaliste Abby Huntsman a tweeté:

«Aucune négociation ne justifie de sacrifier son propre peuple et pays»

Un autre journaliste de Fox & Friends, Brian Kilmeade, qui ne critique presque jamais le président, a qualifié de «ridicule» le tweet de Trump sur la «stupidité» des États-Unis dans leur relation avec les Russes.

Après le sommet, le présentateur Neil Cavuto a dit que l'intervention de Trump était «répugnante» et un correspondant business de la chaîne s'est demandé sur Twitter pourquoi Trump «léchait le cul» de Poutine, insinuant que le président russe avait peut-être de quoi le faire chanter.

Quant à Trish Regan, également de Fox Business, elle a déclaré que le président aurait dû défendre l'Amérique et ses services de renseignement, et que sa prestation était «horrible». Un des commentateurs politiques de Fox, Brit Hume, a écrit sur Twitter que Trump était «incapable de voir au-delà de lui-même» et que c'était pour cela qu'il réduisait l'enquête sur l'ingérence russe à une attaque contre sa propre personne.

Selon NBC News, il s'agit du plus grand flot de critiques venant de Fox News depuis l'élection de Trump.

Mais il reste encore plusieurs inconditionnels du président sur la chaîne, comme Sean Hannity, qui préfère que Trump critique Hillary Clinton et le FBI plutôt que la Russie, et Tucker Carlson qui a déclaré que le Mexique était plus intervenu dans les élections que la Russie car de nombreux électeurs d'origine mexicaine votent aux Etats-Unis...

Il y a aussi Kimberly Guilfoyle, qui est journaliste à Fox et nouvelle petite amie de Don Jr, un des fils du président. Avant le sommet, elle se disait très confiante quant à la stratégie de la Maison-Blanche:

Slate.fr

Newsletters

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Des hommes politiques américains refusent d'être interviewés par une femme

Robert Foster et Bill Waller, candidats au poste de gouverneur du Mississippi, ne veulent pas se retrouver seuls avec une journaliste, notamment sous prétexte de respect de leur foi chrétienne.

Sans elle, Istanbul serait peut-être toujours aux mains d'Erdoğan

Sans elle, Istanbul serait peut-être toujours aux mains d'Erdoğan

Canan Kaftancıoğlu, 47 ans, comparaît ce 18 juillet pour avoir critiqué le président turc sur les réseaux sociaux. Elle pourrait écoper d'une peine de dix-sept ans d'emprisonnement.

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

Des amendes pour les mauvais·es élèves et des heures à respecter, la métropole chinoise met les bouchées doubles en matière de recyclage.

Newsletters