Politique

Gérard Longuet trouve que Laurent Wauquiez se la joue trop perso

Temps de lecture : 2 min

Son opposition systématique à Emmanuel Macron agace aussi un peu le sénateur Les Républicains.

Gérard Longuet | Capture écran france info
Gérard Longuet | Capture écran france info

Invité de L'Instant politique sur France info jeudi 14 juin, l'ancien ministre de la Défense et actuel sénateur LR de la Meuse, a donné son sentiment sur Laurent Wauquiez, patron de Les Républicains: «Son choix est maladroit car trop personnel [...] Il n'a pas cherché à rassembler son camp, mais à affirmer sa personnalité face à Emmanuel Macron». Or «ce n'est pas un scoop», a poursuivi Gérard Longuet, «il y a des choses que la droite accepte, parfois de bon coeur».

Et de reconnaître qu'il y a «des réformes que nous aurions aimés mener», citant l’exemple de celle de la SNCF.

Questionné par Slate (à 7'30) sur la proximité entre Philippe de Villiers et Emmanuel Macron, le sénateur a répondu que cette dernière le surprenait car les positions du premier ne sont «à [sa] connaissance» pas celles du second. Mais les deux hommes «ont en commun le goût des idées». «Ils ne sont pas d'accord mais ils aiment parler», a conclu Gérard Longuet.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Newsletters

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

[Tribune] Comment le fondateur du Parti socialiste et de L'Humanité pouvait-il défendre ce qui est aujourd'hui honni par la quasi-totalité de la classe politique française?

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Pour la deuxième fois en près de trois ans de mandat, le président a invité ce 15 janvier les journalistes à l'Élysée pour un échange informel mais néanmoins tendu.

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Direction Londres, qui connaît un mois de janvier mouvementé. À la fin du mois, le 31, nos amis britanniques vont dire bye bye à l'Europe. Des adieux prévus de longue date, maintes fois repoussés. Ceux qu'on n'avait pas vu venir en revanche,...

Newsletters