Société

«J'ai l'impression de passer à côté de ma vie»

Temps de lecture : 3 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Frida, une trentenaire dévorée par l'impression d'être en train de rater son existence.

Doona Bae dans «A girl at my door» de July Jung (2014) | Capture d'écran via YouTube
Doona Bae dans «A girl at my door» de July Jung (2014) | Capture d'écran via YouTube

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est par là.

Chère Lucile,

Je vous écris car j'ai l'impression de passer à côté de ma vie.

J'ai 30 ans, je suis célibataire et je n'ai pas vraiment d'amis. J'ai eu une vie assez solitaire jusqu'à présent, volontairement ou pas. J'ai vécu pas mal de changements ces derniers mois (nouveau job, déménagement, etc.). Et quand je fais le point sur ma vie, je me rends compte qu'elle est terne.

Je voudrais faire tellement de choses mais je me bloque (par manque d'argent, par peur de mal faire, de faire un mauvais choix...). Je ressens le besoin de développer mon côté artistique (dessin, photographie, écriture) mais je m'en sens incapable. J'ai peur de sauter le pas.

J'envie ceux qui arrivent à vivre leurs rêves, vivre de leur passion... Je m'en veux de ressentir cela.

J'ai des activités mais je suis incapable de me créer un cercle d'amis sur le long terme et de trouver la bonne personne, que ce soit une femme ou un homme, pour vivre une belle histoire d'amour équilibrée et sincère. En amour, je me tiens à distance car j'ai peur d'être déçue une nouvelle fois.

Je vois les années qui passent et j'ai peur de passer à côté de ma vie et de «finir» toute seule.

Je me sens prisonnière d'un travail que j'aime bien, qui me permet d'avoir une sécurité financière et matérielle, mais qui m'oblige à être enfermée dans un bureau toute la journée.

J'ai vraiment peur de mon avenir... Mon passé n'a pas toujours été facile et j'ai envie d'avoir un futur plus réussi, de pouvoir enfin avoir une vie qui me ressemble et qui est épanouie.

Merci d'avance pour vos conseils.

Frida

Chère Frida,

C’est une histoire de premier pas mais aussi de ressenti. Vous jugez avec sévérité votre vie et vos envies semblent bien loin de ce que vous vous donnez l’opportunité de vivre. Il est certainement plus facile de se dire «je n’ai pas» que «voici ce que j’ai», de même pour «je ne suis pas» en opposition à «je suis». Loin de vos attentes, qui semblent d’ailleurs bien floues pour de réels projets, ce que vous êtes et ce que vous vivez semblent ternes.

Avant de vous flageller pour ce que vous estimez être un échec, demandez-vous très concrètement ce que vous attendez de votre vie. Si c’est une compagne ou un compagnon, donnez-vous les moyens de faire une rencontre. Si c’est une vie artistique ou culturelle plus riche, commencez à chercher les expériences qui pourraient vous inspirer et lancez-vous.

Vous laissez actuellement l’aigreur et la déception prendre le pas sur tous les autres sentiments. Mais à 30 ans, vous êtes loin d’avoir d’ores et déjà gâché votre vie. Si vous voulez mon avis, ce n’est même que le commencement. 30 ans c’est l’âge des possibles, l’âge où enfin on cherche à faire les choses pour soi.

L’important c’est d’y aller pas à pas. Évidemment que, de là où vous êtes, vous voyez votre vie personnelle, sentimentale et professionnelle comme des échecs qui vous conduisent vers une fin grise et morne. Mais établissez des priorités. Vous parlez de la peur de mauvais choix mais si vous détestez tant cette vie, il n’y a pas de mauvais choix si vous cherchez à vous en sortir. Il y a même de fortes de chances pour que ces choix soient des améliorations dont vous pourrez être fière. Rien n’est définitif. Les couples se font et se défont, les chemins professionnels sont de moins en moins de longs fleuves tranquilles et rien ne vous empêche de vous mettre à la peinture sur soie ou au jonglage à 82 ans.

La gravité avec laquelle vous voyez le monde vous pèse et vous empêche de voir avec quelle facilité il est possible d’effectuer dans sa vie de petites révolutions si le cœur vous en dit. Accepter un rendez-vous, aller boire un verre avec un ou une collègue après le travail, vous inscrire enfin à un cours de photographie ou d’écriture. Rien de tout cela n’est ridicule. Ces actes prouveront plutôt votre courage de reprendre en main votre vie, de chercher votre épanouissement personnel sans vous soucier du regard des autres, de leurs réussites ou de leurs échecs. Le monde vous appartient, Frida. Beaucoup plus que vous ne pouvez l’imaginer.

Lucile Bellan Journaliste

Newsletters

Les solos, la vache à lait de l'industrie touristique

Les solos, la vache à lait de l'industrie touristique

Vous aviez prévu de partir en vacances en tête-à-tête avec vous-même? On espère pour vous que vous avez anticipé dans votre budget de raquer pour votre mec ou votre meuf imaginaire.

Pourquoi se revendiquer «transfuge de classe» alors qu’on ne l’est pas?

Pourquoi se revendiquer «transfuge de classe» alors qu’on ne l’est pas?

Prolétariser ses origines sociales permet de mettre en valeur une trajectoire individuelle soi-disant liée au mérite, ou à une maîtrise polyvalente des différents codes et des rites sociaux.

Des cookies en forme de coeur

Des cookies en forme de coeur

Revoir à la trentaine les films que l’on vénérait à l’adolescence, c’est parfois tomber des nues. Surtout si on les examine à la lumière des questions de genre. Pour ce premier épisode de Mansplaining, retour sur ce que j'ai longtemps désigné...

Newsletters