Tech & internet / Monde

Un Américain se brûle avec une caméra attachée à sa chaussure pour filmer sous les jupes

Temps de lecture : 2 min

La batterie a explosé et l'homme s'est ensuite rendu à la police pour avouer son stratagème.

Jupe | KAT NORTHERN LIGHTS MAN via Flickr CC License by
Jupe | KAT NORTHERN LIGHTS MAN via Flickr CC License by

Dans le Wisconsin, un homme de 32 ans qui voulait filmer sous les jupes des femmes s'est blessé le pied à cause d'une caméra qu'il avait accrochée à sa chaussure. Il testait le dispositif à la maison et la batterie a explosé, provoquant des blessures légères.

Le monde n'aurait jamais entendu parler de cette histoire si l'homme en question, dont le nom n'a pas été diffusé, n'avait pas décidé d'aller en parler à la police. Après avoir été traité pour ses blessures, il a en effet avoué ses méfaits à son pasteur, qui lui a recommandé de se rendre aux forces de l'ordre.

Il a alors raconté aux policiers comment il comptait filmer sous les jupes. Le chef de la police de Madison a ainsi résumé l'affaire sur le blog de la police locale:

«Le sujet a dit avoir acheté une caméra pour chaussure qu'il avait l'intention d'utiliser pour filmer sous les jupes, mais la batterie a explosé avant qu'il ne puisse faire une vidéo.»

L'homme a été relâché car il n'avait encore rien filmé avec sa caméra mais une enquête est en cours.

Comme plusieurs Etats américains, le Wisconsin a depuis 2015 une loi interdisant cette atteinte à la vie privée, connue sous le nom d'«upskirting». Cette pratique y est passible d'une peine maximale de trois ans et demi de prison, ainsi que d'une amende de 10,000 dollars.

Slate.fr

Newsletters

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

En Indonésie, le compte Instagram d'un dessinateur de personnages homosexuels mystérieusement supprimé

Le Gouvernement indonésien assume avoir demandé la suppression de ce compte au réseau social, qui dément pour sa part avoir satisfait à sa demande.

Twitter, vecteur de la haine ordinaire

Twitter, vecteur de la haine ordinaire

À la lumière des agissements outranciers de la Ligue du LOL, il est temps de dénoncer ce médium dont on détourne la raison première pour mieux distiller sa petite haine au quotidien.

Se servir de la reconnaissance faciale lors d’un procès, une délicate question éthique

Se servir de la reconnaissance faciale lors d’un procès, une délicate question éthique

Aux États-Unis, le procédé commence à être utilisé dans des affaires mineures.

Newsletters