Égalités / Santé

Masculinité toxique: éduque-t-on nos fils à mourir par suicide?

Temps de lecture : 9 min

De nouvelles recherches montrent que les injonctions à être un «vrai homme» portent préjudice à la santé mentale.

Il n'est jamais trop tard pour appeler à l'aide. | Ian Espinosa via Unsplash License by

Selon les dernières données sur le suicide fournies par les Centers for Disease Control and Prevention américains (CDC), 77% des 45.000 personnes qui se tuent chaque année aux États-Unis sont des hommes. De même, d'après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les hommes meurent davantage par suicide que les femmes partout dans le monde, avec un ratio compris entre 1,5 pour 1 et 3 pour 1—ce qui en fait une majorité des plus de 800.000 personnes qui se donnent la mort chaque année. D’un point de vue mondial, les suicides comptent pour la moitié des morts masculines violentes.

Pour des raisons évidentes, les motifs qui poussent quelqu’un à se supprimer sont compliquées à réduire à un objet d’étude. Mais si nous voulons tenter de réduire le taux de suicide, il faut savoir pourquoi il touche majoritairement des hommes.

Un registre émotionnel défaillant

Dans une enquête organisée par mon association Promundo et conduite auprès de 1.500 jeunes hommes âgés de 18 à 30 ans, avec le soutien de la marque Axe, nous avons découvert que près d'un sondé sur cinq avait pensé au suicide au cours des deux semaines passées.

Les plus sujets à ce genre de pensée sont ceux pour qui être un homme signifie montrer que l'on est fort, ne pas parler de ses problèmes et refouler ses émotions: ceux-là sont deux fois plus susceptibles d’avoir envisagé de mettre fin à leurs jours.

Des études menées dans d’autres pays ont obtenu des résultats approchants: les hommes qui ont les idées les plus contraignantes de la masculinité présentent davantage de risques d’avoir des idées suicidaires que ceux qui ne sont pas aussi coincés dans une «virilité forcée».

En tant qu’hommes, nous ne possédons souvent même pas les mots qui permettraient d’exprimer ou de comprendre nos émotions.

Être un homme aux États-Unis, et dans le reste du monde, signifie trop régulièrement apprendre à réprimer ses expériences émotionnelles –au point qu’en tant qu’hommes, nous ne possédons souvent même pas les mots qui permettraient d’exprimer ou de comprendre nos émotions.

Des psychologues appellent ce phénomène l’alexithymie, soit l’incapacité à reconnaître et à communiquer ses émotions, et ont remarqué qu’il était plus courant chez les hommes que chez les femmes.

Pour le dire simplement, si les hommes ne sont pas capables d'identifier leurs émotions négatives ou dérangeantes et qu’ils ne peuvent ou ne veulent pas demander de l’aide ou en parler, nous n’avons pas les moyens de réagir lorsque nous nous retrouvons face à eux.

La demande d'aide comme aveu de faiblesse

Voici un exemple de la manière dont cela fonctionne. Dans le cadre des activités de Promundo auprès de jeunes hommes et de jeunes femmes, qui visent à interroger les idées toxiques sur la masculinité et à les remettre en question, nous proposons un atelier que nous appelons «Exprimer mes émotions».

Nous demandons à de jeunes hommes à qui nous présentons cinq émotions quelle est celle qu’ils ont le plus de facilité à exprimer et celle pour laquelle c’est impossible. Invariablement, les jeunes hommes disent que la colère et la joie sont les émotions les plus faciles à exprimer. L’affection, la tristesse ou la peur? «Sûrement pas», disent-ils: de vrais hommes ne peuvent pas montrer ça.

Les idées que nous entretenons sur la masculinité insinuent que demander de l’aide est une faiblesse ou une caractéristique féminine –voire homosexuelle. Il est non seulement mal vu, mais même considéré comme peu viril pour un homme de solliciter une aide médicale ou un moyen de soutenir sa santé mentale.

Reconnaître ressentir de la douleur, qu’elle soit physique ou émotionnelle, c’est prendre le risque de se voir signifier par les hommes de votre entourage que vous n’êtes pas un «vrai homme».

La sensation d’avoir été lésé

La récente analyse des facteurs qui contribuent à l’augmentation du taux de suicide aux États-Unis, publiée le 7 juin par les CDC, ressemble à une liste de caractéristiques exagérément masculines: problèmes de santé mentale (souvent non-traités ou non-diagnostiqués), consommation d’alcool ou de drogue (plus élevée chez les hommes que chez les femmes et souvent utilisée comme consolation d’une masculinité ressentie comme ratée), problèmes sociaux ou personnels (pour lesquels les hommes ne sont pas censés demander de l’aide) et accès aux armes à feu (encore une fois, principalement par les hommes).

Le suicide est bien plus répandu chez les hommes blancs aux États-Unis, chez cette catégorie d'hommes qui ont l’impression que le monde leur doit un boulot stable et bien rémunéré, et le respect qui va avec. Ils ont perdu leur emploi et sont dans une situation personnelle génératrice de stress, souvent un divorce ou une rupture familiale.

Les données actuelles montrent qu'un homme en âge de travailler sur quatre à cinq –soit environ vingt millions– n’a pas d’emploi, un chiffre trois à quatre fois supérieur aux années 1950.

Beaucoup de ces hommes ressentent ce que les sociologues et l’expert en masculinité Michael Kimmel appellent un «aggrieved entitlement», soit la sensation d’avoir été lésé dans ce qui leur revient de droit.

La vieillesse et la solitude, facteurs aggravants

Nous savons aussi que ce sont les hommes de plus de 60 ans qui sont les plus susceptibles de se donner la mort, constat partiellement explicable par des douleurs chroniques et une santé déclinante. Mais beaucoup de ces morts en disent aussi assez long sur la manière dont nous traitons les hommes lorsqu’ils vieillissent –et les vieilles personnes en général.

Lorsque leur corps et leur virilité sont sur le déclin, ils se sentent de trop dans un monde qui favorise les corps jeunes et jouissant de toutes leurs facultés. Ajoutez-y l’isolement social des hommes, comparativement aux femmes, dans de nombreuses parties du monde.

En bref, la tendance est que les hommes vont se sentir de plus en plus seuls, ou en tout cas ils seront toujours plus susceptibles de vivre seuls.

Une enquête nationale de l'AARP, l'association américaine des personnes retraitées, indique qu’un adulte de plus de 45 ans sur trois déclare aujourd’hui se sentir seul, tandis que seulement un sur cinq disait souffrir de solitude il y a dix ans.

Une autre étude menée en Allemagne révèle que les hommes célibataires sont plus susceptibles de déclarer qu’ils se sentent seuls que les femmes célibataires –un état de fait qui risque de s’accentuer, compte tenu du déclin du nombre de mariages et de cohabitations.

En bref, la tendance est que les hommes vont se sentir de plus en plus seuls, ou en tout cas ils seront toujours plus susceptibles de vivre seuls, des facteurs qui ont également une influence sur les taux de suicide.

Une association entre masculinité et armes à feu

La conclusion que nous pouvons en tirer est que les hommes, en étant émotionnellement coupés d’eux-mêmes et des autres, sont à risque. Les femmes sont plus susceptibles de faire des tentatives de suicide –deux fois plus, selon certaines recherches. Mais les hommes ont deux à quatre fois plus de chances d’y parvenir.

La raison tient à la méthode employée: contrairement aux femmes, les hommes sont inclinés à utiliser des armes à feu. Il peut être tentant de dire que les hommes ayant davantage tendance à posséder et à utiliser des armes à feu pour mettre fin à leurs jours, ils sont plus susceptibles de réussir à se tuer. Mais l’association entre masculinité et possession d’armes à feu est un problème en soi.

Ces derniers mois, ces dernières années même, les histoires d’hommes en colère –principalement de jeunes hommes blancs– qui se livrent à des meurtres de masse font la une des médias.

Ces atrocités ont souvent lieu dans des écoles, des églises ou sur des lieux de travail, où ils cherchent à se venger de gens dont ils ont l’impression qu’ils leur ont fait subir des injustices.

Certains de ces meurtriers de masse laissent derrière eux des notes dans lesquelles ils établissent clairement qu’ils veulent tuer des personnes qui, selon eux, les ont offensés et qu’eux, les tireurs, désirent mourir ou s’attendent à être tués par la même occasion.

Des approches efficaces de prévention

Mais beaucoup plus d’hommes, plus de 30.000 chaque année aux États-Unis, se suppriment sans nous dire pourquoi. Sauf que le simple fait que ce soit des hommes nous donne beaucoup d’informations sur les raisons de leur acte.

Et il se trouve qu’il est possible de faire plein de choses pour y remédier. Il existe des initiatives visant précisément la santé mentale et la prévention du suicide, comme Making Connections, un dispositif déployé dans tous les États-Unis par l'Institut de prévention et la Fondation Movember. Des films pédagogiques, comme Tough Guise et The Mask You Live In, sont conçus pour provoquer des discussions avec de jeunes hommes, des parents et des profs sur notre tendance à élever nos fils dans des carcans émotionnels. Certains programmes scolaires font la promotion d’idées saines et connectées sur la masculinité, à l'image de Manhood 2.0 (créé par Promundo) et Live Respect de l’association A Call to Men.

Correctement mises en œuvre, ces approches montrent preuves à l'appui que les idées des jeunes hommes sur la masculinité peuvent changer –une évolution qui à son tour conduit à moins de violence et à davantage de démarches de demande d’aide.

Le harcèlement est souvent exercé par de jeunes hommes contre d’autres jeunes hommes, comme un moyen de contrôler leur comportement ou leur apparence et de consolider leur pouvoir.

Il existe aussi un champ de pratiques de santé publique appelées «interventions visant à faire évoluer les inégalités de genre», qui prônent une neutralisation des idées nuisibles ou restrictives sur ce que signifie être un homme ou une femme. Et les études prouvent qu’elles peuvent servir à améliorer les questions de santé, notamment à encourager un meilleur usage des services existants.

Nous savons grâce à une autre étude que nous avons récemment conduite avec Axe que les jeunes hommes qui se font harceler –notamment ceux qui le sont à cause de leur orientation sexuelle– courent davantage de risque de manifester des symptômes dépressifs, ce qui est un risque majeur de suicide.

Le harcèlement a des caractéristiques distinctement masculines, c’est-à-dire qu’il est souvent exercé par de jeunes hommes contre d’autres jeunes hommes, comme un moyen de contrôler leur comportement ou leur apparence et de consolider leur pouvoir.

Le rôle crucial de l'éducation

Voici ce dont nous sommes certains: le suicide n’a jamais qu’une seule cause. Il ne fait aucun doute que c’est un phénomène bien trop complexe pour se contenter de le réduire à des normes sociétales toxiques sur la masculinité. Un accès à des soins de santé adaptés, à des services d’aide et à un soutien social de la part de la famille, du cercle amical et de l’entourage est essentiel pour prévenir les idées et le comportement suicidaires chez les hommes.

Pourtant, l’isolement émotionnel des hommes signifie souvent qu’ils auront moins tendance à rechercher des soins de santé classiques, ou même à demander de l’aide et du soutien à leur famille et à leurs amis quand c’est nécessaire. Les parents peuvent dire à leurs fils et à leurs filles qu’il est possible de demander de l’aide quand ils en ont besoin. Les pères peuvent montrer l’exemple en faisant ouvertement état d’autres émotions que la colère.

Il ne faut pas abandonner tout ce que nous avons déjà mis en œuvre pour prévenir les suicides. Mais toutes ces choses fonctionneraient encore mieux si nous avions le courage de nous lancer et de parler du lien entre le suicide et les idéaux que notre société fait miroiter autour de la masculinité.

Ce qui ne veut pas dire qu’il faut lancer un débat visant à dire aux hommes qu’ils sont mauvais ou irrécupérables juste parce que ce sont des hommes. La masculinité n’est pas une maladie mentale. Mais élever nos fils de sorte qu’ils répriment qui ils sont vraiment, qu’ils ne cherchent pas à se faire aider, qu’ils aient recours à la violence pour résoudre leurs problèmes et qu’ils pensent que montrer des faiblesses ou admettre que l'on est atteint de dépression ou d’autres problèmes mentaux n’a rien de masculin, ça c’est un problème.

Il est temps que nous parlions davantage du suicide, et de son rapport avec nos façons toxiques d’élever nos fils. Leur vie en dépend. Littéralement.

Gary Barker PDG de Promundo, co-fondateur de la campagne MenCare pour l'Alliance MenEngage

Newsletters

Vous n’aurez plus du tout envie d’aller sur YouPorn après avoir lu ce livre

Vous n’aurez plus du tout envie d’aller sur YouPorn après avoir lu ce livre

La jeune fille ne cesse de pleurer, pleurer, pleurer. Autour d’elle, les multiples hommes s’en contrecarrent.

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters