Égalités / Santé

«De gras à plat!»: l'obsession de Men's Health pour les transformations physiques

Temps de lecture : 2 min

«Muscle, force, vitesse!», dix semaines pour tout changer.

No pain, no gain?  | Capture d'écran via Youtube CC License by
No pain, no gain? | Capture d'écran via Youtube CC License by

«En 2004, un journaliste de Men's Health, Dan Rookwood, pénètre dans le bureau de son rédacteur en chef en furie. Il accuse les malabars torse-nus sur les couvertures du magazine d'être surréalistes. Personne ne ressemblerait à cela et encore moins les employés du magazine. Son rédacteur en chef lui sourit, sentant probablement la possibilité d'une rubrique», raconte Sirin Kale dans le Guardian.

Un an et demi plus tard, c'est un Dan Rookwood transformé qui parade en couverture du magazine: «From Fat to Flat!», «De gras à plat!», peut-on lire en une. Le numéro de 2006 reste la meilleure vente historique du titre. Et un filon, très vendeur, fait son apparition: la transformation physique en un temps record –entre huit et douze semaines, idéalement. Alors même que la presse papier est en souffrance, la marronnier continue de pousser à l'achat.

L'idéal de l'homme musclé

Aujourd'hui, Rookwood, ne sait trop que penser de cet exercice. À l'époque, il voyait uniquement le défi comme «marrant, quelque chose à raconter aux petits-enfants, peut-être à encadrer dans les toilettes!». Sauf que depuis, Men's Health est devenu le spécialiste du régime hyper-protéiné et des transformations spectaculaires.

La pratique est révélatrice d'une évolution de l'idéal physique masculin. Dans les années 1980, c'était Schwarzenegger et Stalone, puis dans les années 1990, le gars avec un «bide-à-bière» a fait son entrée. Aujourd'hui, l'idéal est à l'homme très musclé, avec une obsession pour un faible pourcentage de graisse. Les abdos n'ont plus pour fonction d'aider à sauver le monde, éviter une attaque, ou survivre dans la jungle, ils sont devenus un critère de beauté en soi.

Nos sociétés se sont orientées vers le bien-être et le fitness avec des chaînes spécialisées, des télé-achat, des chaînes YouTube de coach sportif et l'explosion des salles de gym. Certains vont même jusqu'à penser que la crise de 2008 aurait réorienté le sentiment de succès vers une chose plus facilement maîtrisable que l'argent: son propre corps.

Les hommes peuvent aussi souffrir de troubles alimentaires

Sauf que les conséquences pour la santé ne tardent pas à suivre. Si les hommes ne représentent qu'un dixième des personnes consultant pour des troubles de l'alimentation, ils ont les mêmes probabilités de développer des maladies telles que l'anorexie ou a boulimie.

Interrogeant tour à tour des hommes ayant pris place en couverture de Men's Health, Sirin Kale, du Guardian, comprend que peu d'entre eux ont apprécié l'effort. «À la fin je regardais des vidéos de personnes en train de faire des gâteaux en rêvant d'en manger», confie l'un. «Je me forçais à avaler du poisson, je n'appréciais rien!», déplore un autre. «J'ai compris à quel point la vie sociale britannique est organisée autour de l'alcool», rapporte un dernier, qui s'était privé de sa boisson préférée.

Sam Thomas de l'association britanique «Les hommes peuvent aussi souffrir de troubles alimentaires» regrette que les magazines pour hommes ne subissent pas la même critique que ceux pour femmes, entraînant certains à se focaliser sur leur masse musculaire à l’extrême. Quelques-uns se tournent vers les stéroïdes s'ils ne voient pas les résultats au bout du temps promis par le magazine –environ un million d'hommes en consomment au Royaume-Uni. Être musclé devenant la seule «identité» de certains hommes, maintenir leur corps devient donc une priorité obsessionnelle.

Slate.fr

Newsletters

D'autres facs de médecine japonaises reconnaissent avoir désavantagé des filles

D'autres facs de médecine japonaises reconnaissent avoir désavantagé des filles

Deux nouvelles écoles révèlent avoir pratiqué une discrimination volontaire dans la notation.

Depuis #MeToo, les tournages de scènes de sexe de HBO ne sont plus les mêmes

Depuis #MeToo, les tournages de scènes de sexe de HBO ne sont plus les mêmes

Et l'initiative de la chaîne commence à se répandre à Hollywood.

Les bibles distribuées aux esclaves étaient expurgées de certaines références

Les bibles distribuées aux esclaves étaient expurgées de certaines références

Une bible de missionnaires anglais ne comportait que 10% de l'Ancien Testament.

Newsletters