Politique

Adrien Quatennens :«Si être populiste c'est être connecté aux volontés populaires, alors pourquoi pas»

Temps de lecture : 2 min

Le député La France insoumise du Nord a aussi renouvelé son soutien aux grévistes SNCF.

Adrien Quatennens | Capture écran france info
Adrien Quatennens | Capture écran france info

Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord, était l'invité de l'Instant politique sur France info, mercredi 20 juin. Interrogé sur la poursuite de la grève à la SNCF souhaitée par la CGT et Sud-Rail, il a apporté son soutien aux syndicats. «La raison est du côté des grévistes», a-t-il expliqué, prenant l'exemple de la situation du rail au Royaume-Uni. Pour le député, «la démocratie ne s’arrête pas aux portes de l’Assemblée nationale».

Sur ses ambitions personnelles, Adrien Quatennens n’a pas exclu une potentielle candidature à la mairie de Lille aux prochaines élections municipales. Il a cependant rappelé que «plusieurs options» étaient ouvertes, dont sa candidature.

Interrogé par Slate (à 8'45) sur le qualificatif de populiste que lui attribue l'ex-député PS Yves Durand, Adrien Quatennens a répondu qu'il ne fallait pas confondre populisme et démagogie, le premier consistant à «être connecté aux volontés populaires»: «Si c'est ça être populiste, à la rigueur pourquoi pas», a commenté l'élu, regrettant cependant que le terme ait été dévoyé de son sens.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Newsletters

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

[Tribune] Comment le fondateur du Parti socialiste et de L'Humanité pouvait-il défendre ce qui est aujourd'hui honni par la quasi-totalité de la classe politique française?

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Pour la deuxième fois en près de trois ans de mandat, le président a invité ce 15 janvier les journalistes à l'Élysée pour un échange informel mais néanmoins tendu.

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Direction Londres, qui connaît un mois de janvier mouvementé. À la fin du mois, le 31, nos amis britanniques vont dire bye bye à l'Europe. Des adieux prévus de longue date, maintes fois repoussés. Ceux qu'on n'avait pas vu venir en revanche,...

Newsletters