Politique

Pour Benoît Hamon, Emmanuel Macron fait preuve de «racisme social»

Temps de lecture : 2 min

L'ex-candidat PS à la présidentielle dénonce la «profonde indifférence» de Macron face «à la souffrance de ceux qui sont les plus vulnérables».

Benoît Hamon | Capture écran france info
Benoît Hamon | Capture écran france info

Invité de l'Instant Politique mercredi 13 juin, l'ancien candidat à l'élection présidentielle de 2017 et fondateur du mouvement Génération.s a réagi à la vidéo d'Emmanuel Macron mise en ligne par son équipe et dans laquelle le président déclare que les aides sociales coûtent «un pognon de dingue»: «Il a toujours une manière grossière de parler des personnes pauvres [...] C'est une forme de racisme social. Derrière tout ça il y a un profond mépris pour ceux qui sont les plus vulnérables».

À propos de l’accueil de l’Aquarius en Espagne, Benoît Hamon a jugé que la position française mettait le pays «dans une situation de non-assistance en personnes en danger» et d’ajouter qu'«aujourd’hui la France n’honore pas les principes de la République».

Interrogé par Slate sur l'éventuel retour en politique de François Hollande (à 8'15), Benoît Hamon a répondu regarder ça «avec amusement». «Son choix m'est indifférent», a-t-il conclu.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les soirs à 19h20

Slate.fr

Newsletters

 Les «gilets jaunes» ne prônent pas tant la lutte des classes que l’antiparlementarisme

Les «gilets jaunes» ne prônent pas tant la lutte des classes que l’antiparlementarisme

Une lecture marxiste du mouvement des «gilets jaunes» n'offre qu’une analyse superficielle de la situation.

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

On n’arrive plus à distinguer les choix dangereux de ceux simplement inédits de Trump

Trump sert des burgers à la Maison-Blanche: les médias s’affolent. N'ont-ils rien d'autre à se mettre sous la dent?

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

Donnons aux «personnes en difficulté» les moyens de ne plus «déconner»

En déclarant vouloir «responsabiliser» les pauvres qui «déconnent», le président entend exercer son pouvoir sur les personnes en difficulté, à l'instar d'un patron au XIXe siècle.

Newsletters