Politique

Yannick Jadot sur les tweets des Insoumis après la défaite de l’Allemagne: «Jean Luc Mélenchon est germanophobe»

Temps de lecture : 2 min

«Joie pure: la Mannschaft est éliminée. Trop forts les Coréens», avait écrit le leader de La France insoumise.

Yannick Jadot | Capture écran france info
Yannick Jadot | Capture écran france info

Le député européen EELV était l’invité de l’Instant politique, sur France info, jeudi 28 juin. Interrogé sur l'arrivée de migrants et migrantes en Europe, Yannick Jadot a estimé que «le discours de Gérard Collomb [qui consiste à dire] “on est submergé” est un discours d'extrême droite et surtout ne résout rien; il ne dit pas la réalité». L'eurodéputé préconise de regarder le nombre de personnes qui arrivent et se les répartir entre pays. «J'ai toujours été pour une politique migratoire européenne.»

À propos des tweets polémiques de la France insoumise à la suite de l’élimination de l'Allemagne de la Coupe du monde de football, Yannick Jadot a jugé la démarche «indigne», et d’ajouter: «Jean Luc Mélenchon est germanophobe».

Interrogé par Slate (à 8') sur la mise en retrait de la vie politique de Cécile Duflot, qui a pris la tête de l'ONG Oxfam, l'eurodéputé EELV a répondu «qu'elle a fait son choix de réorienter sa vie professionnelle, son engagement. Je suis assez fier que des écologistes, quand ils n'ont plus de mandat, choisissent de diriger des associations».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

L'erreur européenne, ou pourquoi Cazeneuve ne réussira pas à sauver le PS

Intervenant publiquement pour la première fois depuis dix-huit mois, l’ancien Premier ministre ne parvient pas à résoudre les contradictions de la social-démocratie en Europe.

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Perdons-nous la bataille idéologique contre le terrorisme djihadiste?

Chaque attentat désoriente un peu plus le pays et les démocraties qui, si elles n'y prennent garde, pourraient jouer le jeu des ennemis.

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

J’aime Alain Finkielkraut pour les paradoxes qu’il ne surmontera pas

Et je déteste les cohérences qui ne manqueront pas de l’habiter.

Newsletters