Sports

Voici le seul Croate frustré de la qualification de son pays en finale de la Coupe du monde

Temps de lecture : 2 min

Nikola Kalinic doit sûrement se mordre les doigts après le parcours fantastique de son équipe dans ce Mondial.

Mario Mandzukic et Domagoj Vida célèbrant leur victoire en demi-finale de la Coupe du Monde avec leur supporteurs, le 11 juillet 2018. | Manan Vatsyayana / AFP
Mario Mandzukic et Domagoj Vida célèbrant leur victoire en demi-finale de la Coupe du Monde avec leur supporteurs, le 11 juillet 2018. | Manan Vatsyayana / AFP

Des cris, des pleurs, des scènes de bonheur. Voilà comment le peuple croate a vécu la qualification de son équipe en finale de la Coupe du monde 2018, mercredi soir, au terme d’un match plein de suspense. Un homme pourtant, Nikola Kalinic, footballeur dans l'équipe nationale –ex-doublure de Mario Mandzuki– et joueur de l’AC Milan, doit l'avoir en travers de la gorge.

Lors du match contre le Nigéria, alors que le score était de 2-0 pour la Croatie, il a refusé d’entrer en jeu. Le joueur croate a expliqué son refus par une douleur au dos, ce qui laissait le staff médical dubitatif. L'incident lui a valu d'être exclu du groupe. «Durant la rencontre contre le Nigéria, Kalinic s’est échauffé car il devait rentrer en seconde période», raconte Zlatko Dalic, le sélectionneur croate. «Cependant, il nous a fait signe qu’il ne pourrait pas rentrer à cause d’une douleur au dos. Même cas de figure lors du match amical contre le Brésil à Anfield en juin dernier et lors de l’entraînement de dimanche.»

Puis il ajoute: «J’ai calmement accepté sa justification et comme j’ai besoin de joueurs en pleine forme et prêts à jouer, j’ai pris la décision de le renvoyer chez lui ».

Une équipe combattante

Même privés d’un de leurs coéquipiers, affrontant des matchs éreintants, des séances de penalties sans fin, les joueurs croates se sont accrochés et ont surpassé l'Angleterre durant la prolongation de la demi-finale pour enfin atteindre la marche de la finale de la Coupe du monde, qui se jouera ce dimanche.

Kalinic regardera sûrement cet ultime match sur son canapé, chez lui. On aimerait bien savoir ce que pense l’homme qui a tourné le dos au plus petit pays à atteindre la finale de la Coupe du monde depuis l’Uruguay en 1950, une époque où le football n’était pas aussi reconnu qu’aujourd’hui.

Newsletters

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

Loin des clichés sur les pom pom girls, cette série documentaire offre un portrait inédit de ces athlètes dévoué·es.

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

La marque doit composer avec une mauvaise pub, une alliance Renault-Nissan en berne et l'échec d'une fusion avec Fiat-Chrysler, alors que la F1 reprend en Australie le 15 mars prochain.

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Même si ce sont surtout les petites structures qui sont touchées par la raréfaction de la neige, le nombre de stations en activité diminue et les jeunes skient moins que dans les années 1990.

Newsletters