Égalités / Monde

Au Danemark, la crèche devient obligatoire pour les enfants des «ghettos»

Temps de lecture : 2 min

Une loi oblige les enfants des quartiers sensibles, officiellement désignés comme «ghettos», à être scolarisés dès un an afin de favoriser leur intégration.

Le quartier de Mjolnerparken, considéré comme un «ghetto» | HUNTER DESPORTES via Flickr CC License by
Le quartier de Mjolnerparken, considéré comme un «ghetto» | HUNTER DESPORTES via Flickr CC License by

Au Danemark, l'école est obligatoire à partir de six ans, mais pour les enfants de vingt-cinq quartiers où se concentre la population immigrée du pays, la loi est désormais différente. Ces enfants devront aller à la crèche pendant vingt-cinq heures par semaine à partir de l'âge de un an. Si les parents refusent, ils peuvent perdre leurs aides sociales.

L'idée du gouvernement danois, composé d'une alliance de plusieurs partis de droite, est que ces enfants doivent apprendre la culture et les valeurs danoises le plus tôt possible. Depuis plusieurs mois, le gouvernement utilise officiellement le terme de «ghetto» pour désigner les zones urbaines à majorité immigrée où le chômage et la pauvreté sont élevées.

Le New York Times rapporte que les journaux danois parlent désormais d'«enfants du ghetto» et «parents du ghetto» pour décrire ces familles, qui viennent en grande partie de pays musulmans comme le Liban, la Somalie, la Turquie, l'Irak, l'Afghanistan et la Syrie.

À LIRE AUSSI

L'obligation d'éducation des enfants fait partie d'un programme censé débarrasser le pays des «ghettos» d'ici 2030. Parmi les autres volets de l'initiative, il y a des projets de rénovation urbaine, une augmentation de la présence policière et des aides à la recherche d'emploi.

Une des mesures envisagées est d'autoriser les tribunaux à donner des peines plus lourdes pour certains crimes s'ils sont commis dans un des vingt-cinq quartiers ciblés. De nombreuses critiques ont dénoncé un système de discrimination inscrit dans la loi.

Le parti d'extrême droite avait aussi proposé un couvre-feu après 20 heures pour les jeunes de ces quartiers, avec surveillance par bracelet électronique, une idée qui a été rejetée.

L'opposition de gauche soutient une partie de ces mesures, qu'elle considère comme nécessaires pour défendre le système social danois. Leur idée est que comme les immigrés reçoivent des aides financières, ils doivent accepter certaines contraintes en retour.

À LIRE AUSSI

Le rédacteur du journal de gauche Dagbladet Information explique que les Danois font confiance à l'État pour l'instruction de leurs enfants et qu'il est souvent préférable qu'ils soient pris en charge par des structures publiques, plutôt que laissés avec leurs parents.

Mais dans ces quartiers visés par la loi, des résidents interviewés par le New York Times ont vivement critiqué l'obligation d'assimilation imposée par le gouvernement.

Newsletters

L'école n'est pas pensée pour les jeunes filles qui ont leurs règles

L'école n'est pas pensée pour les jeunes filles qui ont leurs règles

Toilettes sales, manque d'intimité et interdiction de sortir pendant les cours participent, en plus du tabou des menstruations, à désavantager les jeunes filles.

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Un jour, j'ai lu une citation qui m'a beaucoup marqué, raconte Frédéric Noy. Elle disait que les Occidentaux ne s'intéressaient à l'Afrique qu'à travers les gens qui meurent et non ceux qui vivent. Ça m'a donné envie de découvrir...

En Égypte, la dangereuse stratégie du pouvoir pour persécuter les minorités sexuelles

En Égypte, la dangereuse stratégie du pouvoir pour persécuter les minorités sexuelles

Grâce à de nouvelles lois sur la cybercriminalité et la moralité en ligne, les procureurs obtiennent des peines et des condamnations plus sévères et irrécusables.

Newsletters