Égalités / Monde

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Temps de lecture : 2 min

Avec le tournant des années 1990, les femmes ont eu accès à l'éducation: la pression culturelle demeure.

Une femme passe devant une affiche à Oulan-Bator, en Mongolie, le 6 juin 2017 | Byambasuren Byamba-Ochir / AFP
Une femme passe devant une affiche à Oulan-Bator, en Mongolie, le 6 juin 2017 | Byambasuren Byamba-Ochir / AFP

«Les femmes ont commencé à mépriser les hommes mongols parce qu'ils sont restés loin derrière. Aucune femme ne veut vivre avec un homme sous-éduqué et impoli. De l'autre côté, les hommes pensent que les femmes recherchent des hommes plus riches et plus instruits», raconte Boldbaatar Tumur, le directeur d'une association pour les hommes de la province de Govisümber, au sud-ouest de la Mongolie.

Fossé entre les sexes

Depuis les années 1990 et la transition du système communiste du pays, les femmes ont commencé à avoir accès à l'éducation et à de plus en plus de postes à responsabilités –elles restent toutefois écartées du pouvoir politique. Des familles ont envoyé leurs filles étudier à la capitale, de l'école jusqu'à l'université, tandis qu'elles gardaient les garçons à la maison, considérant qu'il leur revenait d'accomplir les tâches liées à la ferme et à la garde du bétail. «Cette tendance a donné lieu à ce que l'on appelle le “fossé entre les sexes” de la Mongolie», explique le Guardian.

Alors que les femmes ont gravi les échelons sociaux et ont gagné en espérance de vie, les hommes sont plus susceptibles d'être au chômage et font face à la hausse des taux d'alcoolisme. Pour autant, les femmes mongoles restent confrontées à une forte pression sociale et culturelle, qui exige d'elles à la fois de se bâtir une carrière, et à la fois de se marier assez rapidement, au plus tard à 29 ans.

Contradictions sociales et culturelles

Le fossé entre les sexes a cependant rendu le deuxième réquisit plus ardu: en 2016, le taux de mariage à Oulan-Bator, la capitale, était de 8,9 pour 1.000 personnes, quand il s'élevait à 22,9 en 2007. Sur un total de 1,38 millions d'habitants, la ville compte environ 60.000 femmes de plus que d'hommes.

«Dans les universités et sur les lieux de travail, il y a souvent plus de femmes que d'hommes. Ces derniers sont les plus susceptibles d'être pris: presque 40% des hommes âgés de plus de 15 ans vivant en zone urbaine sont mariés, contre seulement 32% des femmes», observe le Guardian.

La réussite professionnelle des femmes mongoles s'accompagne de résistances culturelles conservatrices. Les femmes éduquées apparaissent souvent comme trop ambitieuses, et sont ramenées à leur condition de «sexe faible» dès lors qu'elles prétendent s'émanciper:

«On dit aux jeunes filles qu'elles doivent réussir, et une fois que vous avez réussi, vous ne pouvez pas trouver de partenaire qui soit votre égal. La pression sociale exige que vous vous mariiez, mais trouver un partenaire égal est très dur», résume Alimaa Altangerel, une chroniqueuse écrivant sur des sujets de société.

En attendant, les réseaux sociaux et les applications de rencontre, dont la consommation est en hausse, permet d'échapper un instant au regard social porté sur les amours des jeunes mongols.

Slate.fr

Newsletters

Anaïs Nin ou la libération individuelle par le sexe

Anaïs Nin ou la libération individuelle par le sexe

«Ce qui l’intéressait c’était sa libération à elle, et par sa libération, d’être un modèle pour d’autres femmes.»

Pourquoi les hommes pleurent-ils pour la Coupe du monde?

Pourquoi les hommes pleurent-ils pour la Coupe du monde?

Même et surtout en cas de victoire.

Quand les hommes font des procès aux femmes pour discrimination sexuelle

Quand les hommes font des procès aux femmes pour discrimination sexuelle

La récente affaire Ladies Get Paid est un bon exemple.

Newsletters