Boire & manger

Les haricots verts et la quête brûlante des origines

Temps de lecture : 3 min

Et si on se passait de l'étape d'équeutage pour mieux partager?

Haricots verts brûlés | Tommaso Melilli
Haricots verts brûlés | Tommaso Melilli

Il y a quelque chose qui me perturbe dans les traditions gestuelles familiales liées aux haricots verts. Je suis désolé, mais je ne suis vraiment pas d’accord avec cette histoire d'équeutage.

On va procéder dans l’ordre, suivez-moi bien: évidemment, il faut enlever la tige, le haut du haricot. C’est normal; c’est même très important, parce que la tige est la jointure qui lie le haricot à la plante qui l'a fait –un peu comme nous, les humains, en fait. L’enlever, c’est marquer une distance. Attention: pas forcément une rupture ou un conflit, juste un espace d’indépendance.

Les haricots, comme nous, viennent de la plante, quoi qu’il en soit: c'est une évidence que franchement, il n'est pas la peine de souligner. Pour être un peu plus libres, il faut l’arracher. Et en plus, c’est assez désagréable à manger. Voilà, vous savez ce que je pense de la question de l’identité et des origines.

Par contre, je n’ai jamais compris à quoi bon enlever aussi la queue. Je les trouve jolies, d’ailleurs. Surtout, je ne comprends pas pour quelle raison obscure, une fois que l'on a pris de la distance avec là d’où l’on vient, on devrait s'arrêter sur les nouveaux chemins que nous sommes tentés d'emprunter.

Aujourd'hui, je propose deux plats que je fais souvent à la maison, en été, quand je cuisine pour mes proches. Le premier, c’est la tige; le deuxième… vous aurez compris.

Les amies et amis que j’invite seraient toujours théoriquement très partants pour m’aider, mais en réalité, ils ont le trac, parce que «Eh, il y a un pro en cuisine». De mon côté, je suis tout autant embarrassé, mais pour des raisons complémentaires et opposées: je sais que si je gère tout seul, ça ira plus vite et ce sera mieux fait (ce qui est normal, parce que je suis effectivement un pro), mais si je m’occupe de tout et je ne laisse rien faire aux autres, c’est d’une part beaucoup moins drôle, et de l’autre, on partage moins.

Alors je me suis dit qu’il fallait trouver quelque chose de différent à faire avec des haricots verts. Parce que nous en avons tous, dans notre enfance, déjà équeuté un sacré paquet –du moins, je l’espère.

Faites comme moi: invitez vos proches et mettez-les à équeuter et dé-tiger les haricots verts. Mais pour une de ces recettes, veillez à ce qu’ils n’enlèvent pas les queues. Un ami auquel j’avais confié la tâche m’a un jour confié se sentir un peu coupable de ne faire le travail qu'à moitié. C’est pourtant essentiel, et pour plein de raisons: l'une d'entre elles, c’est que quand la queue brûle, elle devient diablement croustillante.

Taccole al sugo

Tommaso Melilli

En Italie, il existe plein de façons d’appeler les haricots verts plats: taccole, piattoni, bagiane... Cette recette est un vrai classique domestique, que vous ne trouverez jamais au restaurant.

Pour 4 personnes, en entrée ou pour accompagner une viande ou un poisson

  • 400g de haricots plats
  • 400g de coulis de tomate, ou de tomates pelées grossièrement hachées
  • 1 oignon blanc
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 petit piment (facultatif)
  • Beaucoup de basilic frais
  • 1 cuillère à café de sel non raffiné
  • Poivre du moulin

Enlevez les tiges des haricots plats, et coupez-les en tronçons de 4 cm environ.

Coupez l’oignon en lamelles, et faites-le revenir à feu doux dans une grande casserole avec la moitié de l’huile et le piment (si vous le mettez), pendant 7 à 8 minutes.

Rajoutez ensuite les haricots, et faites-les colorer pendant 3 minutes.

Rajoutez le sel, puis la tomate, et laissez mijoter à couvert pendant 10 minutes, toujours à feu doux.

Ôtez le couvercle, faites mijoter encore 10 minutes, toujours très doucement, puis rajoutez le basilic et le poivre. Éteignez alors le feu.

Laissez refroidir complètement et servez à temperature ambiante, avec beaucoup de pain pour saucer.

Haricots verts brûlés

Tommaso Melilli

Ce n'est pas un plat, ni une entrée. C’est l’apéro healthy définitif.

  • 500g de haricots verts, très frais
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1/2 cuillère de sel non raffiné

Préchauffez le four à la temperature maximale.

Lavez bien les haricots et enlevez la tige, mais pas la queue.

Portez à ébullition une grande casserole d’eau non salée. Plongez les haricots et cuisez-les 4 minutes, puis égouttez et refroidissez à l’eau fraîche.

Séchez-les avec du papier absorbant et assaisonnez-les avec l’huile.

Posez-les dans un bac allant au four, bien espacés, et enfournez pour 20 minutes (ou 10 si vous avez la fonction grill).

Retournez-les alors gentiment, et ré-enfournez pour 20 minutes (10, si vous avez le grill). En tout cas, sortez-les quand ils sont bien croustillants.

Salez et servez immédiatement. Pour info, ça se mange avec les mains.

Tommaso Melilli Chef et Italien

Spaghetti Wars
Mourir pour une cerise

Épisode 6

Mourir pour une cerise

Les carottes sont cuites, oui, mais dans de la viande

Épisode 8

Les carottes sont cuites, oui, mais dans de la viande

Newsletters

Il y a bel et bien un lien entre consommation de viande rouge et cancer colorectal

Il y a bel et bien un lien entre consommation de viande rouge et cancer colorectal

Un article scientifique concluant qu'il n'est pas nécessaire de limiter sa consommation de viandes rouges ou transformées a déclenché un tollé début octobre.

Le Castel Clara à Belle-Île-en-Mer, une destination hôtelière d’exception

Le Castel Clara à Belle-Île-en-Mer, une destination hôtelière d’exception

Un panorama maritime magnifique, une table de grande qualité.

La demi-saison des kakis est arrivée

La demi-saison des kakis est arrivée

En gamelle sucrée ou marié à du gorgonzola, le kaki va égayer vos assiettes jusqu'au cœur de l'hiver.

Newsletters