Jacques Attali: l'iPad ou l'hypermédia

Avec Steve Jobs, l'innovation n'est jamais dans un progrès technique spécifique, mais dans la combinaison d'innombrables innovations venues d'ailleurs, en un système capable de faciliter la vie.

Parler, écouter, écrire, voir. Avec l'avènement de l'iPad, voici complété le carré nomade: le téléphone pour converser; l'iPod pour écouter de la musique;  l'ordinateur portable pour écrire des textes, noter des rendez-vous et envoyer des messages écrits; l'iPad pour voir des films,  lire des livres et des journaux. Les uns peuvent recevoir. Les autres permettent de partager. Tous permettent d'automatiser les fonctions remplies par des technologies plus anciennes: le téléphone et le gramophone datent environ de 1880, le télégraphe de 1780,  le livre imprimé de 1480.

Chacun de ces quatre objets nomades correspond à une fonction essentielle de toute société. Avec à chaque fois la possibilité de stocker et de transporter des données de plus en plus complexes, formant  bibliothèque, discothèque, photothèque, cinémathèque, vidéothèque, lieux autrefois sédentaires.

Le dernier venu, l'iPad,  est un hypermédia. Il ne constitue pas une révolution technologique. Avec Steve Jobs (comme avec son inspirateur, Thomas Edison), l'innovation n'est jamais dans un progrès technique spécifique, mais dans la combinaison d'innombrables innovations venues d'ailleurs, en un système capable de faciliter la vie des gens. De fait, l'iPad est d'abord un ebook (livre électronique); il permet d'avoir enfin accès de facon conviviale à la lecture mobile de journaux et de livres, à la visualisation de photos et de films. Il correspond à une nécessité majeure du temps et va bousculer plus que jamais l'économie de l'écrit et de l'image. Il renvoie au désir de lire plusieurs livres en même temps, de feuilleter plusieurs journaux; à l'impatience devant l'information; au désir de simultanéité; au besoin de «et», à la place de «ou»; au cloud computing.

La nécessité de l'hyperlivre

Le livre électronique, si raillé il y a dix ans, devient une évidence. Les éditeurs de livres, de magazines, de journaux, de catalogues, ne pourront plus s'arcbouter sur les mérites incontestables du papier. Ils devront enfin, totalement, et très vite, repenser leurs modèles économiques. Ils devront comprendre qu'il devient possible pour les auteurs de devenir éditeur à peu de frais. Et en particulier qu'il devient possible, et nécessaire, d'inventer une nouvelle forme d'écriture, d'hyperlivre, d'hypermédia, mêlant l'écrit, le sonore et le visuel. Les éditeurs devront comprendre que la disparition du clavier et de la souris ouvre à des pistes formidables; en particulier, la possibilité de dessiner avec son doigt, mêlant le dessin aux messages. Ils devront comprendre aussi qu'il devient possible de voir commodément des films; de jouer, en ligne, en nomade, à des jeux vidéo multi-joueurs et d'utiliser l'infinie suite d'applications imaginées par des entreprises faisant partie de l'écosystème d'Apple, et même des applications de Google, comme le stupéfiant Google goggles (recherche à partir d'une photo).

Il en ira de même dans la presse. Ce n'est sans doute pas un hasard si la présentation de Steve Jobs a commencé par une vue de l'iPad affichant un article du New York Times. Et si le magazine Wired a annoncé une version de son site spécifique pour l'iPad. Bouleversement économique total qui complète et justifie l'apparition de sites d'informations comme Slate.fr. En attendant l'elearning (apprentissage en ligne) et le 3D sur l'iPad, qui viendra vite.

Il est peu vraisemblable que les quatre objets nomades survivent: on ne peut les porter tous sur soi ni les synchroniser en permanence. Certains disparaitront. Déjà, chacun des quatre tente de remplir, à sa  facon, plus ou moins habile, certaines des fonctions des autres. Déjà, l'iPod s'efface devant l'iPhone.

En toute logique, si l'iPad est capable de fournir un écran convivial, sur lequel on pourra non seulement dessiner mais écrire commodément, il remplacera l'ordinateur portable. Au lieu de quatre, on n'aura alors plus que deux instruments. Et même un seul, si l'iPad  pouvait se combiner avec une oreillette wifi, permettant de téléphoner commodément et de faire des vidéoconférences. Il deviendrait alors l'hypermédia absolu, permettant de travailler, de consommer, de se distraire et d'apprendre tout à la fois.

Prochaine étape, la garde-robe?

Apple n'en sera pas le seul acteur. Même s'il a une longueur d'avance. D'autres apparaitront. D'autres résisteront; en particulier, on peut l'espérer, Archos, qui avait tout compris, en France, sauf la nécessité de simplifier la vie de ses clients.

En attendant, reste à penser la facon de s'habiller pour pouvoir porter ces objets. Et si mon pronostic est exact, le prochain coup de génie de Steve Jobs devrait être d'inventer les vêtements permettant de transporter commodément et élégamment l'iPad, en attendant de pouvoir, avec les nanotechnologies, l'intégrer dans les vêtements eux-mêmes.

Jacques Attali

LIRE EGALEMENT SUR L'IPAD: L'iPad, la nouvelle révolution d'Apple, Les ordinateurs devraient être simples comme des grille-pains, Le discours de l'état de l'Union par Steve Jobs et Apple ou l'American iDol.

Image de Une: Le New York Times sur l'iPad  Kimberly White / Reuters

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article