Politique

Yannick Jadot sur les tweets des Insoumis après la défaite de l’Allemagne: «Jean Luc Mélenchon est germanophobe»

Temps de lecture : 2 min

«Joie pure: la Mannschaft est éliminée. Trop forts les Coréens», avait écrit le leader de La France insoumise.

Yannick Jadot | Capture écran france info
Yannick Jadot | Capture écran france info

Le député européen EELV était l’invité de l’Instant politique, sur France info, jeudi 28 juin. Interrogé sur l'arrivée de migrants et migrantes en Europe, Yannick Jadot a estimé que «le discours de Gérard Collomb [qui consiste à dire] “on est submergé” est un discours d'extrême droite et surtout ne résout rien; il ne dit pas la réalité». L'eurodéputé préconise de regarder le nombre de personnes qui arrivent et se les répartir entre pays. «J'ai toujours été pour une politique migratoire européenne.»

À propos des tweets polémiques de la France insoumise à la suite de l’élimination de l'Allemagne de la Coupe du monde de football, Yannick Jadot a jugé la démarche «indigne», et d’ajouter: «Jean Luc Mélenchon est germanophobe».

Interrogé par Slate (à 8') sur la mise en retrait de la vie politique de Cécile Duflot, qui a pris la tête de l'ONG Oxfam, l'eurodéputé EELV a répondu «qu'elle a fait son choix de réorienter sa vie professionnelle, son engagement. Je suis assez fier que des écologistes, quand ils n'ont plus de mandat, choisissent de diriger des associations».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

Portraits de collabos

Portraits de collabos

Un livre dresse les portraits de treize hommes et femmes qui ont choisi Vichy et l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Nos belles valeurs et les mots du gentil Monsieur Blanquer mettent les musulmans sous clé

Nos belles valeurs et les mots du gentil Monsieur Blanquer mettent les musulmans sous clé

Le ministre de l'Éducation nationale ne veut pas qu'on le confonde avec l'extrême droite quand il sonne la charge courtoise contre les mamans voilées.

Il faut mettre un terme aux baronnies administratives de la Commission européenne

Il faut mettre un terme aux baronnies administratives de la Commission européenne

[Tribune] Il est urgent de mettre un peu d'ordre dans la gouvernance européenne et de retrouver l'esprit de confiance et de coopération qui se sont abîmées dans les jeux politiciens.

Newsletters