Politique

Pour la vice-présidente LR de l'Assemblée, Macron a livré le collégien «à la vindicte de l'opinion»

Temps de lecture : 2 min

Annie Genevard estime que le président a commis «une faute» en publiant la vidéo de son échange avec le jeune homme sur son compte Twitter.

Annie Genevard | Capture écran france info
Annie Genevard | Capture écran france info

Invité de L'Instant politique sur France info le mardi 19 juin, la vice-présidente (Les Républicains) de l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron a eu raison de recadrer le jeune collégien qui l’interpelait en marge des commémorations du 18 juin: «Il était dans son rôle» (vidéo ci-dessous, à 8'30). En revanche, pour Annie Genevard, le président a commis «une faute» en publiant la vidéo sur son compte Twitter comme un élément de communication, livrant le lycéen «à la vindicte de l'opinion».

Interrogée sur la proposition de Guillaume Peltier d’augmenter le Smic, la vice-présidente de l’Assemblée a jugé la proposition «transgressive», mais sans y souscrire. Pour elle, «il y a d’autres réponses à apporter qui seront moins coûteuses» pour augmenter le pouvoir d’achat des ménages.

Sur la question de l'Aquarius et de l'accueil des migrants et migrantes de manière générale, Annie Genevard a répondu que «le droit fait fi de la volonté de peuples de choisir qui ils veulent accueillir sur leur territoire».

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

La réaction de la haute fonction publique au mouvement des «gilets jaunes», vue de l'intérieur

La réaction de la haute fonction publique au mouvement des «gilets jaunes», vue de l'intérieur

[TRIBUNE] Sous couvert d'anonymat, un haut fonctionnaire du ministère des Finances raconte comment les responsables politiques et administratifs perçoivent la société française.

Peut-on savoir ce dont ont besoin les classes populaires sans vivre leur condition?

Peut-on savoir ce dont ont besoin les classes populaires sans vivre leur condition?

«Vous allez leur demander s’ils sont d’accord avec les intellectuels, ça va pas leur parler du tout, ils regardent leur compte en banque. Vous pouvez pas philosopher avec des gens comme ça.»

Petit État Noël

Petit État Noël

Le mouvement des «gilets jaunes» se termine (ou fait étape) dans un grand classique de la vie politique française: le père de la nation distribue ses cadeaux au bon peuple.

Newsletters