Égalités / Monde

L'uniforme particulier de femmes policières dans une petite ville du Liban

Temps de lecture : 2 min

Une tenue spéciale pour elles, et pas pour leurs homologues masculins.

Des auxiliaires de polices en short  | Capture d'écran via Youtube CC License by
Des auxiliaires de polices en short | Capture d'écran via Youtube CC License by

Short noir moulant, t-shirt, béret rouge, baskets blanches: c'est le nouvel uniforme des femmes auxiliaires de circulation dans une petite ville du Liban appelée Broummana, à quelques kilomètres de la capitale Beyrouth, depuis mi-juin.

C'est le maire de la ville, Pierre Achkar, qui a pris l'initiative d'embaucher de jeunes étudiantes pour aider à réguler la circulation. Elles ont toutes la vingtaine et travaillent pour la ville via des petits contrats d'été. «Ça pourrait être sexy pour certaines personnes et ordinaire pour d'autres, cela dépend de l'éducation», commente l'élu auprès de la BBC.

Pour le maire, c'est une stratégie marketing pour attirer de potentiels visiteurs et visiteuses: «Tous les ans, on essaie de faire un choc pour faire venir les médias internationaux et les locaux et les touristes à Broummana».

Rien d'inapproprié ou choquant selon lui: «C'est joli, et les gens aiment la beauté. Vous voulez qu'elles soient moches?» Selon ses dires, le monde change, «à un moment donné les jeans étaient vulgaires. Les femmes sont libres: sexy ou pas, nous sommes un pays libre».

Réception mitigée

Il y a celles et ceux qui trouvent cela «super» de voir de jolies jeunes femmes réguler la circulation et d'autres qui sont opposés. «Pour moi c'est inapproprié!», juge une jeune femme citée par la BBC. Une autre, en revanche, pense que la démarche témoigne de l'ouverture d'esprit du Liban: «Tout est autorisé au Liban alors pourquoi pas?». Un homme d'une soixantaine d'années félicite l'initiative, «c'est une idée superbe et c'est agréable de voir de belles femmes!».

Sur les réseaux sociaux, certains et certaines sont plus sceptiques. C'est surtout la différence de traitement hommes-femmes qui pose problème. En effet, les homologues masculins des policières de Broummana sont vêtus de manière classique: pantalon noir, gilet jaune.

«Des shorts comme uniformes uniquement pour les femmes officiers de police au Liban #Broummana #sexisme»

Pourtant, les femmes policières interrogées par la BBC semblent très heureuses de l'initiative. «On reçoit beaucoup de compliments», explique une étudiante qui a pris ce travail pour l'été. Elle ajoute: «On porte des shorts longs, on n'exhibe pas non plus nos jambes. J'ai accepté le travail parce que je suis toujours en short alors je n'ai pas à me changer quand je vais travailler».

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Une autre pense que cela permet de témoigner de la mentalité libanaise: «La municipalité nous a demandé de faire ce travail, c'est quelque chose de nouveau de montrer que le Liban est comme le reste du monde. Pourquoi ne pas porter des shorts?»

Newsletters

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio