Société

«Paid Off»: le jeu TV américain pour rembourser sa dette étudiante

Temps de lecture : 2 min

Ils sont 45 millions à devoir beaucoup d'argent à leurs débiteurs.

Le meilleur job étudiant: serveur ou serveuse!  | Capture d'écran via Youtube CC License by
Le meilleur job étudiant: serveur ou serveuse! | Capture d'écran via Youtube CC License by

Il y avait les jeux où on gagne de l'argent, des vacances, ou des voitures, des jeux où on trouve l'amour ou on perd du poids. Maintenant, on peut gagner le remboursement de son prêt étudiant.

TruTV, chaîne américaine, a lancé cette semaine un nouveau concept: répondre à des questions simples pour tenter de voir une partie ou la totalité de son prêt étudiant remboursé. Actuellement, aux États-Unis, quarante-cinq millions de jeunes sont endettés, avec des remboursements moyens de 39.400 dollars (33.660€). La dette étudiante globale s'élève à 1,48 billions de dollars (1,26 billions d'euros). Il faut dire qu'en général, une année universitaire coûte 30.000 euros dans le privé et 8.500 euros dans le public.

Le but du jeu

Les règles sont assez classiques: trois participants et participantes endettées s'affrontent sur une série de questions –certaines liées à l'éducation. Il y a deux manches éliminatoires où les perdants repartent avec 1.000 ou 2.000 dollars et une manche finale.

Entre les manches, les participants, parfois les perdants, sont mis en scène dans de courts intermèdes censé dénoncer le poids de la dette qui pèse sur la jeunesse américaine. En faisant un discours sur le sujet, passer un «appel au Congrès» ou lire les «faits déprimants de la semaine». Dans le premier épisode, c'est par exemple un chiffre: la dette des femmes est 14% supérieure à celle des hommes.

Les chances sont tout de même assez maigres de remporter le remboursement complet puisque les finalistes doivent correctement répondre aux huit dernières questions sauf qu'en échouant à la dernière, il ou elle ne gagne que le rembousement de la moitié de sa dette. C'est ce que reproche un journaliste du magazine Paste: «Le jeu est assez pervers puisqu'il apparaît facile de gagner mais très difficile de recevoir une somme importante d'argent», critiquant également la légèreté du jeu pour traiter d'un sujet grave.

«La meilleure façon d'adresser le problème était d'en faire un jeu ridicule»

Michael Torpey, acteur connu pour son rôle dans Orange is the New Black, présente le show. Il a confié à NBC News qu'un jeu coloré, traitant de l'un des plus grands enjeux financiers du pays peut sembler bizarre: «On est dans un espace étrange de la comédie sombre». C'est d'ailleurs lui qui a proposé le concept à la chaîne TruTV se justifiant ainsi: «En tant que comédien, je pense qu'une approche commune d'un sujet sérieux est d'essayer d'en rire au début». Il affirme également vouloir être «respectueux» tout en «dé-stigmatisant la dette».

Pour la vice-présidente de la chaine, Lesley Goldman, «l'intention du programme est de montrer que la crise de la dette étudiante est une crise ridicule [donc] la meilleure façon d'adresser le problème était d'en faire un jeu ridicule.»

Visiblement, le progamme est promis à un grand succès: des centaines de twittos ont demandé à participer.

«Merci à tous ceux qui ont demandé à intégrer #PaidOff Malheureusement, on a déjà fini de tourner la première saison. Si vous avez aimé l'émission, demander à @truTV de commander plus d'épisodes. Comme ça, on pourra aider plus de personnes avec leurs prêts. J'espère que vous avez aimé le premier épisode! –Michael»

Slate.fr

Newsletters

Quand les automobilistes comprendront-ils que klaxonner dans un bouchon est inutile?

Quand les automobilistes comprendront-ils que klaxonner dans un bouchon est inutile?

En agglomération, l'avertisseur sonore n'est censé être utilisé qu'en cas de danger immédiat. Alors pourquoi a-t-on l'impression qu'il sert principalement de défouloir?

Aux États-Unis, les millennials divorcent moins que les baby boomers

Aux États-Unis, les millennials divorcent moins que les baby boomers

Entre 2008 et 2016, le taux de divorce américain a diminué de 18%.

Aux États-Unis, dans 40% des cas, les auteurs des meurtres ne sont pas arrêtés

Aux États-Unis, dans 40% des cas, les auteurs des meurtres ne sont pas arrêtés

Les taux d’élucidation de la police, diffusés par le FBI, montre que de nombreux crimes ne sont jamais résolus.

Newsletters