Économie

Les guerres commerciales ne font que des vaincus

Temps de lecture : 4 min

Les politiques protectionnistes ont de plus en plus d'effets négatifs.

| Joe Raedle / Getty images North America / AFP
| Joe Raedle / Getty images North America / AFP

Après quelques semaines de paix apparente, le président Trump a repris sa guerre personnelle contre la politique commerciale internationale. Après la tenue d’un sommet du G7 sur ces questions au Canada début juin, l’Administration américaine a établi au milieu du mois une liste de produits chinois de haute technologie qui pourraient être soumis à des droits de douane de 25%, pour une valeur estimée entre cinquante et soixante milliards de dollars. La date d’entrée en vigueur prévue est le 6 juillet.

Même en tenant compte d’une réaction chinoise déjà annoncée, pour l’instant les attentes ne sont cependant pas celles d’une guerre commerciale complète entre la Chine et les États-Unis. Au lieu de cela, le sentiment des observateurs est que l’Administration américaine pratique très classiquement une politique de risque calculé, c’est-à-dire l’art de danser au bord d’un gouffre pour tirer le maximum de bénéfices d’une négociation, à des fins électorales internes (les mid-term de novembre, aux États-Unis, verront le renouvellement d’une partie de la Chambre et du Sénat).

Ce soupçon découle du fait qu’au cours des dernières semaines, l’Administration américaine a modifié la liste des produits en provenance de Chine soumis à des droits de douane par rapport à celle annoncée en avril, éliminant effectivement les biens finaux et concentrant 95% des nouveaux droits sur les biens d’équipement ou les biens intermédiaires. L’objectif, très politique, est d’atténuer l’effet immédiat des droits de douane sur les prix à la consommation en Amérique et de limiter ainsi les dommages politiques de la manœuvre, au moins à court terme.

Effets à court et moyen terme

Cependant, à moyen terme, il est inévitable que les tarifs seront répercutés sur les coûts des entreprises par le biais des chaînes de valeur mondiales, ce qui entraînera une augmentation des prix, une perte de compétitivité et d’emplois et, en fin de compte, une baisse de la croissance et du bien-être pour le pays qui a imposé la protection.

En effet, par rapport au passé, les exportations ont aujourd’hui un poids sans précédent dans le PIB mondial: environ 30%. Par ailleurs, la production est beaucoup plus intégrée au niveau international: la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) estime qu’entre 70 et 80% des flux commerciaux mondiaux impliquent au moins une entreprise multinationale, engagée d’une manière ou d’une autre dans une chaîne de valeur mondiale. Par conséquent, beaucoup plus que par le passé, une politique protectionniste risque d’entraîner une augmentation des coûts internes sur une gamme beaucoup plus large de produits indirectement affectés.

De plus, dans le nouveau contexte des chaînes de valeur mondiales, il est relativement plus facile pour une entreprise de contourner les droits de douane en déplaçant simplement la production vers d’autres usines déjà opérationnelles de son système de production.

La crainte que le jeu devienne incontrôlable

Ce n’est pas un hasard si les exemples de ces effets négatifs se multiplient déjà: à la suite des contre-tarifs européens imposés en réponse aux droits américains sur l’aluminium et l’acier, Harley Davidson a annoncé qu’elle déplacera une partie de sa production vers des usines en dehors des États-Unis, avec des pertes d’emplois US. L’industrie fromagère américaine est également menacée de crise (au bénéfice de ses concurrents européens) après l’augmentation des droits sur ces produits décidée par le Mexique et le Canada, toujours en réponse aux droits américains sur l’aluminium et l’acier.

Si nous restons en Europe, Airbus a annoncé qu’il abandonnerait la production au Royaume-Uni en cas de hard Brexit, avec une perte conséquente de milliards d’euros de bénéfices, d’investissements et d’emplois pour toutes les entreprises qui sont liées d’une manière ou d’une autre au géant européen. En fait, dans le cas d’un Brexit sans accord, les droits de douane que l’Europe fixe par défaut pour tous les pays de l’OMC s’appliqueraient également au Royaume-Uni, ce qui rendrait intenable le maintien de la production britannique. Il n’est pas réaliste de penser que les délocalisations pourraient être compensées par une production alternative «locale», car les effets de ces délocalisations ont tendance à se matérialiser sur une longue période de temps, compte tenu du temps nécessaire aux reconversions industrielles.

À moyen terme, une politique protectionniste risque de créer des effets négatifs plus importants que par le passé

Le point clé du problème semble être précisément ce genre d’incohérence temporelle (nouvelle) dans la politique économique du protectionnisme avec l’apparition de chaînes de valeur mondiales.

À court terme, la présence dans les importations d’un grand nombre de biens intermédiaires permet de se concentrer sur ces tarifs possibles, ce qui retarde l’effet sur les biens finaux et donc sur les prix à la consommation. Mais à moyen terme, une politique protectionniste risque de créer des effets négatifs plus importants que par le passé pour l’économie qui la met en œuvre, à la fois en raison du plus grand nombre de produits dont le coût, tôt ou tard, pourrait augmenter, et en raison du risque plus élevé de délocalisation de l’activité économique. Dans l’espace étroit entre le court et le moyen terme, il y a la possibilité de profiter des négociations politiques, et c’est là que l’Administration américaine semble s’être positionnée aujourd’hui.

Le danger, cependant, est que le jeu devienne incontrôlable, avec des représailles continues et de plus en plus aiguës sur le front tarifaire. À ce stade, un accord entre les puissances belligérantes pourrait venir trop tard, et ne raviverait pas les cendres du système de règles commerciales internationales et de la croissance économique mondiale. Un exemple classique de victoire à la Pyrrhus.

Carlo Altomonte

Telos Agence intellectuelle regroupant universitaires et professionnels

Newsletters

Conseils pour payer vos billets d'avion moins cher

Conseils pour payer vos billets d'avion moins cher

La discrimination par les prix est utilisée pour faire payer aux consommateurs des tarifs différents pour des produits ou services similaires.

On se pense plus riche qu'on ne l'est vraiment, et cela nous fait agir irrationnellement

On se pense plus riche qu'on ne l'est vraiment, et cela nous fait agir irrationnellement

Les consommateurs et consommatrices auraient tendance à dépenser plus qu'ils et elles ne le devraient, à cause d'une perception erronée de leurs ressources.

L'Europe n'est que le bouc émissaire de la crise italienne

L'Europe n'est que le bouc émissaire de la crise italienne

Pour une partie des économistes, l'intégration européenne serait à l'origine de la fracture sans cesse plus profonde entre le Nord et le Sud de l'Italie. Un discours réducteur.

Newsletters