Politique

Gérard Longuet trouve que Laurent Wauquiez se la joue trop perso

Temps de lecture : 2 min

Son opposition systématique à Emmanuel Macron agace aussi un peu le sénateur Les Républicains.

Gérard Longuet | Capture écran france info
Gérard Longuet | Capture écran france info

Invité de L'Instant politique sur France info jeudi 14 juin, l'ancien ministre de la Défense et actuel sénateur LR de la Meuse, a donné son sentiment sur Laurent Wauquiez, patron de Les Républicains: «Son choix est maladroit car trop personnel [...] Il n'a pas cherché à rassembler son camp, mais à affirmer sa personnalité face à Emmanuel Macron». Or «ce n'est pas un scoop», a poursuivi Gérard Longuet, «il y a des choses que la droite accepte, parfois de bon coeur».

Et de reconnaître qu'il y a «des réformes que nous aurions aimés mener», citant l’exemple de celle de la SNCF.

Questionné par Slate (à 7'30) sur la proximité entre Philippe de Villiers et Emmanuel Macron, le sénateur a répondu que cette dernière le surprenait car les positions du premier ne sont «à [sa] connaissance» pas celles du second. Mais les deux hommes «ont en commun le goût des idées». «Ils ne sont pas d'accord mais ils aiment parler», a conclu Gérard Longuet.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

Donald Trump peut-il faire éclater le multilatéralisme?

Donald Trump peut-il faire éclater le multilatéralisme?

Sur la forme, les récentes attaques de Donald Trump contre la France et l'Europe n'ont rien de surprenant. La véritable préoccupation tient à son unilatéralisme forcené.

La malédiction des Premiers ministres plus populaires que leur président

La malédiction des Premiers ministres plus populaires que leur président

Avant Édouard Philippe, six autres chefs de gouvernement ont été durablement mieux notés que le locataire de l’Élysée du moment. Aucun d’entre eux n’est devenu président de la République.

Contre quoi protestent vraiment les «gilets jaunes»?

Contre quoi protestent vraiment les «gilets jaunes»?

Les rassemblements du 17 novembre peuvent-il devenir le premier accroc social du mandat d'Emmanuel Macron?

Newsletters