Égalités / Sports

C’est quoi le problème avec un corps féminin musclé?

Temps de lecture : 5 min

«Fais gaffe, faudrait pas non plus que tu prennes trop de muscles.»

Non seulement faire du sport c’est relou, mais en plus il faut doser pour que ça ne se voit pas trop. | 
Scott Webb via Unsplash License by

Alors que voilà l’été et la chaleur, on se retrouve tous et toutes face à nos corps –et ceux des autres. Il se trouve qu’autour de moi, depuis déjà quelque temps, sévit une épidémie de yoga. Au début, je croyais que ça consistait à s’étirer devant le lever du soleil en faisant des bruits de respiration étranges. Mais après avoir tâté des biscottos de copines, j’ai dû admettre que c’était plus intense que ça. Elles avaient des bras en béton. Ça a commencé à me fasciner un peu. J’ai regardé plus attentivement sur internet les photos de sportives du genre des «fit-girls». Ou, comme dit Cosmopolitan, des «sportistas» qui cartonnent.

À l’origine, j’avais plutôt un a priori négatif parce que c’est la «fit-girl» qui nous a menés à la «fit-mom», ce nouvel impératif lancé il y a quelques années qui veut que ce n’est pas parce que tu as un gamin dans l’utérus et des problèmes de rétention d’eau que tu dois te laisser aller. Une certaine Maria Kang nous avait quand même infligé ça:


Ce qui lui valut ma haine éternelle. D’ailleurs, elle continue. Sa boîte s’appelle No excuse mom.

Je la hais. Bref.

Souvenez-vous du sort de Madonna

En France, la grande star de ce genre de pratiques sportives c’est Sonia Tlev, qui a lancé le Top Body Challenge, un programme de sport intensif pour se muscler en douze semaines. Et puis, il y a pléthore de cross-fitteuses. Mais que ce soit du body-training, du crossfit ou du yoga, on voit la même chose: des femmes musclées. Sur Instagram, ce ne sont pas seulement des ventres plats et fermes qu’elles arborent mais de véritables tablettes de chocolat. Des trucs dont on disait il n’y a pas si longtemps que c’était moche sur une femme.

Image promotionnelle du programme sur le site dédié.

Souvenez-vous, Madonna… Madonna, tant qu’elle montrait ses seins, tout allait bien. Le jour où elle a commencé à montrer ses bras musclés, c’était fini. Elle était horrible, moche, folle, détraquée. Jusqu'à son ancienne coach sportive qui l'a taclée: «J'ai passé des années à inverser la tendance de Madonna à se muscler à outrance en la faisant redevenir féminine. Aujourd'hui, quand je la regarde, je la trouve à nouveau trop “carrée”. Si vous regardez toutes les autres femmes avec qui j'ai travaillé, vous verrez que si elles font beaucoup de sport, elles gardent un corps gracieux et féminin». Mais en fait, c’est quoi au juste le problème avec un corps féminin musclé?

La société s’est toujours arrogé le droit de dire ce que devait être le corps des femmes et il y a une évidence: la société aime les femmes fragiles. Frêles. Vulnérables. Et qui ne s’en plaignent pas. Des femmes fragiles qui au contraire s’épanouissent en trouvant la protection d’un corps viril. Une femme qui peut gagner au bras de fer contre un homme perd aussitôt son diplôme de femme. Elle est une anomalie, elle est anti-naturelle (souvenez-vous, si on découvre qu’elle produit trop de testostérone, on lui conseille de prendre un traitement artificiel pour devenir ce qu’on croit naturel).

Quand on y pense, c’est marrant cette idée d’un corps naturel atemporel. Comme si le corps était une entité hors de tout contexte. Comme s’il ne s’adaptait pas au milieu. Comme s’il n’était pas le résultat d’un milliard d’interactions différentes: les traits évolutifs qui ont été conservés, l’alimentation, l’environnement général qui joue sur le développement de nos corps présents et sur l’héritage du corps de nos ancêtres. En novembre dernier paraissait une étude d’une équipe d’anthropologues de Cambridge qui avait comparé les squelettes de femmes vivant au Néolithique, il y a environ 7.000 ans, à ceux de championnes actuelles d’aviron (qui rament en moyenne 120 kilomètres par semaine). Il en est ressorti que les femmes du Néolithique avaient des bras bien plus musclés que ceux des athlètes contemporaines. Mais dites donc, est-ce que ça voudrait dire que notre idée du corps féminin naturel serait… construite?

Point trop n'en faut mais pas assez ne suffit pas

On se coltine donc dans la tête l’idée qu’une femme naturelle c’est un corps plutôt fragile et gracieux, en opposition avec un corps masculin fort. Les corps d’hommes et de femmes doivent être les plus différents possibles, sinon l’univers s’effondrera sur lui-même. Tant que les femmes faisaient du sport juste pour perdre du poids, tout allait bien, l’ordre des choses n’était pas bouleversé.

Mais on prenait toujours soin de nous prévenir: faire du sport, oui, devenir musclée, non. Dans ce texte de Public sur ces stars féminines trop musclées, la journaliste écrit quand même: «Problème, une femme trop musclée, ce n'est pas esthétique, loin de là! Madonna, Fergie, Cameron Diaz, Gwen Stefani, Sarah Jessica Parker, Pink, Elle McPherson, Hilary Swank ou encore Geri Halliwell pour ne citer qu'elles ont eu la malchance de vivre cela...» La malchance… Je pense que toutes les femmes qui ont commencé un jour à faire une activité sportive quelconque ont entendu la même mise en garde: «Fais gaffe, faudrait pas non plus que tu prennes trop de muscles».

C’était vraiment présenté comme un inconvénient. «Le sport c’est bien mais il y a ce gros inconvénient, si tu n’as pas de chance, tu risques de te muscler.» Même quand je faisais de la gym suédoise on me l’a dit. Et la plupart du temps, j’ai hoché la tête d’un air entendu. Limite si j’ai pas dit «Oui, je vais faire attention à ne pas être trop musclée». (Ah ah ah…) Quand on y pense, c’est totalement fou. Non seulement faire du sport c’est relou, mais en plus il faut doser pour que ça ne se voit pas trop. Ce qui me conforte dans l’idée qu’il n’y a jamais un moment, un sujet sur lequel on ne nous fait pas chier.

Alors, quand je vois ces femmes qui exhibent leurs muscles, ça me plaît. Évidemment, on peut juger qu’il s’agit d’un nouveau diktat de l’apparence physique. Et il y aurait beaucoup à dire sur la discipline que ça demande et l’idéal actuel d’une forme de pureté du corps incluant l’alimentation et les émotions. Mais ce qui est remarquable, c’est que ce diktat inverse les normes de genre habituelles. Autour de moi, les femmes qui ont commencé à faire du sport n’ont pas été motivées par le désir d’avoir une carrure d’athlète. Elles ont trouvé une pratique sportive qui leur faisait du bien. Au fur et à mesure, elles ont vu leur corps se transformer et finalement, elles ne trouvent pas ça désagréable de se sentir une certaine puissance physique.

Ça peut aussi être ça, l'empowerment.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Titiou Lecoq

Newsletters

Anaïs Nin ou la libération individuelle par le sexe

Anaïs Nin ou la libération individuelle par le sexe

«Ce qui l’intéressait c’était sa libération à elle, et par sa libération, d’être un modèle pour d’autres femmes.»

Pourquoi les hommes pleurent-ils pour la Coupe du monde?

Pourquoi les hommes pleurent-ils pour la Coupe du monde?

Même et surtout en cas de victoire.

Quand les hommes font des procès aux femmes pour discrimination sexuelle

Quand les hommes font des procès aux femmes pour discrimination sexuelle

La récente affaire Ladies Get Paid est un bon exemple.

Newsletters