Parents & enfants / Monde

En Chine, une mère est allée en cours avec son fils collégien pendant trois ans

Temps de lecture : 2 min

Elle voulait s'assurer que son rejeton écoutait les profs et prenait bien ses notes.

Une école près de Shanghai, le 8 septembre 2018 | Fred Dufour /AFP
Une école près de Shanghai, le 8 septembre 2018 | Fred Dufour /AFP

Dans la région de Hubei en Chine, une mère est devenue célèbre pour avoir assisté à la quasi-totalité des cours de son fils collégien pendant trois ans. La presse locale estime que Dai Jihua était présente pendant 80% des cours de son fils. Elle était assise à côté de lui et prenait des notes, dans le but d'aider l'adolescent à être plus attentif et à avoir de meilleurs résultats scolaires.

Le collège en question autorise les parents à venir en cours afin de contrôler la performance de leurs enfants, mais la plupart ne viennent qu'environ une fois par mois. Dai Jihua a décidé d'aller à l'école plusieurs fois par semaine lorsque les notes de son fils ont commencé à décliner; elle avait peur que la transition du primaire au collège se passe mal.

«Les professeurs ne pouvaient pas garder un œil sur lui à tout moment, donc j'ai décidé d'aller à l'école avec mon fils pour le surveiller», a-t-elle expliqué.

Le fils en question, Xiao Hua, a dit qu'au départ, il ne voulait pas que sa mère soit constamment à ses côtés, mais il a ensuite reconnu que sa présence lui avait permis d'améliorer ses résultats.

Exemple à ne pas suivre

Des spécialistes de l'éducation ont toutefois déconseillé aux parents chinois de suivre cet exemple.

«Les enfants finiront par penser qu'ils étudient pour les parents et non pour eux-mêmes. Et quand personne ne sera là, ils n'auront probablement pas autant d'auto-discipline», a déclaré un chercheur de l'Institut national de sciences de l'éducation de Pékin.

Sur les réseaux sociaux, d'autres ont dénoncé une «attention excessive qui pourrait priver les enfants de leur droit au bonheur».

Slate.fr

Newsletters

«Là-bas, mon fils va devenir fou! Il n’y a pas moyen que je fasse les quatre mois à sa place?»

«Là-bas, mon fils va devenir fou! Il n’y a pas moyen que je fasse les quatre mois à sa place?»

Quand des mômes commettent des délits, c’est la justice des mineurs qui s’y colle. Une justice ad hoc qui, sans laxisme, a davantage vocation à éduquer qu’à punir. Un cap dur à tenir.

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux?

Quelle liberté d’expression des profs sur les réseaux sociaux?

Il faut se méfier de celles et ceux qui voudraient nous faire croire que les profs ne sont pas censés avoir d’opinion sur ce qui se passe dans l’Éducation nationale.

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

«Mon père alcoolique et moi», dans les coulisses de l’alcoolisme parental

Dans un manga autobiographique qui déchire le coeur, Mariko Kikuchi explique comment l'alcoolisme de son père a détruit plusieurs vies.

Newsletters