Monde

Aux États-Unis, les trafiquants sexuels «recrutent» en prison

Temps de lecture : 2 min

Des femmes, vulnérables, sont forcées à se prostituer, à leur sortie de prison alors qu'elles n'ont ni argent, ni endroit où aller.

1,2 million de femmes sont en prison au États-Unis dont un quart pour des charges liées à l'usage de drogues | Capture d'écran via Youtube CC License by
1,2 million de femmes sont en prison au États-Unis dont un quart pour des charges liées à l'usage de drogues | Capture d'écran via Youtube CC License by

Partout à travers les États-Unis, où la prostitution est illégale, des femmes sont recrutées par des trafiquants qui les forcent à se prostituer une fois libérées de prison. Le Guardian a mené une enquête pendant plus d'un an en rassemblant les témoignages de vingts femmes qui ont survécu à ce trafic dans onze États différents, mais aussi d'officiers correctionnels, de trafiquants, d'avocats, de procureurs, confirmant tous le rôle des prisons dans le trafic sexuel. Les journalistes Annie Kelly et Mei-Ling McNamara ont réalisé un documentaire disponible sur Youtube.

Dans la plupart des États, les données personnelles d'une personne arrêtée sont immédiatement mises en ligne, incluant son casier, la raison de son arrestation, sa date de sortie, parfois son adresse et une photo –elles peuvent aussi être beaucoup plus détaillées (tatouages et leurs emplacements, poids, taille, couleur des yeux et cheveux...). C'est notamment sur la base de ces informations que les proxénètes recrutent en prison, ils visent majoritairement les femmes arrêtées pour prostitution ou usage de drogues, sachant pertinement que l'addiction sera un excellent moyen de chantage à leur sortie. Il y a aujourd'hui 1,2 million de femmes en prison au États-Unis dont un quart pour des poursuites relatives à la drogue.

Lettres et promesses

Kate a été la victime d'un proxénète, Richard Rawls, premier homme à être condamné pour organisation de trafic sexuel de femmes sorties de prison, en 2014. Elle témoigne dans le documentaire vidéo: «Si vous recherchez sur Google "prostitués in Lowell", des noms vont apparaître dans les résultats et [les proxénètes] regardent les photos en se demandant "Qui va me rapporter de l'argent?" Et tout le monde peut nous écrire en prison.»

C'est en leur écrivant et en leur proposant de l'argent que les trafiquants tissent ensuite des liens avec les femmes détenues. Dans les lettres, ils leurs promettent de les aider, de leurs envoyer de l'argent, qu'elles auront un point de chute en sortant. «Il me disait que je viendrais vivre dans sa maison. Quand je suis arrivée, c'était bien différent», raconte Kate. Il l'accueille avec une bière et du crack à sa sortie, la laisse replonger pendant deux semaines, puis la force à se prostituer pour le rembourser. Si elle refuse, l'homme devient violent. Vingts-cinq anciennes détenues étaient dans la maison de Richard Rawls au moment de son arrestation.

Le système des cautions

Certains macs utilisent le système de caution pour se rapprocher de leurs victimes. Ils payent la somme due et forcent ensuite les femmes à se prostituer pour les rembourser, les menaçant de révoquer leur caution. Le Guardian a pu mettre la main sur les preuves de cela dans cinq États: Floride, Texas, Ohio, Caroline du Nord et Mississippi.

Diane Checchio, une ancienne procureure d'Orlando, en Floride, a expliqué au Guardian que plus de 80% des cas sur lesquels elle travaillait en 2016 impliquaient des personnes passant illégalement des informations à des trafiquants sexuels suspectés. Parfois, les détenues ne savent même pas qui a payé leur caution mais à leur sortie de prison, «quelqu'un les attend en leur disant: "j'ai payé ta caution, maintenant tu m'es redevable".», témoigne l'ancienne procureure. Selon elle, ce genre de choses se produit dans chaque État qui poste les casiers des femmes en ligne.

Marian Hatcher, militante anti-trafic d'êtres humains, ayant également subi les mêmes sévices, pense que trop peu de choses sont faites pour éviter cette situation: «Notre système tout entier échoue à proposer une alternative à ces femmes vulnérables.». Quand des agents correctionneles alertent leur hiérarchie, c'est souvent sans effet.

Comme la prostitution est illégale, les femmes deviennent des criminelles avec un casier et n'ont que très peu d'options pour se réinsérer. Il devient encore plus compliqué de trouver un travail, un logement.

Newsletters

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Les mineurs demandeurs d'asile ont des entretiens obligatoires avec des psychologues, mais les détails de ces conversations ont déjà été utilisées par l'agence de contrôle de l'immigration.

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

Elle se méfie de ce mouvement citoyen, dont le slogan «État civil, non militaire» est explicite.

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Newsletters