Égalités / Tech & internet

Un «incel» repenti regrette le manque d'ironie du mouvement masculiniste

Temps de lecture : 2 min

Jack Peterson a claqué la porte de la communauté des «célibataires involontaires».

Jack Peterson explique pourquoi il quitte les Incels  | Capture d'écran via Youtube CC License by
Jack Peterson explique pourquoi il quitte les Incels | Capture d'écran via Youtube CC License by

Jack Peterson a 19 ans, il est né à Chicago, a laissé tomber les études et est célibataire. Il se revendiquait «incel», mot-valise anglais pour «involontary celibates» –une communauté numérique masculiniste constituée d'hommes se définissant comme «célibataires involontaires».

Un terme tristement popularisé en avril 2018, quand Alex Minassian fut identifé comme l'auteur de l'attaque de Toronto: il disait détester les femmes et s'auto-qualifiait d'«incel».

Les forums de cette communautés ont reçu, après l'attaque, des centaines de demandes d'interviews. C'est ainsi que Jack Peterson est devenu un «porte-parole non officiel», l'un des rares à accepter de témoigner à visage découvert.

«Tu ne nous représentes pas: on déteste vraiment les femmes. On ne plaisante pas»

Il y a deux ans, il lance, avec un autre incel, un podcast sous forme de talk-show dans lequel il était possible d'intervenir via Skype. Il y discute de l'attaque de Toronto et reste sobre dans ses commentaires: «Je ne tolère pas la violence, et la plupart d'entre nous non plus». Mais d'autres intervenants anonymes sont plus directs et s'insurgent à l'antenne contre une «société polygame» dont les mœurs libertines auraient conduit à ce type de violence.

À l'époque, Peterson défent le mouvement, qu'il tente de présenter comme non-violent et non-sexiste. Mais c'est finalement sa propre communauté qui se retourne contre-lui et l'accuse de ne pas être un «vrai incel». Certains membres lui reprochent de ne «même pas être moche», le soupçonnent de ne pas être vierge, et de ne pas comprendre que «l'attitude des femmes a changé». Peterson explique au Guardian qu'il a reçu de nombreux messages lui disant «Tu ne nous représentes pas: on déteste vraiment les femmes. On ne plaisante pas».

Au même moment sur les forums, le tueur de Toronto est décrit comme «un martyr incel» et Elliot Rodger, responsable de la tuerie de Isla Vista en 2014 en Californie, qui elle aussi visait principalement les femmes, est qualifié «de vrai héros incel».


Un utilisateur «wifebeater» (batteur de femmes) du forum Incels.me: «Les femmes existent pour être détester.» puis il cite ER: «Si j'avais ça en mon pouvoir, je ne m'arrêterais pas avant de réduire chacune d'entre vous en montagne de squelettes et en rivière de sang.»

Manque d'ironie

Peterson explique au Guardian qu'il pensait que la plupart des posts sexistes étaient «ironiques», que les célibataires n'étaient pas violents, «juste frustrés par un manque de compétences sociales que [lui] non plus n'avait pas».

Pour lui, faire partie des incels était un moyen d'être compris et de soutenir d'autres hommes, partageant les mêmes échecs. «C'est pour ça que ces communautés sont aidantes, elles te font sentir que tu n'es pas seul.»

Mais le forum lui est vite apparu sous un nouveau jour. Les posts encourageant à la violence envers les femmes étaient nombreux et souvent terrifiants. «J'ai toujours cru que c'était de l'humour noir et que les gens étaient ironiques», commente Peterson, avant de se rendre compte que les membres n'étaient en fait «pas aussi ironiques que ce [qu'il] croyait».

Repenti

«Avec la tornade médiatique, j'ai parlé à beaucoup de gens, beaucoup de journalistes, et il y a plein de gens sympas, des gens normaux –vous savez, pas des incels– qui sont venus me parler. J'ai reçu des emails, des tweets, des messages sur YouTube et des commentaires. Et ça m'a prouvé que je n'ai pas forcément à être le looser rejeté qui reste assis toute la journée», raconte-t-il au Guardian.

En mai, l'homme a demandé à supprimer son compte du forum et a posté une vidéo, «Pourquoi je quitte les incels» qui atteint aujourd'hui 50.000 vues. «Il faut que je fasse quelque chose de ma vie, explique-t-il. Ça vous met dans un état de dépression d'être constamment connecté sur des forums comme incels.me, à cause du contenu et aussi à cause des attitudes défaitistes qui y sont présentes

Newsletters

«Le Regard féminin» d'Iris Brey, un ouvrage à réfléchir

«Le Regard féminin» d'Iris Brey, un ouvrage à réfléchir

Il permet d'aborder les enjeux du cinéma et du féminisme en s'appuyant sur ce qui se joue véritablement à l'intérieur des films et de l'expérience qu'on en a.

Confinement: la révolution de l'égalité dans les foyers n'aura pas lieu

Confinement: la révolution de l'égalité dans les foyers n'aura pas lieu

Avec leur compagnon désormais à la maison, les femmes auraient pu espérer que leurs surcharges mentale et domestique s'allégeraient. C'est l'inverse qui semble se produire.

Le confinement, «une séquestration légale» pour les femmes victimes de violences conjugales

Le confinement, «une séquestration légale» pour les femmes victimes de violences conjugales

Les associations sont en alerte pour aider ces femmes dont le foyer était déjà un espace dangereux, pour elles et leurs enfants.

Newsletters