Politique

Pour la vice-présidente LR de l'Assemblée, Macron a livré le collégien «à la vindicte de l'opinion»

Temps de lecture : 2 min

Annie Genevard estime que le président a commis «une faute» en publiant la vidéo de son échange avec le jeune homme sur son compte Twitter.

Annie Genevard | Capture écran france info
Annie Genevard | Capture écran france info

Invité de L'Instant politique sur France info le mardi 19 juin, la vice-présidente (Les Républicains) de l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron a eu raison de recadrer le jeune collégien qui l’interpelait en marge des commémorations du 18 juin: «Il était dans son rôle» (vidéo ci-dessous, à 8'30). En revanche, pour Annie Genevard, le président a commis «une faute» en publiant la vidéo sur son compte Twitter comme un élément de communication, livrant le lycéen «à la vindicte de l'opinion».

Interrogée sur la proposition de Guillaume Peltier d’augmenter le Smic, la vice-présidente de l’Assemblée a jugé la proposition «transgressive», mais sans y souscrire. Pour elle, «il y a d’autres réponses à apporter qui seront moins coûteuses» pour augmenter le pouvoir d’achat des ménages.

Sur la question de l'Aquarius et de l'accueil des migrants et migrantes de manière générale, Annie Genevard a répondu que «le droit fait fi de la volonté de peuples de choisir qui ils veulent accueillir sur leur territoire».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

Pour Sébastien Chenu, le gouvernement est «incapable de protéger les Français»

Pour Sébastien Chenu, le gouvernement est «incapable de protéger les Français»

Le député du Rassemblement national s'est déclaré opposé à la loi anti-casseurs et réclame plus de moyens pour les forces de l'ordre.

Les casseurs, combien de divisions?

Les casseurs, combien de divisions?

La somme des activistes issus de l'ultra-gauche et de l'ultra-droite ne suffit pas à expliquer le nombre de personnes violentes dans les manifestations des «gilets jaunes».

C'était super, ce grand débat des idées

C'était super, ce grand débat des idées

France Culture a organisé un ultra-grand oral pour Emmanuel Macron, avec plus de soixante personnalités du monde intellectuel qui lui ont sagement posé une soixantaine de questions.

Newsletters