Politique

Benjamin Griveaux sur les migrants: «Nous tenons une ligne de crête entre fermeté et humanité»

Temps de lecture : 2 min

Le porte-parole du gouvernement répète que ceux qui ne sont pas éligibles au droit d'asile «n'ont pas vocation à rester sur notre territoire».

Benjamin Griveaux | Capture écran France info
Benjamin Griveaux | Capture écran France info

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, était l’invité de l’Instant politique, sur France info, mercredi 27 juin. Interrogé sur l'arrivée de migrants et migrantes en France, il a indiqué qu'il fallait «respecter les critères d'éligibilité au droit d'asile». «Si les personnes sont éligibles, elles seront accueillies; si elles ne le sont pas, elles devront être éloignées».

À propos du service national obligatoire (SNO) présenté en conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a précisé que «le principe du SNO est acquis», mais qu’il reste à en définir «les modalités». Il a par ailleurs confirmé que sur la durée obligatoire d’un mois, «il y aura de l’internat» pour les jeunes.

Interrogé par Slate (à 10' sur la vidéo) sur les députés qui ont quitté l'Assemblée nationale pour aller voir le match France-Danemark, mardi à 16 heures, Benjamin Griveaux a assuré que «beaucoup de députés La République en marche étaient présents dans l'Hémicycle» et a renvoyé «la responsabilité [de leur absence] aux autres groupes politiques». Le porte-parole du gouvernement a dressé un parallèle entre l'équipe de France et La République en marche: «Impossible n'est pas français et je suis certain que c'est dans la difficulté que se forgent les grandes équipes».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

Quel effet Coupe du monde pour les présidents?

Quel effet Coupe du monde pour les présidents?

1998-2018, vingt ans ont passé depuis la première victoire de la France en Coupe du monde de foot. Aujourd’hui, tout l’espoir d’un peuple repose sur les Bleus. Le jour de gloire n’est pas encore arrivé, mais le bonheur d’y croire emporte tout un...

Macron, ou le mec qui a un espoir de dingue

Macron, ou le mec qui a un espoir de dingue

Emmanuel Macron a tenu le 9 juillet son discours annuel devant les parlementaires réunis en Congrès au château de Versailles, avec un optimisme qui heurte les installés dans la déprime nationale.

Les décisions impulsives de Trump en politique étrangère se retournent contre lui

Les décisions impulsives de Trump en politique étrangère se retournent contre lui

Le retour de bâton risque de faire mal.

Newsletters