France

Sarkozy sur TF1, vu par la presse et les politiques

Temps de lecture : 2 min

Pour ceux qui ne font pas partie des 8,6 millions de téléspectateurs ayant regardé TF1 lundi soir, la presse revient abondamment sur la prestation de Nicolas Sarkozy.

Pas de grandes annonces, beaucoup d'explications, et un Président qui s'est voulu proche des Français, attablé avec 11 citoyens au café Pernaut. Dans La Croix, l'édito de François Ernenwein analyse cette attitude: «Il a choisi, à contre-pied de nombre de ses interventions précédentes, d'endosser la tenue de l'arbitre, utilisant le vocabulaire qui l'accompagne logiquement, parlant de “consensus”, de “refus de la politique politicienne”, de nécessaire “stabilité”...»

«Une soirée théma Nicolas Sarkozy bordée de velours pour... finalement pas grand-chose», «un exercice de pédagogie [qui] tourne à la calinothérapie» avec un président affichant une «courtoisie à toute épreuve», voilà résumée par Libération l'intervention de Nicolas Sarkozy. «Peu d'embûches, peu d'annonces» pour cette émission, «chaque quidam pioché par TF1, passant au guichet présidentiel pour régler son cas. Sarkozy déroule ses réponses fichées ce week-end à l'Elysée», poursuit le quotidien.

Double-salaire d'Henri Proglio, retraites, immigration, identité nationale... Le Figaro.fr revient point par point sur les thèmes abordés lors de cette soirée où «Nicolas Sarkozy s'est efforcé d'apaiser inquiétudes et polémiques».

«Plus c'est gros plus ça passe» pour le blog Déchiffrages qui relève les affirmations erronées de Sarkozy sur les pensions, les 35 heures qui auraient été une «catastrophe pour l'emploi», et le taux d'imposition en France qui serait «le plus élevé» d'Europe.

Sans grande surprise, à la lecture des réactions compilées par Le Parisien, l'UMP salue sa prestation, la gauche la critique. Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre parle d'une «réussite»: «Le président de la République a tenu un langage de vérité, loin des polémiques artificielles entretenues par l'opposition mais proche des préoccupations des Français. Il a répondu avec précision aux questions sans concession des Français réunis par TF1 sur le plateau.» Claude Bartolone (PS) évoque une «émission totalement affligeante» et «un numéro d'autosatisfaction». «Son bagout n'empêchera pas le dégoût», a estimé Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche).

Guy Carlier et la «télé-réalité» Sarkozy

Voir l'échange sur les salaires des patrons entre Nicolas Sarkozy et Pierre Le Menahes, délégué CGT.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une via Flickr

Newsletters

Retrait des voyageurs

Retrait des voyageurs

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Newsletters