Médias / Monde

Comment sont choisies les candidates du Bachelor US

Temps de lecture : 5 min

«Accepteriez-vous cette rose?»

La fameuse cérémonie de la rose | Capture d'écran via Youtube CC License by
La fameuse cérémonie de la rose | Capture d'écran via Youtube CC License by

Au cas où certains et certaines d'entre vous seraient passées à côté de cette télé-réalité, «The Bachelor» est un jeu télévisuel américain créé en 2002 et diffusé sur la chaîne ABC. Un riche célibataire, gendre idéal –le bachelor, donc– cherche sa dulcinée parmi une vingtaine de candidates. Pendant plusieurs semaines, dans une villa de Los Angeles puis vers d'autres destinations américaines et internationales, rencards, disputes, baisers volés et sélection s'enchaînent au rythme des pleurs des prétendantes évincées. Chaque semaine se conclut par une «cérémonie de la rose» dans laquelle le Bachelor remet une fleur rouge à celles qu'il juge dignes de poursuivre le jeu. L'étau se resserre et à la fin, le prince repart avec sa princesse.

Les auditions du Bachelor aux États-Unis ont lieu une à deux fois par an, un peu partout dans le pays. La journaliste Becca Smouse s'est rendue à celle de Phoenix pour la 23e saison du show afin de découvrir le processus de sélection.

«Pourquoi cherchez-vous à rencontrer votre époux dans notre émission?»

Dans une salle de bal, près de 200 candidates attendent leur tour. Un DJ, un open-bar et un questionnaire les attendent. «La plupart sont sur leur trente-et-un, portent des robes magnifiques, en tissu moulant et de très hauts talons. Quelques-unes, plus rares, sont en jean et t-shirt», explique Becca Smouse dans USA Today.

Les prétendantes doivent remplir six pages de questionnaire sur leur histoire personnelle, leur historique amoureux, leur profession. Couleurs des yeux, des cheveux, poids, taille sont également demandées.

«De quels accomplissements êtes-vous la plus fière?
Est-ce que vous cherchez sincèrement à vous marier, et pourquoi ?
Pourquoi cherchez-vous à rencontrer votre époux dans notre émission?
Qu'est-ce que vous n'avez pas encore trouvé mais aimeriez trouver dans une relation?

Mais aussi: buvez-vous de l'alcool ? Quel est votre boisson favorite ?
Vous avez des tatouages ? Si oui, quels sont-ils et où sont-ils situés sur votre corps?
»

Il faut aussi fournir cinq à quinze photos: «Soyez sûre d'inclure des photos prises de près et des photos en pied», demande la production. La candidate doit aussi concéder que tout ce qu'elle transmet puisse avoir une seconde vie: «Ce questionnaire et n'importe quel autre matériel transmis, incluant, mais non limitant, les photos, films et vidéos, deviennent la propriété de la production NZK, ils ne seront pas rendus et peuvent être utilisés sur tout type de support, partout dans le monde et tout le temps».

Après avoir rempli la fiche de candidature, c'est un autre document qu'il faut signer pour «accepter tout ce que les producteurs pourraient faire si vous êtes sélectionnée pour l'émission. Ça donne le sentiment de signer pour sa vie», raconte la journaliste Becca Smouse.

Mais pour être sélectionnée, il faut remplir un certain nombre de conditions que l'on retrouve de façon très détaillée sur le site de l'émission: vingt-trois critères d'admissibilité sont listés. Certains sont assez standards: avoir 21 ans ou plus, être célibataire, avoir un casier judiciaire vierge, ne pas concourir pour une position politique, être résidente des États-Unis ou vivre aux États-Unis, avoir un passeport valide.

De plus, il ne faut en aucun cas être liée de près ou de loin à un ou une membre du programme, qu'il ou elle travaille au service juridique, à la production ou à la publicité.

Le critère 8 est franchement angoissant: «Il faut comprendre qu'en participant à l'émission, la personne s'expose à des risques de mort, de sévères blessures, maladies ou dommages de propriété. […] Le ou la candidate comprend qu'en soumettant cette fiche de participation, il ou elle accepte et assume tous les risques connus ou non de quelque nature que ce soit».

La candidate doit aussi comprendre et accepter qu'une enquête sur sa vie, même la plus intime, peut être enclenchée. Elle consent à être filmée vingt-quatre heures sur vingt-quatre et ces images peuvent être utilisées à toutes les fins.

Étapes suivantes

Après la salle de bal et le questionnaire, place à l'interrogatoire –filmé– dans une plus petite pièce. Les unes après les autres, les aspirantes dévoilent leur personnalité, parlent de leur famille, de l'endroit où elles ont grandi et de leur précédentes relations, tout cela en moins de cinq minutes. Les enregistrements sont ensuite transmis à la production à Los Angeles pour être visionnés. Les résultats sont communiqués environ un mois et demi plus tard.

Amy Kauffman, journaliste pour le Los Angeles Times, a publié en mars Bachelor Nation: Inside the World of America's Favorite Guilty Pleasure (La Nation Bachelor: Au sein du monde du plaisir coupable préféré de l'Amérique). Elle y dévoile les coulisses de cette superproduction. Si les candidates sont sélectionnées à l'issu du premier casting, elles doivent produire une vidéo, «habillée pour aller à un dîner guindé», dans laquelle elles montrent leur logement, leur éventuel animal de compagnie et révèlent le rencard de leur rêve.

Si la candidate séduit, elle accède à une dernière étape qui se déroule sur deux weekends, à Los Angeles, tous frais payés, pour rencontrer la production. Elle remplit alors un nouveau questionnaire de 150 questions, cette fois de personnalité, où s'enchaînent des interrogations type «Pouvez-vous contrôler des objets avec votre esprit?» ou «Avez-vous déjà tué quelqu'un?», reformulées plusieurs fois.

Ensuite, les aspirantes sont amenées à une interview avec l'un des producteurs pendant une vingtaine de minutes. Puis, elles rencontrent une plus grosse équipe et sont assaillies de questions sans aucun rapport, dans l'espoir que cela les empêchent de cacher toute vérité.

Les femmes sont ensuite conduites auprès d'un ou une psychologue qui sera également amenée à les suivre pendant l'émission. Elles sont alors questionnées de manière approfondie sur leurs réponses au test. C'est ensuite un détective privé qui les interroge pour empêcher qu'un futur scandale n'envahisse les tabloïds à la suite de l'émission.

Pas de MST

Si tout cela se passe sans emcombre, les candidates doivent passer un examen médical. Des échantillons de sang et d'urine sont alors examinés pour faire apparaître l'utilisation de drogues ou la présence de maladies sexuellement transmissibles. Ces dernières seraient l'une des premières raisons de l'expulsion des candidates mais aussi des candidats à l'émission sœur «The Bachelorette» (cette fois, c'est une femme qui doit choisir parmi des prétendants).

«Avoir une MST vous disqualifie du casting du #TheBachelor et #TheBachelorette –mais pas une condamnation pour agression apparement.»

Denièrement, la production a été accusée d'être sciemment passée à côté d'une plainte contre un des candidats de The Bachelorette pour agression sur une femme. Même si le candidat a été reconnu coupable à l'issu du tournage de l'émission, beaucoup doutent que les multiples personnes mandatées pour vérifier le passé du candidat n'aient pas découvert l'information.

Enfin dernière étape pour les futures candidates et candidats, la signature du contrat qui contient cette clause: «Je comprends, concède et accepte que les producteurs puissent utiliser et révéler des informations personnelles qui peuvent être embarrassantes, défavorables, choquantes, humiliantes, désobligeantes, dénigrantes, m'exposant potentiellement au ridicule en public et ou me montrant sous mon plus mauvais jour».

Finalement, un seul couple, celui de la saison 17 du «Bachelor», diffusée en 2013, s'est marié et est resté ensemble. Dans la version féminine en revanche, la moitié des couples est toujours ensemble.

Slate.fr

Newsletters

Équipe de France: savourer la victoire passe par la presse papier

Équipe de France: savourer la victoire passe par la presse papier

Un moyen de dire «J’y étais», de revivre mentalement le match.

Comment les séries télé voient l'histoire

Comment les séries télé voient l'histoire

Le travail de reconstitution en dit beaucoup sur le prisme des réalisateurs et scénaristes.

Solitude

Solitude

Newsletters