Parents & enfants / Tech & internet

Ne forcez pas vos enfants à dire «merci» à Alexa

Temps de lecture : 2 min

Ni bonjour, ni s'il te plaît.

Quelle heure est-il Alexa? -Il fait 31 degrés  | Capture d'écrans via Youtube CC License by
Quelle heure est-il Alexa? -Il fait 31 degrés | Capture d'écrans via Youtube CC License by

Faut-il apprendre à nos enfants à dire merci à Alexa, l'enceinte connectée d'Amazon? Les pédopsychiatres auraient tendance à répondre oui. Généralement, les parents n'apprécient pas d'entendre leur enfant être désagréable envers un interlocuteur, quand bien même ce dernier ne serait qu'une voix électronique. Cela leur donne l'impression que les années passées à répéter «n'oublie pas le mot magique!» pourraient être réduites à néant par une intelligence artificielle.

Les enfants d'aujourd'hui sont les premiers à grandir avec de tels outils. «Est-ce qu'ils vont prendre l'habitude de dire et faire ce qu'ils veulent de leurs assistants numériques? “Fais ci”, “mets ça”, en parlant de manière aussi impolie et agressive qu'ils veulent, sans conséquences. Vont-ils ensuite faire pareil avec les caissières et professeures?», s'interroge Simon Leggett, directeur des recherches à Childwise, un institut britannique spécialisé dans les études autour des enfants.

Les grands entreprises en mode «super nanny»

Amazon tente de faire face à l'impolitesse des bambins en lançant un programme pour enfant, «Magic Word», le «mot magique». L'assistant numérique ne punit pas celles et ceux qui ne disent ni merci, ni s'il te plaît, mais encourage la politesse en répondant: «Merci de répondre si gentiment» ou «de rien» quand l'enfant utilise une formule de politesse. En revanche, il ne se passe rien s'il ou elle n'en prononce pas.

Google propose presque la même chose avec sa Google home, relève Fast Company. Une partie du logiciel Family Link s'intitule «Pretty Please» et incite les enfants à être courtois –en allant un peu plus loin qu'Amazon, puisqu'un mode «dit le mot magique» pourra être activé. Cette fonctionnalité devrait être lancée pendant l'été et modulable pour s'adapter à chaque enfant, selon le désir des parents.

Mike Elgan a interrogé pour le magazine Fast Company une professeure de l'université du Missouri au département technologie, Seryl Berlin Braham. Pour elle, les parents ont raison de s'assurer de la politesse de leurs enfants: «Tous les êtres parlants devrait présenter de bonnes manières. Cela crée des échanges agréables et amicaux». En revanche, elle ne souhaite pas que les assistants numériques «forcent les comportements en manipulant ou en étant punitifs».

Machine ≠ humain

Mike Elgan dresse également une comparaison avec notre attitude envers les objets non-connectés. Personne ne demande à un pot de confiture récalcitrant: «Ouvre-toi s'il te plait?». De même, nos recherches en ligne ne sont jamais courtoises; on tape «météo» et non «météo s'il te plaît» dans un moteur de recherche. La grosse différence, bien sûr, est qu'Alexa répond oralement, avec une voix humaine.

Josh Golin, directeur de la campagne pour une enfance sans commerce, recommande de «ne pas utiliser de formule de politesse» en pointant les conséquences négatives d'un enfant qui se prendrait d'amitié pour une telle technologie. «Être capable d'identifier ce qui rend les humains différents des machines est une compétence sociale très importante, surtout que les intelligences artificielles infiltrent de plus en plus tous les aspects de nos vies.»

Le journaliste Mike Elgan imagine aussi un futur proche où ces assistants seront de plus en plus connectés, dotés de caméras et micros intégrés. On pourrait alors insuffler à nos enfants l'idée que les intelligences artificielles peuvent refuser de nous obéir ou qu'elles sont capables de jugement et discernement.

Il insiste sur le fait que «les enfants doivent apprendre qu'Amazon Echo et Google home ne font pas partie de la même catégorie que maman et papa, mais plutôt de celle de la télé et du grille-pain».

Slate.fr

Newsletters

Souriez, Facebook regarde votre famille

Souriez, Facebook regarde votre famille

Le réseau social veux scanner vos profils pour mieux connaître votre foyer.

C’est pas facile de dire à son enfant «attention aux adultes qui s’intéressent à ta culotte»

C’est pas facile de dire à son enfant «attention aux adultes qui s’intéressent à ta culotte»

En tant que parents, on est pris dans une tension qu’on a du mal à gérer. Plutôt que d’y voir une discussion glauque, il faut l’envisager dans un cadre éducatif plus large et réjouissant.

Quelles sont les femmes les plus à risque de mourir en couches?

Quelles sont les femmes les plus à risque de mourir en couches?

Aux États-Unis, l'origine ethnique et l'état de santé général sont les deux premiers prédicteurs de morbidité maternelle grave.

Newsletters